4 janvier 2012 aprés midi

  • Published on
    13-Jul-2015

  • View
    257

  • Download
    1

Embed Size (px)

Transcript

SUPTEM SAFI Takabrout, route had hrara Safi - MAROC Tl. : 05-24-66-69-66 Fax : 05-24-66-69-65 http:// www.suptem.ac.ma

IAE de PERPIGNAN DOMITIA 52 avenue Paul Alduy 66 860 PERPIGNAN Cedex FRANCE Tl. : 00.33.468.66.17.93/94 Fax : 00.33.468.66.17.89 http:://www.univ-perp.fr/iae

Mmoire de fin dtude

Master 2 en Ingnierie banque et finance (Suptem-SAFI) Administration des entreprises (IAE-Perpignan)

Sous Thme : Le rle des banques commerciales dans le financement des PME au Maroc

Prpar par : Mlle. SARAH CHAKHMANE Encadr par : Dr. MUSTAFA ELKHAYAT

Membres du jury: Mr. ABDELLAH ABOUSSOROR Mr. MONDOU CYRILL

Anne universitaire : 2011/2012 1

2

Aucune uvre humaine ne peut se raliser sans la contribution d'autrui. Ce mmoire est le rsultat d'un effort constant. Cet effort n'aurait pu aboutir sans la contribution de nombre de personnes. Ainsi se prsente l'occasion de les remercier : Tout d'abord, Mr. MONDO CYRILL pour sa patience, la pertinence de ses conseils et l'extrme richesse de son enseignement. Toute fois La russite d'un travail de thse exige un esprit imprgn d'abngation, une construction identitaire que l'tudiant ne peut faire tout seul. Il lui faut l'appui et l'assistance d'un accompagnateur qui sache tre ressource pour lui et, tel un bon coach , sache tre l'entraneur du champion en lui. A lors toute ma gratitude et mes sincres remerciements Dr. MUSTAPHA ELKHAYAT, qui par son encadrement, ses conseils qu'il n'a cess de me prodiguer, ses rflexions et sa constante disponibilit m'a permis d'enrichir davantage le contenu de cette thse. A cette occasion je tiens ensuite exprimer toute ma gratitude ma grande famille SUPTEM-SAFI (corps professoral, staff administratif) et mes chers collgues tudiants qui par leur sympathie et simplicit vont rester toute ma vie grav dans mon cur. En outre, nous remercions tous ceux qui nous ont aids quotidiennement ou ponctuellement et qui nous ont encourags dans notre travail et surtout Mr. KABBACHI YASSINE.

Sommaire Introduction 3

Partie I: Approche gnrale sur la PME : CHAPITRE 1 : Conceptions gnrales sur la PME. Section 1.1 : Dfinitions et rles de la PME dans le dveloppement conomique et social au Maroc. Section 1.2 : Les forces et les faiblesses de la PME. Section 1.3 : Image de la PME marocaine. CHAPITRE 2: La banque et la PME Section 2.1: Le groupe banque populaire et la PME Section 2.2: Le rle de la banque pour le financement de la PME. Section 2.3: La Procdure de Traitement des Dossiers de Crdit Entreprise ou Crdit dInvestissement Conclusion de Premire Partie. Partie II : Les Modalits de financement des PME au Maroc : CHAPITRE 1 : Les besoins de financement des PME au Maroc. Section 1.1 : besoins de financement li a linvestissement. Section 1.2 : besoins de financement li a lexploitation. Section 1.3 : besoins de financement li a linnovation. CHAPITRE 2 : financement des PME au Maroc. Section 2.1 : Systmes de financement des PME Section 2.2 : le profil de financement au Maroc Section 2.3 : Questionnaire sur le financement des PME.

Conclusion Bibliographie Annexes

Introduction

4

Les petites et moyennes entreprises (PME) forment larmature de toutes les conomies et sont une source essentielle de croissance conomique, de dynamisme et de flexibilit aussi bien dans les pays industrialiss avancs que dans les conomies mergentes et en dveloppement. Elles constituent la forme dominante dorganisation de lentreprise, Les petites entreprises jouent un rle particulirement important dans la mise sur le march de techniques ou de produits innovants. Ds les annes 60 l'industrialisation a t inscrite parmi les objectifs du dveloppement, mais l'option pour les grandes units industrielles n'a pas rpondu aux attentes prvues. Il devient donc ncessaire de dvelopper des PME capables de promouvoir l'conomie nationale et de donner une nouvelle pousse en avant. La PME fait l'objet actuellement d'une tude particulire dans la mesure o elle participe au dveloppement conomique et social du pays, c'est l'outil le plus efficace pour mobiliser la volont et les capacits cratrices humaines. L'importance de la PME vient du fait qu'elle est dote d'un certain nombre d'atouts irremplaables. Cette catgorie d'entreprise peu capitaliste, mais dont la contribution l'emploi est intressante, surtout dans un pays comme le Maroc o le problme du chmage tend s'intensifier chaque anne, elle permet de dcentraliser les investissements, de mobiliser l'pargne prive, par consquent favoriser la rgionalisation et enfin, rationaliser la production par la diminution des cots qui permet l'amlioration de la concurrence de l'conomie sur les marchs trangers. De ce fait pour favoriser le dveloppement de la PME partout o elle existe, les pouvoirs publics se sont attels lui assurer un environnement macro-conomique, juridique, rglementaire et fiscale transparent, stable et prvisible et lui faire bnficier de renforcement du dispositif financier national travers la modernisation du secteur financier et l'apport d'une assistance technique au secteur bancaire afin d'amliorer l'investissement au niveau des PME. De ce fait, nous allons prsenter dans une premire partie la PME, son rle et les divers aspects thoriques qui l'entourent ainsi que ses moyens de financement au Maroc. La deuxime partie sera consacre une tude empirique afin de dgager les difficults d'accs des PME aux sources de financement et suggrer des recommandations pour son panouissement.

5

CHAPITRE 1 : Conception gnrale sur les PMELa plupart des tudes et recherches en matire de dveloppement conomique mettent de plus en plus l'accent sur la capacit potentielle des petites et moyennes entreprises (PME) d'tre un facteur de croissance conomique. Les raisons en sont pour 6

l'essentiel, la souplesse de leur gestion, la rapidit de leur raction et leur capacit d'adaptation aux exigences d'un environnement de plus en plus pressant. Cependant, ces entreprises au Maroc se heurtent encore dans l'exercice de leurs activits de multiples contraintes lies notamment au monopole des grandes entreprises, des procdures administratives, la faiblesse et au cloisonnement du march intrieur, ou encore la difficult de disposer des comptences et des qualifications ncessaires. Autant de difficults qui menacent les performances conomiques et financires de la PME. Celle-ci exige, en vue de jouer pleinement son rle de cration de richesse, l'adaptation d'une stratgie adquate et cohrente en matire de promotion et d'assistance. Lors de sa cration, puis au cours de son dveloppement, lentreprise au moment opportun, doit dtenir les ressources financires ncessaires pour faire face ses chances, et utiliser au mieux les moyens dont elle dispose. Pour exercer son activit, lentreprise doit dabord engager des dpenses avant de percevoir des recettes : ralisation des investissements matriels (terrains, installations, constructions) ; achats des matires et fournitures, prvoir la rmunration de la main duvre). Ce nest quultrieurement, lissue de la production et de la commercialisation, que des recettes seront encaisses aprs la ralisation des ventes. Il y a donc un dcalage dans le temps entre les paiements et les encaissements concernant aussi bien les investissements que lexploitation. Ce dcalage cre des besoins de financements que lentreprise devra couvrir en se procurant des fonds selon diffrentes modalits. Cest ce moment-l que, souvent, se pose le problme de lobtention de financements auprs des banques, des marchs financiers ou dautres bailleurs de crdits, qui sont beaucoup moins ouverts leurs demandes qu celles des entreprises de plus grande taille. L'objet de ce chapitre se limite dans la prsentation des diverses dfinitions de la PME, son rle dans la vie conomique et sociale, ses forces et ses faiblesses, puis limage de la PME au Maroc.

Section 1.1 : dfinitions et rles de la PME dans le dveloppement conomique et social au Maroc. Paragraphe 1- La dfinition de la PME travers les approches quantitatives : En rgle gnrale, les approches quantitatives utilisent des critres permettant de cerner plus rapidement et facilement la notion de 7

PME, dans le but de lui appliquer des dispositions lgislatives spcifiques notamment dans le cadre dune politique industrielle ou fiscale. Cest ainsi que la dfinition donne au niveau de la loi formant charte de la PME1 permet de dlimiter les entreprises pouvant bnficier des avantages de la charte. Les critres quantitatifs gnralement retenus pour dlimiter ou tendre le champ dapplication dune loi sont au nombre de trois, savoir, le chiffre daffaires, le total du bilan et leffectif.Lintroduction de la Petite et Moyen Entreprise en Bourse : le rle de lexpert-comptable

Paragraphe 2 : La dfinition de la PME travers les approches qualitatives : Utilisant des repres thoriques, sociologiques ou analytiques, les approches qualitatives convergent toutes autour dun lment important qui revient avec constance, savoir laspect humain li lentreprise. En tant que tel, le chef dentreprise est omniprsent et son rle est considr comme dterminant. Quelques approches multicritres ont galement t labores pour mettre en avant, ct de llment humain toujours prdominant, dautres caractristiques plus Descriptives2 : - un personnel de direction relativement peu spcialis ; - des contacts personnels troits entre les propritaires et leur personnel, clients, ventes ; - limpossibilit de se procurer des capitaux en recourant au march montaire et des difficults dobtenir des crdits. Pour trouver des fonds et investir, les dirigeants de PME recourent le plus souvent lautofinancement. 1 Dahir n1-02-188 du 12 Joumada I 1423 (23 juillet 2002) portant promulgation de laloi n 53-00 formant charte de la petite et moyenne entreprise.

fournisseursetc.

- le manque de position de force pour ngocier les achats et les

2 P.A. Julien, Quest-ce quune PME ? Six critres qui permettent enfin de les identifier,Le Devoir, Octobre 1984.

8

Les approches qualitatives multicritres sont nombreuses et varies. Elles font ainsi merger de multiples typologies de PME selon : - le type de proprit ; - le type dobjectifs de la direction et la stratgie suivie ; - lorganisation ; - les secteurs et opportunits de march, - la situation financireetc. Quelles soient monocritre ou multicritres, les approches quantitatives convergentes pour souligner la personnalisation de la gestion de la PME. En dpit de lhtrognit caractrisant lunivers des PME, limportance du rle du dirigeant3 est linvariant fondamental permettant de les distinguer des grandes entreprises. Paragraphe 3 : Panorama des dfinitions de la PME Parmi les diffrentes dfinitions donnes la PME, nous avons slectionn celles, de rfrences, utilises sous diffrents cieux : Sur le plan europen : Pour faire face la divergence des dfinitions donnes par les diffrents pays europens aux PME, la Commission Europenne est intervenue en 2003 pour modifier et standardiser cette dfinition4. Ainsi, est considre comme PME toute entreprise ayant : Un effectif de moins de 250 personnes Un chiffre daffaires annuel nexcdant pas 50 Millions deuros ou un total bilan nexcdant pas 43 millions deuros Lindpendance : lentreprise ne doit pas tre contrle plus de 25% par une autre entreprise qui nest pas elle-mme PME. Trois cas de figure existent : Le critre de leffectif demeure lun des plus significatifs et est impos comme critre principal selon la Commission europenne. Cependant, des critres financiers ont t introduits dans le but dapprhender la vritable importance dune entreprise, sa performance3 M. Gervais, Pour une thorie de lorganisation PME , Revue Franaise de Gestion, Mars-Avril 1978.

4 Voir la recommandation de la Commission du 6 mai 2003 concernant la dfinition des micros,petites et moyennes entreprises (2003/361/CE).

9

et sa situation par rapport la concurrence. Il est important de noter, que le chiffre daffaires, ne pourrait pas tre retenu comme le seul critre financier dterminant de la PME car il pourrait varier largement selon la nature du secteur dactivit. Cest la raison pour laquelle la Commission europenne a combin ce critre avec celui du total bilan qui reflte lensemble de la richesse de lentreprise.

Le tableau ci-dessous5 rsume les seuils quantitatifs fixs par la Commission europenne pour dfinir les PME6 : Type dentreprise Moyenne entreprise Effectif 250 UTA7 Chiffre daffaire 50 Million EURO (auparavant 40million) Petite entreprise Micro entreprise 50 UTA 10 UTA 10 Million EURO (auparavant 7 Million) 2 Million EURO 10 Million EURO 2 Million EURO Total du bilan 43 Million EURO

La PME est dfinie dans l'UE comme une entreprise qui occupe moins de 250 salaris et dont le chiffre d'affaire annuel n'excde pas 50 millions d'Euros ou le total du bilan annuel n'excde pas 43 millions d'Euros. 8. Source : http://ec.europa.eu/enterprise/enterprise_policy/sme_definition/sme_user_guide_fr.pdf Aux Etats-Unis : Loriginalit de la dfinition donne par les Etats-Unis rside dans la diffrentiation apporte par rapport au secteur dactivit de la PME. Ainsi, les seuils retenus pour qualifier une entreprise de PME varient5 Source : Communication de la Commission europenne. 6 UTA : Unit de travail par an. 7 UTA: Unit de travail par anne. 8 Extrait de l'article 2 de l'annexe la recommandation 2003 /361/CE.

10

selon quelle opre dans lindustrie manufacturire, les services ou encore la construction. La PME est dfinie selon deux critres cumulatifs : - l'indpendance tant pour la dtention du capital que pour la gestion ; - l'absence de position dominante dans son secteur d'activit. Des critres de taille et de chiffre d'affaires sont ajouts et varient suivant les secteurs d'activit. En gnral, une PME est celle qui emploie moins de 500 salaris, mais ce seuil est port 1 500 dans l'industrie manufacturire. Le chiffre d'affaires annuel doit tre infrieur 5 millions de dollars dans les services, 13.5 millions de dollars dans le commerce, et 17 millions de dollars dans la construction. Au Maroc :

La PME selon la charte de 2002 :Une dfinition claire de la PME marocaine simposant tout le monde est indispensable pour cerner cette entit spcifique et en tudier les caractristiques. Une politique crdible de dveloppement de la PME ne peut se concevoir sans ce pralable. Or, le concept de la PME est un concept relativement flou cause de la grande htrognit qui le caractrise. Des classifications bases sur des critres quantitatifs comme le nombre des salaris, le chiffre daffaires ou le montant des actifs ont t proposes. Ces classifications, bien quadoptes par plusieurs pays, peuvent avoir des limites .En effet, elles ne permettent pas de diffrencier les entreprises trs capitalises et celles utilisant surtout de la main duvre. Pour lever cette difficult, on a t amen ajouter au nombre de salaris et le chiffre daffaires ou le montant des actifs; une diffrenciation par secteur de fabrication ou secteur commercial. Certains chercheurs ont mme propos des critres quali...

Recommended

View more >