De la Grande guerre à la Grande dépression : les ... ?· 3 I- Les politiques de stabilisation nationales dans les années de l’après-guerre 1) Les conséquences économiques de la Grande guerre : destructions,

  • Published on
    05-Feb-2018

  • View
    215

  • Download
    2

Embed Size (px)

Transcript

  • 1

    Jean-Franois Jamet

    De la Grande guerre la Grande dpression :

    les politiques de stabilisation face lendettement et linflation

    Introduction

    Si lentre-deux-guerres a t marqu par le traumatisme de la Grande dpression, cette priode a

    galement t trouble par les consquences de la Premire guerre mondiale pour lconomie europenne, et

    plus particulirement encore pour lconomie allemande. En effet, la Premire guerre mondiale a

    profondment boulevers lordre montaire international et les quilibres conomiques internes de chacun

    des belligrants. La guerre a eu un cot financier considrable, engendrant une explosion de lendettement

    des pays europens qui atteignait la fin de la guerre 120% du PIB en Angleterre, 180% en France. Cet

    endettement avait t financ par lemprunt interne et externe. Pour allger la dette, les Etats ont t incit

    la montiser et cela a accru la masse montaire, qui a par exemple t multiplie par 4 en Allemagne au

    cours du conflit. Les conomies europennes se trouvaient donc dstabilises par un endettement et une

    cration montaire massifs, tandis que les Etats-Unis devenaient le crancier de lEurope et concentraient

    dsormais les rserves dor autrefois dtenues par le vieux continent. Enfin, les difficults conomiques nes

    des destructions matrielles et humaines de la guerre furent accentues par les difficults de la reconversion

    de lconomie de guerre en conomie de paix.

    Lhistoire conomique des annes de laprs-guerre en Europe est donc celle des stabilisations

    nationales. Pourtant, la ponctuation des annes 20 par des crises telles que lhyperinflation allemande en

    1923 et plus encore par le dbut de la Grande dpression la fin de la dcennie suffit montrer que les

    politiques de stabilisation des diffrents Etats ont chou reconstituer une conomie internationale stable.

    Ceci conduit naturellement sintresser aussi bien au droulement de ces stabilisations souvent chaotiques

    quaux contradictions entre les politiques suivies par les diffrents pays. Ce quil sagit de comprendre, cest

    la difficult de ces stabilisations, leur caractre souvent phmre et la constitution des conditions de

    possibilit de la Grande dpression en Europe.

    Lhistoriographie rcente a explor un certain nombre de pistes qui visent prendre en compte le

    rle des consquences durables de la Grande guerre, mais aussi celui des instabilits politiques intra et

    intertatiques, et celui des anticipations des agents face aux politiques de stabilisation menes par les

    diffrents pays. Les consquences de la guerre se lisent dans le niveau dendettement des Etats, dans le

    redcoupage des frontires des anciens empires et leurs effets sur la taille des marchs intrieurs et sur le

    commerce international mais aussi dans la mise en place dun systme de transferts financiers internationaux

    articul autour des rparations et du remboursement de la dette de guerre. Lhistoire conomique de laprs-

  • 2

    guerre ne peut galement se passer dune analyse du manque de coopration entre les diffrents pays. De ce

    point de vue, la prise en compte des conflits entre pays au cours des annes 1920 permet de mieux

    comprendre le dveloppement de crises comme lhyperinflation allemande en 1923 puis la Grande

    dpression. Ceci a conduit certains historiens dfendre la thse dune guerre de 30 ans (de 1914 1945) o

    les conflits conomiques et politiques de lentre-deux-guerres ne seraient que la continuation de la guerre

    par dautres moyens . Enfin, linstabilit politique interne certains pays a pu jouer un rle important en

    influenant les anticipations des agents et la crdibilit des politiques de stabilisation financires et

    montaires.

    Pour comprendre les succs et les checs des stabilisations nationales au cours des annes 1920 et

    jusquaux premiers signes de la Grande dpression, on cherchera donc souligner limportance relative de

    ces diffrents lments en les associant lanalyse conomique plus traditionnelle du rle des politiques

    montaires et budgtaires et des consquences relles des chocs doffre ou de demande. On accordera une

    place particulire lanalyse du rle des anticipations. Au sein de notre tude, lexprience allemande

    occupera une place centrale, car elle cristallise les diffrents problmes conomiques de cette poque et

    permet de comprendre les liens entre les consquences de la Grande guerre et les origines de la Grande

    dpression.

  • 3

    I- Les politiques de stabilisation nationales dans les annes de laprs-guerre

    1) Les consquences conomiques de la Grande guerre : destructions,

    endettement, inflation, rparations et instabilit politique

    a) Lconomie europenne au lendemain de la guerre

    La premire guerre mondiale a un cot conomique et financier considrable :

    - lexception des industries ayant servi leffort de guerre (automobile, textile, chimie), aucun secteur

    dactivit na t pargn par les destructions de la guerre : en France, lagriculture est rduite en

    1919 40% de ses capacits de 1913, lindustrie 55%.

    - reconstruction et pensions de guerre psent lourdement sur le budget des belligrants (quoique de

    faon ingale puisque les destructions matrielles ont plus affect certains pays que dautres) : le

    cot de la reconstruction slve 17% du revenu national franais en 1921.

    La Grande Guerre a galement dstabilis les conomies europennes :

    - alors que lEurope concentrait lessentiel des rserves dor du monde avant 1914, elle devient

    dbitrice des Etats-Unis et voit ses rserves mtalliques se rduire fortement

    - les Etats belligrants se sont endetts pendant la guerre auprs des particuliers et des banques

    trangres (surtout amricaines). Les dficits publics ont rgulirement atteint 40 50% du PNB

    pendant les annes de guerre. Il en rsulte une explosion de la dette qui atteint la fin de la guerre

    120% du PIB en Angleterre et 180% en France. La charge de la dette est galement trs importante :

    en 1921, elle reprsente 45% des recettes budgtaires en France.

    - Pour financer, leffort de guerre, les Etats ont eu recours la planche billet , i.e. la cration de

    papier monnaie. La masse montaire est ainsi multiplie par un peu moins de 2 en Angleterre, par un

    peu plus de 3 en France et par prs de 4 en Allemagne.

    - les monnaies des Etats belligrants ont connu une forte dprciation : en avril 1920, la valeur du

    franc vis--vis du dollar ne reprsente plus que les deux tiers de sa valeur d'avant-guerre.

    - linflation a t trs forte pendant les annes de guerre : en France, les prix sont multiplis par 3,4

    entre 1914 et 1919, en Angleterre par 2,3, en Allemagne ils font plus que doubler.

    - le redcoupage des frontires de lEurope a modifi la taille des marchs intrieurs et perturb le

    fonctionnement de lconomie. LAllemagne perd lAlsace-Lorraine et la France occupe la Sarre. Le

    territoire allemand est amput lEst au profit de la Pologne. LEmpire des Habsbourg est quant

    lui dmantel au profit de la Pologne, de la Hongrie, de Tchcoslovaquie et de la Yougoslavie.

    b) Le systme des rparations

    A lissue du Trait de Versailles (juin 1919), lAllemagne est contrainte payer pour les

    dommages causs aux populations civiles des nations allies et leur proprit . Ces rparations sont fixes

  • 4

    au montant norme de 221 milliards de marks-or en 42 annuits. Keynes1 estime que lAllemagne ne pourra

    jamais payer une telle somme. Face au refus allemand de continuer payer en mars 1921 qui donne lieu la

    premire occupation de la Ruhr, le montant des rparations est ramen 133 milliards de marks-or payables

    sur 66 ans raison de 2 milliards par an auxquels sajoutent 26% du montant des exportations. A ces

    rparations sajoute lexpropriation des droits, crances et privilges dtenus par lEtat allemand en Europe

    et hors dEurope. Si le systme des rparations reprsente une contrainte extrmement forte pour lconomie

    allemande qui conduira lhyperinflation de 1923, il a un autre effet pernicieux en ce quil cre en France

    lillusion que lAllemagne paiera , ce qui conduit les gouvernements successifs mettre entre parenthses

    la contrainte budgtaire jusquen 1922.

    c) Linstabilit politique intra et intertatique

    Les conomies europennes de laprs-guerre sont affectes pour certaines par linstabilit politique

    qui y rgne. Cest le cas en particulier de lAllemagne qui est confronte en 1919 un risque de rvolution

    sociale sous la pousse de lextrme gauche (mouvement spartakiste) puis une srie de tentatives de coups

    dEtat militaires comme le Putsch Kapp en mars 1920 ou dextrme droite en 1923 . La situation politique

    reste extrmement trouble, marque par une brutalisation de la vie politique qui dbouche notamment sur

    lassassinat de Erzberger en 1921 puis de Walter Rathenau en 1923.

    A lissue de la Grande Guerre, le nouvel ordre international est anim par des tensions politiques

    intertatiques extrmement fortes. Les Allemands acceptent trs mal les rparations quils qualifient de

    Diktat . Du ct des allis, les Etats-Unis cessent leur assistance aux pays allis ds la fin de la guerre

    alors mme que leffort de reconstruction ncessite un volume dimportations considrable. Le Royaume-

    Uni et la France se disputent la prminence conomique en Europe tandis que le Royaume-Uni et les Etats-

    Unis se disputent la prminence financire dans le monde. Cest ce qui conduit du reste le Royaume-Uni

    chercher redonner la livre le statut de moyen de paiement international gag sur lor, avec un impact

    fortement rcessif sur lconomie britannique. Les relations entre la France et les Etats-Unis se dtriorent

    galement au cours des annes 1920 car les Etats-Unis exigent le remboursement des emprunts de guerre

    alors que la France entend soumettre ce remboursement au paiement des rparations par lAllemagne. Dune

    faon gnrale la France se trouve de plus en plus isole, notamment parce que le Royaume-Uni a peur que

    la France ne constitue une puissance industrielle dominante en Europe, crainte pourtant mal fonde,

    lAllemagne ayant conserv un potentiel industriel plus important.

    2) Le rle des anticipations et du contexte politique dans les crises des politiques

    de stabilisation

    a) Les stabilisations franaises et anglaises

    Les conomies britannique et franaise ont t dstabilises par la Grande guerre comme en

    tmoigne lexpansion de lendettement public et de la masse montaire pendant les annes du conflit. Le

    1 J.M. Keynes, Les Consquences conomiques de la paix, 1919

  • 5

    Royaume-Uni, o linflation a t contenue, fait trs vite le choix de revenir ltalon-or, avec lambition de

    jouer un rle pivot dans le Gold Exchange Standard institu lors de la confrence de Gnes en mai 1922, un

    moment o seul le dollar tait convertible. Cet accord permet un pays d'mettre de la monnaie non plus

    seulement en fonction de l'or qu'il dtient en stock, mais aussi en fonction des monnaies convertibles en or.

    Lenjeu pour lAngleterre tait de venir concurrencer le dollar de faon redonner la livre le rle de

    monnaie de rserve quelle avait avant la guerre. En avril 1925, Winston Churchill, alors chancelier de

    lEchiquier, annonce le rtablissement de la convertibilit or de la livre sterling sa parit d'avant-guerre,

    entranant la critique svre de Keynes2. En effet, le retour cette parit avait rendu ncessaire une politique

    dflationniste douloureuse associe une faible croissance et elle avait pour consquence une perte de

    comptitivit et une dtrioration de la balance des paiements britannique.

    Keynes juge meilleure la stratgie franaise caractrise par une dprciation du franc (favorable

    aux exportations) et surtout par une inflation qui permettait de rduire la dette publique. La France est ainsi

    parvenue faire revenir le ratio dette sur PIB de 180% 100% puis rtablir en juin 1928 une parit du

    franc avec lor : cest le franc Poincar dont la valeur en or reprsente un cinquime de celle qui prvalait

    jusquen 1914 pour le franc germinal. Pourtant, les Franais ont eu le sentiment dune politique

    extrmement chaotique due aux spculations dont le franc a fait lobjet partir de 1919 notamment lors des

    crises politiques internes (cartel des gauches et mur dargent de 1924) et externes (lies au paiement des

    rparations comme en 1923 avec loccupation de la Ruhr). Dcrivant les drives budgtaires, les crises de

    change rptition et la hausse du cot de la vie du fait dune inflation manifestement incontrle, Alfred

    Sauvy3 parle dun ocan derreurs . Pourtant, un certain nombres dtudes tendent nuancer ce sentiment

    dchecs rpts de la politique conomique franaise, notamment parce que la France a russi viter la

    fois lhyperinflation rsultant dun endettement incontrl ou dune insuffisante crdibilit des politiques de

    stabilisation et les effets rcessifs des politiques dflationnistes.

    La ncessit dune stabilisation a t envisage partir du moment o il est devenu plus clair que les

    rparations ne suffiraient pas payer les cots induits par la guerre : en 1923-1924, alors mme que le

    gouvernement de Poincar avait choisi doccuper militairement la Ruhr pour obtenir le paiement des

    rparations (sans grands rsultats), la France fut soumis une violente crise de change qui rendit ncessaire

    un emprunt international et une augmentation des impts. Aprs la victoire du Cartel des gauches en 1924, le

    franc recommena se dprcier et on assista simultanment une fuite de capitaux et une crise politique,

    qui entranrent finalement une nouvelle crise de change en 1926. Le retour de Poincar la tte du

    gouvernement concida avec la fin de la spculation contre le franc et avec la stabilisation montaire qui

    permit le retour au franc-or en 1928. Pour comprendre les facteurs de linstabilit et les lments qui ont

    amen la stabilisation de 1926, on peut suggrer deux explications. La premire fait de linstabilit montaire

    la consquence dune situation macroconomique dfavorable, caractrise par la survaluation du franc et

    par la faible crdibilit de la politique de stabilisation mene par le cartel des gauches. Ainsi, Thomas

    2 J.M. Keynes, Les Consquences conomiques de M. Churchill, 1925

    3 A. Sauvy, Histoire conomique de la France entre les deux guerres, 1965

  • 6

    Sargent4 considre que la principale cause de la crise de change est le dficit budgtaire. Certains travaux

    plus rcents ont montr que cest surtout la dette cumule qui peut avoir jou un rle dstabilisateur (li la

    crainte dun dfaut sur la dette publique) dans la mesure o le dficit na cess de se rduire partir de 1920,

    atteignant 2,9% du PIB en 1925. Dautres tudes ont mis laccent sur la fuite de capitaux et sur le manque de

    crdibilit de la politique conomique du Cartel. La seconde explication est exclusivement politique en ce

    sens quelle se concentre sur le rle de linstabilit politique. Alberto Alesina5 a par exemple avanc lide

    selon laquelle laction du Cartel tait paralyse par labsence dun groupe politique (travailleurs,

    entrepreneurs ou rentiers) capable dimposer une ligne politique un gouvernement partag entre radicaux et

    socialistes. Au contraire, Poincar fut soutenus par...