of 28/28
DOSSIER PÉDAGOGIQUE LES JEUNES AU CŒUR DU GRAND THÉÂTRE AVEC LE SOUTIEN DE Ruggero Leoncavallo Cavalleria Rusticana I Pagliacci SAISON1718 Programme pédagogique réalisé grâce au soutien de la Fondation de bienfaisance du groupe Pictet et en collaboration avec le Département de l’Instruction publique, de la culture et du sport de la République et du canton de Genève www.geneveopera.ch/pédagogie T +41 22 322 5172 Pietro Mascagni

DPédago 1718 CAV/PAG - geneveopera.ch · Cavalleria Rusticana ... Pourquoi jouer en même temps Cavalleria Rusticana et I Pagliacci? 6. Mascagni & Leoncavallo, ... de musique) et

  • View
    217

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of DPédago 1718 CAV/PAG - geneveopera.ch · Cavalleria Rusticana ... Pourquoi jouer en même temps...

  • DOSSIER PDAGOGIQUELES JEUNES AU CUR DU GRAND THTRE

    AVEC LE SOUTIEN DE

    Ruggero Leoncavallo

    CavalleriaRusticanaI Pagliacci

    SAISON1718

    Programme pdagogique ralis grce au soutien de la Fondation de bienfaisance du groupe Pictet

    et en collaboration avec le Dpartement de lInstruction publique, de la culture et du sport de la Rpublique et du canton de Genve

    www.geneveopera.ch/pdagogieT +41 22 322 5172

    Pietro Mascagni

  • Janvier 2018

    Dossier ralis par Fabrice Farina

  • Cavalleria Rusticana Opra en un acte de Pietro Mascagni Livret de Giovanni Targioni-Tozzetti et Guido Menasci inspir des scnes populaires de Giovanni Verga. Cr Rome le 17 mai 1890 au Teatro Costanzi.

    I Pagliacci Drame en un prologue et deux actes de Ruggero Leoncavallo Livret crit par le compositeur. Cr Milan le 21 mai 1892 au Teatro dal Verme.

    En coproduction avec le Teatro Comunale di Bologna Chant en italien avec surtitres anglais et franais

    Bien que Mascagni et Leoncavallo ne se soient jamais concerts Cavalleria Rusticana et I Pagliacci sont devenus deux insparables du monde de lopra. Chacun deux tant trop court pour faire une soire, ils se sont retrouvs sur la mme affiche du Met, un soir de 1895. Depuis, rien ne les spare. Composs uniquement deux annes dintervalle, tout les destinait devenir deux jumeaux du lyrique.

    LES COLLABORATEURS DU PROGRAMME PDAGOGIQUE

    Elsa [email protected] + 41 22 322 57 72

    Fabrice [email protected] + 41 22 322 51 88

    Camille [email protected] + 41 22 322 57 73

    CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI INTRODUCTION

  • 2 GRAND THTRE DE GENVE DOSSIER PDAGOGIQUE CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI

    Relations entre les personnagesAvant-propos - Synopsis - Clefs pour la mise en scne

    Rsum - coute - Repre Scnique

    Relations entre les personnagesAvant-propos - Un clown entre rire et horreur - Synopsis - Clefs pour la mise en scne

    Rsum - coute - Repre ScniqueActe1Acte 2

    1. Le Vrisme, un courant littraire et musical2. Le Vrisme littraire3. Le Vrisme musical4. Cavalleria Rusticana et I Pagliacci : mettre en musique une tranche de vie 5. Pourquoi jouer en mme temps Cavalleria Rusticana et I Pagliacci ?6. Mascagni & Leoncavallo, un fabuleux destin : de l'ombre la lumire7. Brves biographies

    ATELIERS ARTISTIQUESLe thtre des motions : ateliers maquillage thtre combins

    45

    6

    1415

    161620

    21

    22

    23-24

    24

    Sommaire

    Annexes

    Cavalleria Rusticana

    I Pagliacci

  • 3CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI DOSSIER PDAGOGIQUE GRAND THTRE DE GENVE

    LES INTERPRTES PRINCIPAUX DE LA PRODUCTION CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI

    Direction musicale Alexander Joel

    Cavalleria RusticanaMetteure en scne Emma DanteDcors Carmine MaringolaCostumes Vanessa SanninoLumires Cristian ZucaroChorgraphie Manuela Lo SiccoAlfio Roman BurdenkoLola Melody Louledjian*Santuzza Oksana VolkovaTuriddu Marcello Giordani

    I PagliacciMetteure en scne Serena SinigagliaDcors Maria SpazziCostumes Carla TetiLumires Claudio De PaceCanio, alias Pagliccio Diego TorreNedda, alias Colombina Nino MachaidzeTonio, alias Taddeo Roman BurdenkoBeppo, alias Arlecchino Migran Agadzhanyan*Silvio Andr SchuenDeux villageois Terige Sirolli & Rodrigo Garcia Muoz

    Chur du Grand Thtre, direction Alan WoodbridgeOrchestre de la Suisse RomandeMatrise du Conservatoire populaire de musique, danse et thtre de Genve, direction Magali Dami & Fruzsina Szuromi

    *Membre de la Troupe des Jeunes solistes en rsidence

    Rptition gnrale jeudi 15 mars 2018 19 h 30

    Dure : approx. 2 h 45 (avec un entracte)

  • 4 GRAND THTRE DE GENVE DOSSIER PDAGOGIQUE CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI

    SANTUZZAune jeune paysanne

    MEZZO-SOPRANO

    LUCIAune villageoise

    CONTRALTO

    LOLAjeune paysanne

    coquette et provocatriceMEZZO-SOPRANO

    ALFIOun riche charretier

    BARYTON

    TURIDDUun jeune soldat

    TNOR

    Relation entre les personnages dans Cavalleria Rusticana

    mre de en couple

    liaison amoureuse secrte (adultre)

    maris

  • 5CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI DOSSIER PDAGOGIQUE GRAND THTRE DE GENVE

    AVANT-PROPOS CAVALLERIA RUSTICANA

    AVANT-PROPOSCavalleria rusticana, littralement chevalerie rustique . Remarquons que normalement les codes de chevalerie sont rservs des personnages hroques (le roi Arthur) ou mythologiques (Achille) et quils sont attribus ici de gens simples , des hommes du peuple et vrais comme le veut le vrisme (courant musical, cf. page 22).

    SYNOPSISLhistoire est base sur un fait divers simple mais violent extrait dun recueil paru en 1880, Vita dei campi de Gio-vanni Verga : dans un village sicilien au XIXme sicle, pendant la Pques, une jeune paysane Lola trompe son mari Alfio avec le jeune soldat Turiddu. Ce triangle amoureux mne les rivaux vers un invitable duel et conduira la mort lun des deux hommes.

    CLEFS DE LECTURE POUR LA MISE EN SCNEUNE PLUIE DE RFRENCES AU CULTE DE L'GLISE CATHOLIQUEDj produit Bologne, lquipe artistique (constitue de la metteure en scne, du dcorateur, du crateur lumire et de la cratrice des costumes) a voulu raconter lhistoire dans un dcor charg de rfrences aux pratiques religieuses durant la Pques en Sicile. Ces rfrences vous seront expliques au fur et mesure de leur apparition dans le rsum de lhistoire.

    AU COMMENCEMENT TAIT LE VIDELa metteure en scne Emma Dante a lhabitude dans son travail de commencer avec une scne compltement vide. En effet, ce procd permet de zoomer sur les personnages et de focaliser lattention sur leurs mouvements.

    UN CONSTANT PARALLLISMEPour raconter cet opra, Emma Dante propose dtablir un parallle entre lhistoire damour malheureuse de Turiddu et la passion du Christ : les deux hommes incarnant la figure de lhomme sacrifi (lun pour le salut de lhumanit, lautre pour le sien ou celui de sa compagne Santuzza). Vous verrez donc sur scne la narration de lhistoire de Turiddu entrecoupe par les dplacements du Christ portant sa croix. Cest par ce jeu de miroir que la metteure en scne tablit un lien entre lhistoire du Christ et celle de Turiddu .

    DU NOIR ET BLANC...Un jeu de couleur sera propos tout au long de lopra : le noir et par opposition le blanc. Le noir est la couleur du deuil et de la passion du Christ (rideaux, voiles, costumes). Les costumes auront galement des tonalits grises.

    AVEC QUELQUES TOUCHES DE COULEURDes touches de couleurs seront intgres dans cette atmophre pour reprsenter avec force des tableaux vivants faisant rfrence aux tableaux de la Renaissance (le chemin de croix du Christ, les suivantes du Christ avec la Sainte Vierge Marie, etc.)

    UN CHRIST LA PEAU NOIREPour des raisons esthtiques et symboliques, un acteur la peau de couleur noire jouera le Christ qui porte sa croix. Emma Dante souhaite ainsi souligner davantage le contraste et le jeu du noir et blanc.

  • 6 GRAND THTRE DE GENVE DOSSIER PDAGOGIQUE CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI

    1. RSUM - Le thme de la jalousieAvant d'entrer dans l'histoire, je vous propose d'couter ce thme. Il est associ la jalousie et la dtresse de Santuzza. Il apparatra plusieurs moments de lopra pour souligner langoisse du personnage.

    COUTE PISTE 1

    2. RSUM - Un prlude atypiqueUn opra commence toujours par une ouverture (sauf quelques exceptions). Louverture est souvent joue par lorchestre, rideau baiss. Elle introduit les thmes musicaux principaux, elle est le rsum de latmosphre et plonge lauditeur dans lambiance (ici le drame).

    Mascagni, pour commencer son opra, na pas compo-s une ouverture mais un prlude entrecoup par un air de tnor accompagn dune harpe.

    COUTE PISTE 2

    ORCHESTRE

    TURIDDU Lola, vtue dune chemise couleur de laitTes blanche et rouge comme la cerise,Quand tu te montres et que ta bouche souritBienheureux celui qui te donne le premier baiser !

    Devant ta porte, le sang a t vers Et que mimporte de mourir assassin.Mais si je meurs et que je vais au paradis,Si je ne ty trouve pas, je ny rentre pas !

    ORCHESTRE

    QUESTIONSDcrivez vos sensations sur la soudaine apparition de lair du tnor au milieu du prlude orchestral.Si nous tions au cinma, comment pourrait sappeler cet effet ?Daprs le texte que pouvez-vous conclure des senti-ments de Turiddu pour Lola ?

    RSUM - COUTE - REPRES SCNIQUES CAVALLERIA RUSTICANA

    SUR SCNE Pour ce prlude, Emma Dante (metteure en scne) ouvre le rideau et laisse apparatre Lola, qui pendant la sr-nade, trne sur un lment de dcor. Elle se parfume et se prpare pour aller voir son amant. Des hommes autour delle ladmirent et sont hypnotiss par son charme. Elle est le symbole de la femme que lon dsire, elle est la plus belle femme de tout le village, lobjet de toutes les tentations.

    MAIS POURQUOI TOUT EST NOIR? Pour comprendre ces longs draps noirs, il faut se rf-rer la tradition catholique des voiles.

    Pques, les pratiquants jenaient lors du Carme. En effet, autrefois les chrtiens, pour se prparer vivre le grand mystre de la mort et de la rsurrec-tion du Christ, observaient des privations des sens : got, oue (pas de cloche, ni d'orgue, ni dinstruments de musique) et visuelles avec les voiles de couleur violette que lon place sur les statues ainsi que le velum quadragesimale (grand voile qui ferme le sanctuaire). La symbolique du deuil est ainsi dau-tant plus renforce pour les pratiquants car elle est thtralise.

    Cette scne sera suivie par la premire apparition du chemin de croix : le Christ portant sa croix avec dautres personnages (un soldat romain et quatre suivantes du Christ). Ce chemin de croix du Christ sera jou de manire rcurrente pour ponctuer des scnes de lopra et tablir un lien entre le Christ et Turid-du. (cf un constant paralllisme page 5)

    Module-escalier mobile sur lequel trne Lola

  • 7CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI DOSSIER PDAGOGIQUE GRAND THTRE DE GENVE

    Exemple dune peinture inspirant Emma Dante pour construire les scnes du chemin de croix. Les couleurs seront dautant plus mises en valeur grce au fond noir du dcor initial.

    RSUM - COUTE - REPRES SCNIQUES CAVALLERIA RUSTICANA

    Exemple de la tradition des voilesdans les glises siciliennes lors du Carme

    Velum quadragesimal fermant le sanctuaire

    VIA CRUCIS V Chemin de croix V, Giandomenico Tiepolo.1745 -1749.

  • 8 GRAND THTRE DE GENVE DOSSIER PDAGOGIQUE CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI

    3. RSUM - Au petit matinSur la place du village au petit matin. Au son des premires cloches appelant les fidles la messe, peuples, acrobates et danseurs remplissent petit petit la scne de vie, de fte et de jeunesse. Les modules-escalier entrent et se mettent en place pour figurer le village Parmi les habitant, Santuzza est la recherche de Turiddu. Inquite et torture, elle se dirige vers la boutique de vin de Mamma Lucia (la mre de Turid-du) qui lui rpond : Il est all au vin au village en pleine nuit . Santuzza sait que les rumeurs disent le contraireMais la conversation des deux femmes est interrompue par larrive du charretier Alfio (le mari de Lola).

    SUR SCNE

    Ces modules-escalier mobiles seront galement dplacs pour souligner les tensions psychologiques entre les personnages : face--face lors de confrontation, cte cte pour les rapprochements sentimentaux, etc

    4. RSUM - Alfio et sa charretteAvec une entre rythme par des coups de fouet, Alfio se rjouit de son mtier de charretier ainsi que de la fidlit de son pouse Lola. Il demande du vin Mamma Lucia. Celle-ci rpte que son fils est all en chercher. Alfio est tonn car il a vu Turridu proxi-mit de sa maison : les craintes de Santuzza sur linfi-dlit de Turiddu semblent se confirmer

    COUTE PISTE 3Ici nous retrouvons, comme lors de la chanson de Turiddu dans le prlude (piste 2), le genre de la chan-son populaire. On entend mme les claquements

    de fouet ! Le mouvement rapide correspond au moment o Alfio vante son formidable mtier de char-retier et le mouvement plus lent, la fidlit de sa femme Lola.

    ALFIOLe cheval piaffe,Les grelots tintents,claque le fouet. H l !Que le vent souffle le vent gel,que tombe pluie ou neige,quest-ce que a mfait moi ?

    HOMMESAh quel beau mtier Dtre charretier,Aller a et l !

    ALFIO (+ lent) la maison Lola mattendqui maime et me console,qui mest toute fidlit.

    QUESTIONSQuel est le caractre dAlfio daprs la musique ? timide ou sr de lui ?La musique et son chant laissent-ils planer un doute sur la fidlit de sa femme Lola ?

    SUR SCNE Alfio arrive sur scne sur l'un des emblmes de la culture populaire sicilienne : la charrette. lpoque, les familles aises de Sicile se dplaaient en calche de luxe riche-ment dcore. Au XVIIIme sicle, les familles de paysans se mirent les peindre de mille couleurs pour rivaliser avec celles des grandes familles.

    tonnant ! la charrette dAlfio ne sera pas tire par quatre chevaux ! Surprise

    Les coups de fouet donns par Alfio rappeleront ceux reus par le Christ lors de la passion. Alfio est celui qui punit, qui donne les coups.

    5. RSUM - La sortie de l'gliseLes cloches se remettent sonner. Dans lglise, un chant religieux se fait entendre tandis qu lextrieur lhymne de la Rsurrection - musique puissante aux grands lans mlodiques - est entonn par Santuzza et la foule en procession.

    Plan des modules-escalier mobiles. Ils peuvent se combiner, se sparer et constituer ainsi divers espaces de jeux (maisons, glise, place du village...).

    RSUM - COUTE - REPRES SCNIQUES CAVALLERIA RUSTICANA

  • 9CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI DOSSIER PDAGOGIQUE GRAND THTRE DE GENVE

    SUR SCNECette grande scne de chur sera loccasion de glisser dans lopra une autre tradition catholique de la Pques : la procession des bandelettes ou des rubans appe-le Lu Signuri Di Li Fasci (qui se prononce : lou si-gno-ri di li fa-chi, une tradition de la province de Enna, en Sicile).

    Lors du Vendredi saint Pietraperzia (Enna), se droule la procession de la croix haute appele Lu Signuri di li fasci. Cest une poutre en bois de cyprs de 8,50 mtres de haut se terminant par une croix. Ce long crucifix est port lextrieur, de lglise vers lautre bout du village, vers le soleil couchant. Dabord dans une position horizontale, les fidles nouent sur une structure mtallique circulaire en haut de la poutre un grand nombre de bandes de toile de lin blanc, denviron 32 mtres de long et denviron 40 centimtres de large. La fonction des bandes sera de permettre aux fidles de maintenir le long poteau de bois en quilibre le long du chemin processionnel. Leffet est spectaculaire car de loin, les bandes blanches donnent limpression dassister un miracle : la vision dune grande montagne couverte de neige avec le Christ qui bouge tout seul !

    6. RSUM - Un couple l'agoniePuis la place se vide et laisse Santuzza et Mamma Lucia seules. La jeune femme lui confie alors son his-toire, je cite : le cur bris, Turiddu trouva refuge dans mes bras. Mais cette envieuse, oubliant son mari, brlait de jalousie et me le ravi ! Prive de mon boh-neur je reste seule : Lola et Turiddu saiment, et moi, je pleure !

    COUTE PISTE 4

    SANTUZZAVous le savez, mamma,avant de partir soldatTuriddu avait jur Lolaune foi ternelle. son retour, il la trouva marie ;et avec moi il voulut teindre sa flamme qui lui brlait le cur.Il maima, je laimai , je laimai, ah ! Je laimai !

    Le long cri de Santuzza est plac sur le ah ! (en rouge dans le texte)

    7. RSUM - Scne de mnageCest ce moment que Turridu apparat : Santuzza ne peut sempcher de lui reprocher son infidlit, ce que le jeune homme dment ! Au mileu de cette dispute, on entend alors la voix de la coquette Lola qui traverse bientt la place.

    COUTE PISTE 5Observez comme la tension du couple Turiddu-San-tuzza est palpable et la discorde est bien mise en valeur dans ce chant altern puis lunisson grand renfort dorchestre !

    Prsente toutes les grandes ftes,la fameuse charrette sicilienne fait partie de la culture de lItalie du sud. Elle est dcore de scnes religieuses ou de scnes historiques.

    LU SIGNURI DI LI FASCI (tradition de la province de Enna, en Sicile). Un crucifix est fix sur un grand mt duquel descendent des longs rubans de tissus en lin blanc que la foule tient dans la main.

    RSUM - COUTE - REPRES SCNIQUES CAVALLERIA RUSTICANA

  • 10 GRAND THTRE DE GENVE DOSSIER PDAGOGIQUE CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI

    tout est pi Des hommes et des femmes cachs observe-ront la scne sans en perdre une miette !

    8. RSUM - La maldictionLola partie, le couple Turiddu Santuzza peut alors conclure la dispute. Mais Turiddu, fait le sourd et part rejoindre Lola dans lglise pour la clbration. Furieuse, Santuzza le maudit : toi la mauvaise Pques ! .

    La soudaine arrive dAlfio apparat pour Santuzza comme un signe du ciel. Elle dcide de tout lui rvler. Le mari tromp jure de se venger !

    COUTE PISTE 6Turiddu et Santuzza chantent tous deux les grands thmes poignants du prlude orchestral, ce qui donne cette scne beaucoup denvergure. Les lon-gues lignes musicales tendues permettent aux voix dtre puissamment projetes. Le compositeur intro-duit dans ce duo infernal des progressions musicales qui mnent toujours vers plus de violence dans lor-chestre et dans les voix si bien que celles-ci sont par-fois la limite du cri ou comme la fin, dans le parl : du vrisme ltat pur ! La scne se conclut par le retour du thme orchestral de la jalousie fortis-simo (cf piste 1 ).

    SANTUZZAAh ! non, Turiddu, reste, reste encore, encore.TURIDDUVa ten, je te rpte, ne mennuie pas,se repentir est vain aprs loffense, va ten !SANTUZZANon !TURIDDUVa ten !SANTUZZANon ! Ta Santuzza pleure et timplore, comment peux-tuTURIDDUVa ten !SANTUZZAHa ! donc tu veux mabandonner ?TURIDDUAh, va ten, je te rpte, va ten, ne mennuie pas !SANTUZZAFais attention !TURIDDUTa colre ne me fait pas peur !SANTUZZA toi les mauvaises Pques, parjure !(thme orchestral de la jalousie cf. piste1)

    SANTUZZATu laimes donc ?TURIDDUNon !SANTUZZALola est bien plus belleTURIDDUTais-toi ! Je ne laime pas.SANTUZZATu laimes, tu laimes, maudit !TURIDDUSantuzza !SANTUZZACette mauvaise femme ta arrach moi !TURIDDUFais attention, Santuzza, je ne suis pas esclave de ta vaine jalousie.SANTUZZABats-moi, insulte-moi, je taime et pardonne ;mais mon angoisse est trop forte,(bis)LOLA (en coulisse)Fleur diris,Il y a mille anges magnifiques au ciel,mais beau comme lui, il n y en a quun seul !Oh ! Turiddu, Alfio est pass ?

    QUESTIONSA) Quel procd utilise le compositeur pour introduire le troisime personnage de Lola ? Lavez-vous dj entendu lors dun extrait prcdent ? Si oui lequel ?B) Quel caractre possde la musique de Lola et quels renseignements nous donne-t-elle sur sa personnalit ?

    Exemples : A) Lentre de Lola est ralise avec une brusque inte-ruption du droulement de laction, crant comme dans le prlude, une sorte de suspension du temps : lexplosion du couple Turiddu-Santuzza contenue pour le moment augmente en pression B) la musique est lgre, enleve sur un rythme de valse voquant le badinage, la frivolit et en mme temps la jeunesse, la fraicheur de cette trs belle femme. Le contraste musical apport par Lola ren-force la tension de la scne dautant plus que son arri-ve tombe vraiment au mauvais moment !

    SUR SCNELes deux personnages seront placs chacun sur un module-escalier. Ceux-ci se dplaceront au rythme de la dispute avec des mouvements de rapprochement, dloignement, de face--face, etc Le moment fort sera lorsque les deux modules scarteront pour inter-caler celui de Lola, la rivale ! Comme dans le village

    RSUM - COUTE - REPRES SCNIQUES CAVALLERIA RUSTICANA

  • 11CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI DOSSIER PDAGOGIQUE GRAND THTRE DE GENVE

    SUR SCNELes modules-escalier se sont dplacs. Celui de Santuzza est isol alors que celui de Lola et Turiddu sont colls. Le message est clair. Lorsque Turiddu entre dans lglise pour rejoindre Lola. Les modules-escalier quittent la scne. Ce vide reprsente les sentiments dabandon, de solitude et de trahison de Santuzza.

    9. RSUM - Intermezzo orchestralUn intermezzo symphonique se fait alors entendre apportant un grand moment de calme bien appr-ciable aprs ses vives turbulences. Cest en quelques sortes lentracte impossible raliser autrement dans une uvre si courte.

    COUTE PISTE 7Mais quel entracte ! Cet intermezzo, loin des thmes de lopra, met en avant les talents du compositeur pour les uvres orchestrales. il est un chef d'uvre en soi, jou encore aujourd'hui dans de nom-breux concerts partout dans le monde !

    SUR SCNE Lors de cet intermde, vous verrez le passage du Christ lors de son chemin de croix. Aid traditionnellement par Marie-Madeleine dans la Bible, cest ici Santuzza elle-mme qui laidera. Puis une grande table, avec de riches dcorations rappelant la charrette traditionnelle sicilienne, sera avance pour le banquet traditionnel de la sortie de lglise.

    10. RSUM - Chanson boireLintermezzo prcdent a permis de faire avancer lac-tion dune ou de deux heures environ carcest la sortie de la messe. Turiddu invite la foule boire un verre dans la taverne de sa mre.

    COUTE PISTE 8Remarquez bien le caractre joyeux, festif et lallure bien rythme de cette chanson boire appuye au milieu par des phrases de toast ponctues de VIVAT ! de la foule.

    TURIDDUVive le vin qui ptilledans les verres qui scintillentcomme le rire de lamant ;il inspire une douce joie !Vive le vin qui ptille,Vive le vin qui est sincre,

    qui rjouit toute nos penseset qui noie les ides noiresdans de tendres ivresses !TURIDDU vos amours !HOMMESVivat !LOLA votre chance !HOMMES Vivat !TURIDDUBuvons !TOUSVive le vin qui ptilledans les verres qui scintillentetc

    SUR SCNETous les chanteurs sont prsents autour de cette table. Les femmes tiennent leurs ventails colors. Une grande joie se dgage de cette scne. Emma Dante (metteure en scne) travaillera ici avec importance les mouvements des corps de tous les chanteurs pour animer cette scne.

    11. RSUM - FinalLa joie disparat quand Alfio fait son entre. Celui-ci refuse le verre tendu par Turiddu prtextant que le vin pourrait lempoisonner : Turridu comprend le sens cach de cette phrase et sait maintenant quil ne pourra pas chapper un duel au couteau avec son rival. Les deux hommes se donnent laccolade rituelle - Turiddu mord loreille dAlfio en signe de dfi - et conviennent du lieu de laffrontement.

    Sentant que lissue risque de lui tre dfavorable, Turiddu part faire ses adieux sa mre et la prie de soccuper de Santa (Santuzza).. Prtextant devoir sortir cause du vin qui lui fait tourner la tte, il lui fait ainsi ses dernires recommandations :

    COUTE PISTE 9

    TURIDDU(.) vous devrez tre une mre pour Santa (Santuzza) qui javais jur de la conduire lautel.vous devrez tre une mre pour Santa si je ne reven-nais pas !LUCIAPourquoi parles-tu ainsi, mon fils ? TURIDDUHo ! pour rien !Cest le vin qui ma inspir.

    RSUM - COUTE - REPRES SCNIQUES CAVALLERIA RUSTICANA

  • 12 GRAND THTRE DE GENVE DOSSIER PDAGOGIQUE CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI

    Pour moi, priez Dieu,un baiser, un baiser, maman !Un autre baiser Adieu !si je ne revenais pas !soyez une mre pour Santa (Santuzza)

    SUR SCNEAu fur et mesure que le conflit progresse entre les deux hommes, la foule se dsagrge. Sur un plateau vide, seul un groupe dhommes est rest avec les deux rivaux. Le groupe choisit son camp et se place derrire celui qui a raison, laissant tout seul celui qui a tort. Ce moment est trs fort symboliquement car dans le paralllisme avec lhistoire du Christ, Turiddu se retrouve tout seul devant ses juges comme la t Jsus devant les siens. Turiddu comprend alors que le moment du sacrifice est arriv. lhomme est seul face son destin.

    La dernire image du spectacle reconstituera une peinture de la Renaissance : la scne de Marie pleurant son fils au pied de la croix (Mater dolorosa).

    RSUM - COUTE - REPRES SCNIQUES CAVALLERIA RUSTICANA

  • 13CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI DOSSIER PDAGOGIQUE GRAND THTRE DE GENVE

    I Pagliacci Drame en un prologue et deux actes de Ruggero Leoncavallo

    Metteur en scne : Serena Sinigaglia

    Dcors : Maria Spazzi

    Lumires : Cristian Zucaro

    I PAGLIACCI

  • 14 GRAND THTRE DE GENVE DOSSIER PDAGOGIQUE CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI

    I PAGLIACCI

    SYLVIOun paysan

    BARYTON

    BEPPE /ARLEQUINmembre de la troupe

    TNOR

    TONIO /TADDEOun clown membre de la troupe

    BARYTON

    NEDDA /COLOMBINAMembre de la troupe

    SOPRANO

    Relation entre les personnages dans I Pagliacci

    amant secret

    amoureux de

    mari

    CANIO /PAGLIACCIOdirecteur d'une troupe de

    "pagliacci"TNOR

  • 15CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI DOSSIER PDAGOGIQUE GRAND THTRE DE GENVE

    AVANT-PROPOS I PAGLIACCI

    AVANT-PROPOS :Reprenant le mme systme de construction dramatique trs resserr de Cavalleria rusticana mais sur deux actes cette fois, I Pagliacci exploite aussi un fait divers. Celui-ci est crit par le compositeur R. Leoncavallo lui-mme sur la base dun souvenir autobiographique : son propre pre avait t amen juger en tant que magistrat une affaire de meurtre survenue sur scne durant une reprsentation Montalto Uffugo, un village de Calabre. I Pagliacci sest rendu clbre par la mise en abyme de son action dramatique (lhistoire de lacte 1 est rejoue par les chanteurs dans lacte 2 sous forme de petit spectacle) ainsi que par son manifeste vriste : expos par lun des personnages lors du prologue, lauteur appelle rapprocher fiction et ralit, jusqu ne plus savoir distin-guer lune de lautre.

    UN CLOWN ENTRE RIRE ET HORREUR Paggliacio (pa-gli-a tcho) au singulier, Paggliaci (pa-gli-a-tchi) au pluriel, ce terme peut se traduire par clown ou par paillasse . (Paillasse est un pitre, un bent ridicule et grotesque dont la maladresse excessive excite toujours les rires de lauditoire) La figure burlesque du clown ft dj thtralement dtourne pour en faire apparatre soit le ct triste, soit le ct effrayant :

    le clown triste, oblig de faire rire mme quand son cur est gros (Pierrot lunaire) le clown malfique, qui utilise lattrait quil exerce pour tuer ( a, roman de Stephen King ;

    le Joker figure bien connue des DC Comics ; Clown, film dhorreur ralis par Jon Watts en 2014)

    SYNOPSISLhistoire est base sur un fait divers simple mais violent : Canio et sa femme Nedda, acteurs ambulants, joue-ront avec leur troupe le drame dArlequin et Colombine pour le public dun petit village de Calabre, jusqu ce que la ralit fasse brutalement basculer la reprsentation dans lhorreur du meurtre. Sous son costume de Pail-lasse, Canio, mari tromp et fou de jalousie tuera deux personnes... La commedia finita ! (la comdie est finie) conclue-t-il en rponse aux hurlements dhorreur des spectateurs qui comprennent subitement que le sang rouge qui coule est bien rel et que les acteurs nont pas fait semblant .

    CLEFS DE LECTURE DE LA MISE EN SCNESerena Sinigaglia (metteure en scne) a prpar son spectacle avec son quipe ( costumier, crateur des lumires, dcorateur) avec plusieurs ides fortes :

    RELIER LES DEUX UVRES"Gnralement les deux uvres sont joues la suite mais sans rapport entre elles", nous confie la jeune metteure en scne. C'est pourquoi elle tablira une correspondance limage dune pellicule : deux opras comme le positif et le ngatif dune mme photo. Par exemple : si Cavalleria rusticana tait dans un dcor sombre alors I Pagliacci sera dans un dcor lumineux.

    FAIRE RESSORTIR UN MAXIMUM LA THMATIQUE DU THTRE DANS LE THTRELa mise en abyme est le thme central dans I Pagliacci puisque lacte 1 est rejou par les chanteurs dans lacte 2 sous forme de petit spectacle. Elle dsire aussi, tout comme le mouvement vriste invite le faire, casser la fic-tion thtrale en montrant larrire du dcor : vous verrez les techniciens mettre en place le dcor, les cbles qui tiennent les toiles de fond seront galement vue, rien ne sera cach.

    LE CINMA NO-RALISTE ITALIENLoption prise par Serena Sinigaglia (metteure en scne) sera dimmerger Lopra I Pagliacci dans lesthtique et lambiance du cinma no-raliste italien des annes 1940-50. En effet, elle a trouv dans ce courant cin-matographique lquivalent du vrisme musical. ( dcors naturels, acteurs non professionnels, aspects ralistes venant d'vnements vcus, improvisation assez frquente, dialogues relativement simples, refus des effets visuels dans le montage. Sujets : le quotidien, des faits divers, le travail, l'volution socio-conomique du pays )

  • 16 GRAND THTRE DE GENVE DOSSIER PDAGOGIQUE CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI

    QUELQUES THMES CLEFS SE METTRE DANS L'OREILLE

    PISTE 10, 11, 12, 13

    Thme du rire douloureux de Paillasse (Canio)Thme de lamour adultre de Nedda et SilvioThme de la jalousie de Canio la manire dune musique de parade survolte

    1. RSUM - Quand le prologue* vous parle

    LIREAvant de lcouter, voyez dans le dbut du texte ci-dessous chant par Tonio, comment le compositeur utilise encore lancien procd du prologue des op-ras baroques et comment celui-ci est dtourn avec humour.

    Tonio : _ Sil vous plat! Permettez! Mesdames et Mes-sieurs!..... Excusez-moi de me prsenter seul. Je suis le Prologue. Puisque lauteur fait revivre les masques de lancienne comdie, il veut aussi reprendre les anciens usages de la scne, et cest pourquoi il menvoie.

    Remarquez que se prsenter comme une allgorie dans un opra qui se veut proche de la vrit est contradictoire. Mais aussi vriste que cela puisse paratre, lopra reste fondamentalement une forme artificielle.Puis son texte est un vritable manifeste de lopra vriste (cf. page 22) : le compositeur na dautre but que la mise en musique de la ralit de la vie quotidienne des plus humbles et nous, le public, nous sommes censs assister une histoire vraie dont les protagonistes sont des tres de chair et de sang.

    COUTE PISTE 14

    TONIO :Sil vous plat! Permettez! Mesdames et Messieurs!..... Excusez-moi de me prsenter seul. Je suis le Prologue. Puisque lauteur fait revivre les masques de lancienne comdie,Il veut aussi reprendre les anciens usages de la scne, Et cest pourquoi il menvoie.Mais non pour vous dire, comme avant : Les larmes Que nous versons sont fausses!De nos angoisses

    Et de nos martyres, Ne vous alarmez point!Non! Lauteur a plutt cherch peindre une tranche de vie.Il a pour seule maxime que lartiste est un homme, Et que cest pour les hommes quil doit crire. Et sinspirer de la vrit. (..)

    SUR SCNEAvant lintervention du Prologue, lentracte sera dj une oc-casion de mise en scne pour Serena Sinigaglia (metteure en scne) : il ny aura pas de rideau et vous verrez alors tous les changements de dcors et daccessoires. Nous ferons ce que nous appelons dans le thtre : des change-ments vue . La premire image que vous verrez sera un simple trteau typique de la commedia dellarte. Tous les draps du d-cor prcdent dEmma Dante seront retirs pour laisser place au soleil, la lumire vive de la Calabre, son sol sec et aride.La mise en scne pour cette entre du Prologue musical in-carn par Tonio sera labsence de mise en scne (la recherche du vrai chre au vrisme) : un homme en 2018 de manire trs raliste en rptition, chantera en sadressant au public lors dun changement de dcor au Grand Thtre de Genve (Opra des Nations)

    2. RSUM - Acclamations de joieActe I, un village de Calabre, le jour de lAssomption. Les villageois se rjouissent daccueillir Canio et sa troupe ambulante pour une reprsentation la nuit tombe.

    COUTE PISTE 15

    PAYSANS : Ils sont l ! Ils reviennent ! Ils sont de retour ! . Vive Paillasse ! Vive Paillasse !

    QUELQUES THMES CLEFS SE METTRE DANS L'OREILLE I PAGLIACCI

    *Vers 1650, lopra baroque italien commence, avant dentrer dans le vif du sujet, par un prologue. Celui-ci met en scne des allgories. Celles-ci permettent de personnifier les ides lEsprance, la Vertu, la Fragilit humaine, la Fortune, lAmour, etc. Souvent ces personnages ne sont l que pour veiller lintrt en faisant allusion au sujet de loeuvre, voire son dnouement. En faisant chanter le prologue comme un personnage sadressant au public, le compositeur utilise encore ce procd et le dtourne avec humour.

    Thatre de trteaux se rfrant au thtre de rue du XVIIme sicle

  • 17CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI DOSSIER PDAGOGIQUE GRAND THTRE DE GENVE

    QUELQUES THMES CLEFS SE METTRE DANS L'OREILLE I PAGLIACCI

    SUR SCNEla foule est l pour acceuillir la troupe de comdien.La fiction thtrale commence ici: nous sommes plongs dans les annes 1940-50, dans le climat sec et aride de la Calabre et dans latmosphre inspir par le cinma no-raliste (cf page 15)

    3. RSUM - la prmonition Grand spectacle vingt-trois-heures, prpar par votre humble et dvou serviteur ! crie Canio pour annoncer le spectacle. La publicit termine, les artistes sinstallent.

    Si la mise en scne le met bien en exergue, vous ver-

    rez alors dans cette petite scne totalement anodine, se cacher dj tout le drame de lopra : Tonio cherchant aider Nedda sortir de la voiture, se fait gifler par Canio. Tonio, vex, jure de se venger. Les villageois quant eux se moquent de Canio en insinuant que Tonio courtise Nedda ! Canio les prvient ouvertement : contrairement au thtre o tout finit bien, quiconque touchera sa femme le paiera de son sang.

    COUTE PISTE 16

    CANIO Un tel jeu, croyez-moi,il vaut mieux ne pas le jouer avec moi, mes chers,et cest Tonio et un peu vous tous que je parle !Le thtre et la vie, ce nest pas la mme chose ;Et si l, Paillassesurprend sa femmeavec un galant dans sa chambre,il lui fait un sermon comiquepuis se calme et se rendau coup de bton !Et le public applaudit,riant allgremenet !Mais, si vraiment je surprenais Nedda,lhistoire finirait autrement,aussi vrai que je vous parle !----silence---Un tel jeu, croyez-moiil vaut mieux ne pas le jouer !

    NEDDA ( part)Je suis confuse !

    4. RSUM - L'amour est un oiseau libreLes cloches sonnent les Vpres : la foule se disperse, Nedda reste seule. Elle ne peut masquer son effroi aprs les mena-antes paroles de son mari : Quelle flamme il avait dans le regard ! Jai d baisser les yeux de peur quil ny lise ma pense secrte ! . Mais trs vite elle chasse ses penses sombres pour laisser place lexpression de ses sentiments amoureux pour Silvio. Nedda est amoureuse et fait lapo-logie de la libert grce cette mtaphore sur les oiseaux : "Laissez-les vagabonder dans latmosphre, ces assoiffs dazur et de splendeurs : eux aussi suivent un songe, une chimre et ils vont parmi les nuages dor !"

    5. RSUM - la drague de Toniopi par Tonio, Nedda interrompt son chant. Subjugu par son charme, Tonio lui dclare son amour et sera cruellement raill par la belle jeune femme.

    Exemple de la maquette des costumes dans le style cinmatographique no-raliste italien des annes 1940-50

    Latmosphre sera inspire de celle dun village de cam-pagne de la Calabre : sol aride, soleil brulant, herbes sches. La touche spciale apporte par Serena Sinigaglia (met-teure en scne) sera la prsence de couleur noire sur lherbe, comme si le soleil lavait littralement brle. Ce noir est un rappel de latmosphre du dcor dEmma Dante dans Cavalleria rusticana, dont le sol est encore prsent.

  • 18 GRAND THTRE DE GENVE DOSSIER PDAGOGIQUE CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI

    I PAGLIACCI QUELQUES THMES CLEFS SE METTRE DANS L'OREILLE

    COUTE PISTE 17coutez, dans ce duo, comme le ton monte entre les deux personnages : dclaration damour, raillerie, menaces, colre, cri !

    TONIOTu ne sais combien de pleurs marrache la douleur !Ne ris pas, non !Jai subi ton charme, lamour ma vaincu ! Nedda !Cest ici que je veux te direet tu mcouteras, que je taime et te dsire, et que tu seras moi !Je veux tembrasser !Tu te moques malheureuse !Ah ! Par la sainte Vierge Sainte de lAssomption, Nedda,je jure que te me le paieras !

    NEDDAHa ! Ha ! Ha !Eh ! dites, matre Tonio !Le dos vous dmange-t-il aujourdhui ?Ha ! Ha ! Ha !Tu peux pargner tous tes discoursDes menaces ? Tu veux que jaille appeler Canio ?Fais attention !Misrable !Serpent ! Va-t-en !

    6. RSUM - Silvio et Nedda foreverCest alors que parat Silvio, un jeune paysan devenu lamant de la jeune femme. Aprs une longue hsita-tion tous deux dcident de fuir aprs la reprsentation.

    COUTE PISTE 18coutez la fin de leur duo damour rempli dtreinte et de douceur :

    NEDDA & SILVIOOublions tout !Regarde dans mes yeux ! Embrasse-moi !_Tu viendras ?_Oui. Embrasse-moi !_Je taime !

    7. RSUM - Ciel ! Mon mari !Mais Tonio a surpris leur conversation et par vengeance, sempresse daller informer Canio de ce qui se trame dans son dos. Ce dernier accourt au campement, entend les derniers mots changs par les deux amants, mais

    ne peut rattraper le garon qui senfuit par les champs. Nedda ne doit alors son salut qu Beppe qui empchent Canio de la frapper violemment. Tonio souffle une meil-leure ide son patron : attendre la reprsentation o Sil-vio sera certainement prsent et se trahira par un geste ou un regard dplac.

    COUTE PISTE 19coutez comme Canio, dans cette scne rude au texte cinglant et cru, chante avec violence Il nome ! (le nom de lamant quil nobtiendra jamais de la bouche de sa femme)

    CANIOToi, par le pre ternel !Et en ce moment je ne tai pas encore gorgecest quavant de salir dans ton sang pourri, dvergonde,cette lame, je veux son nom !Parle !!NEDDALinsulte est vaine.Mes lvres resteront muettes.CANIOLe nom, le nom, ne tarde pas femme !BEPPEPatron ! Que faites-vous !Pour l'amour de Dieu !Allez, allez, calmez-vous !CANIOLaisse-moi Beppe !Le nom ! Le nom !Infamie !

    8. RSUM - L'air de Paillassemouvant, pathtique voici un des airs les plus rputs et les plus clbres dans le monde de lopra toutes poques confondues. Canio va devoir monter sur scne, faire rire le public alors quil ne pense qu pleurer. Mais la torture ne sarrte pas l, car lironie du sort veut quil rejoue sur scne son propre drame qui va faire rire la foule. Ris paillasse de la douleur qui tempoisonne le cur se chante-t-il lui-mme

    COUTE PISTE 20Le dbut de cet air est comme un dialogue que Canio se fait lui-mme dans le dlire de sa douleur. Les mots sont entrecoups (souligns dans le texte) dans un rythme respectant le parl.Ensuite Canio passe de la tristesse la colre, puis du dsespoir aux pleurs. Le moment fort de cet air arri-vera sur les paroles colores en bleu. Vous retrouverez

  • 19CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI DOSSIER PDAGOGIQUE GRAND THTRE DE GENVE

    QUELQUES THMES CLEFS SE METTRE DANS L'OREILLE I PAGLIACCI

    SUR SCNEVisuellement, pendant lair de Canio, des paysans couperont la faux les grandes herbes devant la scne, afin de crer un espace pour acceuillir les chaises des spectateurs. Ce choix nest pas gratuit car la faux est loutil symboliquement associ la Mort (personnage squelettique tenant une faux dans les mains), aussi appele la Faucheuse de vies. Cest une prmonition certaine.

    alors le thme du rire douloureux de Paillasse (cf piste 1).

    CANIOJouer !Alors que brlant de dlireJe ne sais plus ce que je dis ni ce que je fais !Et pourtant il le faut, force-toi !Bah ! Si tu tais un homme !Mais tu nes quun Paillasse !

    Enfile ton costume et enfarine-toi la figure.Le public paie et il veut rire.Et si Arlequin te vole Colombine,Ris Paillasse, et chacun tapplaudira !Transforme en rire ton chagrin et tes larmes,en une grimace tes sanglots et ta douleur !Ha ! Ris Paillasse, de ton amour bris !Ris de la douleur qui tempoisonne le cur !

    Dans cette maquette du dcor, on peut voir les paysans coupant lherbe pour faire de la place, et la fois, une ambiance macabre rappelant la Mort qui fauche les vies.

    La grande faucheuse de Nikolai A.Tarkhov

  • 20 GRAND THTRE DE GENVE DOSSIER PDAGOGIQUE CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI

    ACTE 2 LA COMDIE

    Lacte 2 nest que la mise en abyme de lacte 1. Leffet produit un bel effet car le premier acte semble tre devenu pour nous la ralit et le deuxime acte une comdie.

    Tonio presse les spectateurs de sasseoir. Nedda, qui encaisse les billets, met discrtement en garde Silvio.

    Le rideau se lve : la jeune femme joue le rle de Colombine.

    Colombine (Nedda), reste seule en labsence de son mari Paillasse (Canio), coute la srnade d'Arlequin (Beppe). Mais la place de son amant, cest Taddeo (Tonio) qui parat sur le pas de la porte. Celui-ci fait une cour si empresse la belle quelle appelle laide Arlequin. Il le chasse coup de pied pour la plus grande joie du public. Puis il remet sa matresse une bouteille de vin et un somnifre destins son mari afin que les deux puissent senfuir tranquillement.

    Alors que Paillasse (Canio) entre en scne, ces derniers se sparent. Le mari tromp surprend la mme phrase change par Nedda et Silvio dans lacte 1 ce qui le trouble profondment.

    La confrontation thtrale qui sensuit drape car Canio cherche en ralit connatre le nom de son vrai rival. Nedda tente en vain de ramener son poux la comdie initiale. Le public, qui ne peroit pas le double langage, est saisi par le ralisme du jeu des acteurs. Canio ne parvient bientt plus se matriser et sort son couteau La commedia finita. Rideau.

    I PAGLIACCI - ACTE 2

  • 21CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI DOSSIER PDAGOGIQUE GRAND THTRE DE GENVE

    CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI

    VRISME1. UN COURANT LITTRAIRE ET MUSICAL

    la fin du XIXme sicle en Europe de nombreux courants esthtiques sopposent, se croisent ou se mlangent, romantisme, symbolisme, naturalisme, vrisme Issu du ralisme, le naturalisme donnera nais-sance au vrisme musical. Dans les dernires dcennies du XIXme sicle, les auteurs cherchent introduire dans les romans la mthodologie des sciences humaines et sociales, telles que Claude Bernard les a appliques la mdecine. Zola sinspire des travaux du Docteur Claude Bernard (1813 1878) sur lhrdit pour crer les person-nages pour son uvre les Rougon Maquart. Avant de rdiger le premier roman, lauteur a labor un arbre gnalogique et une description connotation scien-tifique, de chaque personnage : pour Jacques Lantier, on lit : N en 1844, mort en 1870 daccident. Ressem-blance physique du pre. Hrdit de lalcoolisme se tournant en folie homicide. tat de crime. Mcanicien . La dmarche naturaliste de Zola tablit une conti-nuit entre science et littrature.

    2. LE VRISME LITTRAIRELe vrisme est un mouvement littraire et artistique italien du XIXme sicle, hritier du naturalisme fran-ais (Zola) et dont Govanni Verga (1840-1922) tait le matre incontest en Italie.

    Exigences du style :

    1 - Dlaisser lhistoire, la lgende et le mythe, ainsi que le monde passionnel qui prenait appui sur des situa-tions extraordinaires et des personnages hors du com-mun, pour se rapprocher dun monde plus familier, limage de celui que le public contemporain pouvait connatre.

    2 - Mettre sur scne des catgories sociales qui aupa-ravant ny avaient pas accs (sauf dans des genres infrieurs comiques) .

    3 - De programme avait en gnral une valeur pol-mique et visait soit donner la parole aux oublis de lhistoire et de la socit, soit proposer une vritable critique qui dnonce les injustices de la socit.

    4 - Dans ce courant littraire et musical, fini la recherche du sens moral, du devoir, du triomphe du destin ! Cest la vie quotidienne (manger, se chauffer,

    payer son loyer...) qui constitue la valeur dramatique de laction, dnue dintrigue proprement parler. Le bonheur nest plus li la qute dun idal de grandeur mais il est fragile, phmre et menace de steindre chaque instant.

    3. LE VRISME MUSICALEn musique, lopra vriste fait concider un thtre raliste avec une musique motion brute. Afin de faire le plus grand effet possible (retournements de situation spectaculaires, suspens haletant, issue tra-gique) la musique se charge dexprimer passions vio-lentes et sentiments exacerbs. La musique veut toucher le cur de lauditeur et faire vibrer sa corde sensible !Le chant orn est dlaiss au profit de lignes vocales plus tendues. On note galement des inspirations tires de la musique populaire.

    4. CAVALLERIA RUSTICANA ET I PAGLIACCI : METTRE EN MUSIQUE UNE TRANCHE DE VIE Cavalleria rusticana - Littralement chevalerie rus-tique - apparat donc comme le premier opra vriste et deux annes plus tard I Pagliacci finira par enfoncer dfinitivement le clou.

    Un hros, un homme comme tout le mondeRappelons que les hros vristes sont des hommes du peuple ; Ils font partie des gens modestes. Il sins-crivent ainsi aux antipodes du hros mythique de type wagnrien. Lopra transpose chez des gens simples les lments quon retrouvait auparavant dans les drames ayant de hautes personnalits.

    Il ne sagit plus dinventer une histoire complique, dune invraisemblance dramatique qui tonne le lecteur ; il sagit uniquement denregistrer des faits humains () Le premier homme qui passe est un hros suffisant, fouillez en lui et vous trouverez certainement un drame simple qui met en jeu tous les rouages des sentiments et des passions . Emile Zola (1840-1902)

    Mode demploiPagliacci, va encore plus loin car il donne un vritable mode demploi de lopra vriste dans le fameux Pro-logue : le compositeur na dautre but que la mise en musique de la ralit de la vie quotidienne des plus humbles et nous, le public, nous sommes censs assis-ter une histoire vraie dont les protagonistes sont des tres de chair et de sang.

  • 22 GRAND THTRE DE GENVE DOSSIER PDAGOGIQUE CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI

    CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI

    5. POURQUOI JOUER EN MME TEMPS CAVALLERIA RUSTICANA ET I PAGLIACCI ?

    Des raisons pratiques Cav and Pag cest ainsi que les amateurs dopra ont pris lhabitude de dsigner les deux ouvrages jumeaux depuis que le Metropolitan Opera de New-York a pris linitiative de les faire reprsenter ensemble un soir de 1895 parce que chacun deux tait trop court pour remplir lui seul une soire. Ce rapprochement dont il ny a pas dautre exemple est devenu presque systmatique bien quil ne rsulte daucune stratgie concerte de la part des deux compositeurs, Mascagni et Leoncavallo.

    Une trange ressemblancePourtant, au-del des raisons purement pratiques voques ci-dessus, presque tout semblait destiner Cav and Pag devenir les deux frres insparables du rpertoire lyrique. Composs deux ans dintervalle, ces deux drames de la jalousie prsentent dvidentes similitudes de construction et de style.

    Ils ont comme points communs :

    Le mme cadre et la mme terre de lItalie du sud aux paysans rudes et intransigeants sur lhonneur Ils sont une tentative de renouveau du genre lyrique : le vrisme musical qui puise son origine dans la litt-

    rature italienne de la fin du XIXme sicle. Ils jettent les bases de ce vrisme musical qui veut raconter une tranche de vie . Le chant restitue les

    dchirements de la passion dans une sorte demportement lyrique naturel dont les clats auront la force du sentiment vcu .

    Ils rinventent lopra aprs le rgne sans partage de Verdi et lcrasante prsence de Wagner en abandon-nant les lieux du pouvoir et le monde symbolique de la mythologie pour suivre les sentiers escarps de la vie paysanne.

    6. MASCAGNI & LEONCAVALLO, UN FABULEUX DESTIN : DE LOMBRE LA LUMIRETout comme dans The Voice , Mascagni grce un concours de composition a vcu un conte de fes : il est pass de lombre la lumire, de lanonymat le plus total au succs fulgurant et international.

    Mascagni en lisant par hasard la revue du Giornale illustrato apprend que souvre un concours pour la cration dun opra en un acte, qui sera publi par lditeur Sonzogno de Milan. Pour gagner il faudra composer un opra en un acte respectant le meilleur de la tradition italienne sans toutefois mconnatre les nouvelles perspectives de lart lyrique Mascagni travailla jusqu seize heures par jours et la partition sera envoye quelques jours avant la date limite fixe mai 1889.

    Triomphe immdiat et absolu ! 26 ans, Mascagni rentre dans lhistoire ! lissue de la premire reprsentation le 17 mai 1890, lheureux compositeur de Cavalleria rusticana est rappel soixante fois sur la scne du Teatro Costanzi de Rome o il reoit les ovations dun public littralement dchan. Son opra simpose sur les scnes du monde entier Madrid, Munich, Buenos-Aires, Vienne, Paris, New-York Toutes les maisons dopra voudront produire Cavalleria rusticana !

    Et moi aussi ! Deux ans aprs ce triomphe, Leoncavallo envie la situation de Mascagni, dautant quil a du mal vivre de son art. Il voit immdiatement un exemple suivre dans la russite de Mascagni : () Aprs le succs de Cavalleria rusticana de Mascagni je perdis patience et, je me reclus chez moi, dsespr mais dcid livrer une dernire bataille, et en cinq mois jcrivis le livret et la musique de ce Paillasse Fort heureusement, le directeur du concours, lditeur Sonzogno acheta mon opra aprs la seule lecture du livret . Le 21 mai 1892, luvre est cre et ce drame violent domin par la jalousie, calqu en tout point sur le modle de son grand frre, Cavalleria Rusticana de Mascagni, est un triomphe.

  • 23CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI DOSSIER PDAGOGIQUE GRAND THTRE DE GENVE

    BIOGRAPHIES

    Mascagni nat Livourne en 1863. Son pre est boulanger, et sa mre meurt alors quil est encore trs jeune. Son pre veut quil aille tudier le droit, mais Pietro va tudier la musique au conservatoire de Milan o il a Ponchielli comme professeur et Puccini comme condisciple. Puis il abandonne ses tudes et devient le directeur dune petite troupe doprette. Il sinstalle dans une petite ville, Cerignola, o il devient professeur de musique et chef du petit orchestre local. Le jeune compositeur vit dans une relative pauvret jusqu sa victoire au concours Sonzogno avec son opra le plus clbre : Cavalleria rusticana (1889), daprs une histoire de Giovanni Verga. Cest le jour o il a commenc ce petit opra que sa premire fille est ne. Ce bonheur conjugal lui donne la force dcrire cette uvre en une vingtaine de jours. Cavalleria est reprsent en 1890 et en moins dun an, Mascagni est clbre dans le monde entier.

    Cest la premire manifestation du vrisme musical. Suivent dautres opras, dont les plus clbres furent : LAmico Fritz (1891) et Iris (1898), considr comme son meilleur opra, encore jou en Italie. On mentionnera galement : Gugliemo Ratcliff (opra commenc avant Cavalleria rusticana, termin aprs), Zanetto, Amica, Il Piccolo Marat et Nron, plus une petite oprette : Si.

    Mascagni mena galement une brillante carrire de chef dorchestre. Il pronona lloge funbre de son ami Puc-cini lorsque celui-ci mourut prmaturment en 1924. Il dcde Rome en 1945, aprs une vieillesse qui ternit limage quil lgua la postrit, le compositeur septuagnaire tant devenu un proche de Benito Mussolini, qui le nomme par dcret, en 1929, parmi les premiers membres de lAcadmie dItalie, cre trois ans plus tt.

    Pietro Mascagni (1863-1945)Compositeur

  • 24 GRAND THTRE DE GENVE DOSSIER PDAGOGIQUE CAVALLERIA RUSTICANA / I PAGLIACCI

    BIOGRAPHIES

    Si le nom de Ruggero Leoncavallo reste attach lopra Pagliacci (Paillasses), considr comme un manifeste du vrisme, sa biographie est truffe de lgendes quil a lui-mme fabriques.

    De manire certaine, on sait quil est fils de magistrat, quil a tudi au conservatoire de Naples, quil a suivi Bologne les cours du pote Giosu Carducci, quil a voyag en gypte avant darriver Paris o il a jou du piano pour gagner sa vie dans les cafs-concerts. Paris, Leoncavallo se lie damiti avec Jules Massenet et le baryton Victor Maurel. Il commence alors rdiger des livrets en sinspirant de modles littraires (il avait dj crit Chatterton en 1866), mais cest seulement en 1892 quclatera son talent avec Pagliacci, un succs universel qui lui ouvrira de nombreux horizons. galement lauteur dune Bohme (1897) le succs lui sera confisqu au profit de la version de Puccini.

    Leoncavallo a abord dautres genres : oprette et drame musical. Lartiste reoit parfois des commandes de Guil-laume II, comme Der Roland von Berlin (1904), et il se lance dans la composition doprettes avant de renouer avec son style initial pour dipe Roi (1920) qui est cr de faon posthume. Il fait partie de la Giovane Scuola, groupe fond en 1890 qui runit des compositeurs tels que Puccini, Giordano, Cilea, Franchetti.

    Ruggero Leoncavallo (1857 - 1919)Compositeur

  • ATELIERS ARTISTIQUES CAVALLERIA RUSTICANA/I PAGLIACCIAu Grand Thtre de Genve

    Immersion des classes dans le thtre des motions.Pour donner un avant got du spectacle, le Service pdagogique vous emmne dans un atelier combin : maquillage et thtre. La jalousie et le drame rgnent en matres dans ces deux opras. Il s'agira pour les lves travers la transforma-tion du visage grce au maquillage dexprimer les cts obscurs du cur humain : vengeance, jalousie, trahison, colre, mensonge, violence ! Puis grce des scnes choisies dans la Cavalleria Rusticana et I Pagliacci, de plon-ger au cur des violentes turbulences des sentiments qui conduisent les protagonistes des deux opras vristes vers le drame et lacte irrversible : la mort. Le pari sera ensuite de raliser des tableaux vivants. Le but sera de faire travailler l'expression des corps et des visages aux lves maquills et costums pour crer des tableaux, des images fortes, voquant les situations des opras o jalousie, crime, angoisse, vengeance, meurtre sont reprsen-ts. Les tableaux ainsi travaills et mis en espace, seront alors pris en photo. Des compositions quasi picturales de moments choisis dans les deux opra pourront tre ainsi mises sur pied, avec toute la richesse du vocabulaire iconographique : personnifications allgoriques (beaut, vanit, orgueil, vrit, richesse) personnages strotyps, postures, costumes ou attributs, et de la photo : premier, second plan, fond, lments dtachs, groups, mise en abme, symbolique, etc.