Itinéraires #02 Lui aux multiples visages

  • Published on
    23-Feb-2016

  • View
    226

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Bienvenue dans ce deuxime numro dItinraires, le webzine des Chemins de lAube, et jespre que votre plaisir de le dcouvrir est aussi grand que celui que jai vous le prsenter. Au menu de cet opus, pas moins de quatre nouvelles aux tons divers et varis pour vous parler de Lui aux multiples visages

Transcript

  • Fabien FERNANDEZ Fablyyr , auteur de la couverture, est non seulement un illustrateur de talent mais aussi quelquun de trs entreprenant.

    Pour connatre un peu plus son travail, je vais vous prsenter succincte-ment sa production et vous transmettre quelques adresses :

    Comme beaucoup dartistes, il propose diffrents supports pour ses illustrations. Vous trouverez ainsi des cartes postales, des T-shirts, mais aussi des posters, etc.

    Ses sites et blogs :

    Personnel : http://fablyrr.over-blog.com/

    Blogrand (blog pour enfants) : http://blogrand.over-blog.com/

    Site : http://www.fablyrr.com

    Ses boutiques :

    les T-shirts fablyrr : http://www.comboutique.com/shop/homeboutique-10351.html

    Les cartes postales : http://www.fablyrr.com/Boutique.htm

    Pour la plupart des illustrations sur son site, il peut sur demande vous les envoyer sous format poster.

    Aussi je vous conseille vivement daller jeter un coup dil par chez lui, a vaut le dtour

  • Les Chemins de lAube

    ITINRAIRES #2 Dcembre 2006

    ditorial

    Bienvenue dans ce deuxime numro dItinraires, le webzine des Chemins de lAube, et jespre que votre plaisir de le dcouvrir est aussi grand que celui que jai vous le prsenter. Au menu de cet opus, pas moins de quatre nouvelles aux tons divers et varis pour vous parler de Lui aux multiples visages. Et je pense vritablement que chacun y trouvera son compte.

    Ce thme priori trange reste pourtant trs proche de notre quotidien et dfinit de manire intime lhomme politique que chacun de nous est amen tre dans notre socit actuel. Geste dlibr ou inconscient, nous sommes tous conduits, presque chaque instant, jouer et nous jouer des apparences. Paratre plus ou moins que ce que nous sommes fait partie du jeu de la ngociation quest notre vie.

    Cela dit, il est de nos confrres qui poussent cet exercice jusqu atteindre le rang de vritable art et ainsi parviennent-ils encore plus facilement leurs fins. Cependant attention ne pas sembrouiller dans les rles que vous interprtez

    Cette question de multiplicit et dunicit peut tre aussi aborde du point de vue mtaphysique. Dabord par rapport ltre humain lui-mme, mais aussi par rapport ses dieux ou son dieu. La question tant de trancher entre polythisme et monothisme en nonant cette hypothse tmraire : la multiplicit des dieux dans le polythisme ne serait-elle pas finalement rien de plus que la reprsenta-tion dune seule et mme entit suprme sous ses multiples visages ou attributs ?

    Mais laissons-l ces questions et vadons-nous plutt dans limaginaire des nos auteurs avec pour commencer, Anima, nouvelle indite de Nicolas B. WULF. Quant moi je vous souhaite une trs bonne fin danne, une heureuse nouvelle anne, peu importe les visages et les apparences

    Willem LUKUSA pour toute lquipe des Chemins de lAube

    Sommaireditorial 3

    Anima 5

    la recherche dArsne Lupin 12

    Linterview 17

    Le masque du tourment 29

    Sanctuaire 44

    Une rentre aux visages multiples 49

    Des chaussettes pour un brownie 53

    Un hros de lgende 63

    Remerciements & annonces 65

  • Les Chemins de lAube

    ITINRAIRES #2 Dcembre 2006

    OlivierAkae

    SANFILIPPO

    Anima

    Illustration dOlivier Akae SANFILIPPOTexte de Nicolas B. WULF

  • Les Chemins de lAube

    ITINRAIRES #2 Dcembre 2006

    Les Chemins de lAube

    ITINRAIRES #2 Dcembre 2006

    Anima

    OlivierAkae

    SANFILIPPO

    NicolasB. WULF

    Anima

    Ctait un monde sombre. Abandonn par tout espoir de voir renatre le bonheur. Un monde parasit par la dferlante de technologies, de violences et de dro-gues.Dans une rue bonde, un homme marchait, seul. Sous une pluie couleur de rouille, sur

    le bitume rong par lacide. Eclats des nons autour de lui, cacophonie assourdissante de la musique industrielle pousse fond.

    Dans ce monde domin par lautodestruction, cet homme tait probablement le seul ressentir la nostalgie et la tristesse. Peut-tre parce quil tait le seul connatre lamour.

    Il poussa la porte du Black Angel, remerciant des divinits fantmes davoir noy ses larmes dans cette pluie corrosive qui le rpugnait habituellement. Peu lui importait d-sormais de sexposer la causticit de ces rejets que lhomme crait lui-mme et qui le dvoraient peu peu. Quand il stait veill, Elle ntait plus l. Sans Elle, sa vie perdait tout intrt. Tout ce quElle avait laiss tait un mini-disc quil navait pas eu le courage de projeter sur son lecteur tridi. Le prcieux disque reposait pour linstant au fond de sa poche.

    En entrant dans le Black Angel, il fut aussitt enivr par latmosphre envotante de lholobar, sature de vapeurs dalcool, de marijuana et de blackcore, mlange informatis de black metal et de techno, saccouplant en un rythme frntique et imptueux. Dans des cages, des corps cyberntiques fminins dansaient, lascifs.

    Sans rflchir, il donna ses derniers nocreds au tenancier, un androde dancienne g-nration, seulement capable de servir le client et dencaisser la monnaie. Lhomme saisit avidement les cachets de brainstorm et se dirigea vers le lieu o il avait vcu lessentiel de son existence : OniroCell 04, son cercueil habituel.

    Alors quil passait prs dune table, un junkie fracassa son verre sur le sol. Il contempla les clats brillants rpandus sur le carrelage synthtique, sans prter attention celui qui venait de briser lobjet.

    Il avait toujours t obsd par ce qui lattendrait, une fois que lui-mme contemplerait lhorizon de la mort. Il tait intimement convaincu de la survivance de lme, habit par lesprance dune ternit spirituelle. Il ne parvenait pas admettre que la mort ne puisse tre quun abme. Elle ne pouvait tre quune seconde naissance dans un monde despoir et damour, en opposition totale avec cette vie.

    Une pense revenait la surface de sa conscience comme un cho persistant, alors quil voyait les fragments de verre immobiles, baignant dans le whisky et la crasse. Il ne pou-vait affranchir son regard de cette vision.

    Objets inanims, avez-vous donc une me ? Il ne cessait de se rpter ce vers dun certain Lamartine, sans y trouver de rponse.

  • Les Chemins de lAube

    ITINRAIRES #2 Dcembre 2006

    Anima

    OlivierAkae

    SANFILIPPO

    NicolasB. WULF

    OlivierAkae

    SANFILIPPO

    Un rle touff ses cts le tira de sa fascination soudaine pour ces tessons anodins. Le junkie venait de scrouler sur la table. Ses yeux taient vitreux.

    Lhomme reprit sa marche vers sa cellule, mais ne put sempcher de jeter un dernier regard sur les fragments pars. Un frisson lui parcourut lchine. Une certaine tristesse lenvahit. Objets inanims, avez-vous donc une me ? pensa-t-il de nouveau, alors quil se trouvait face lOniroCell.

    Machinalement, il composa le code douverture. Un geste si souvent rpt. Il entra dans la petite cabine. Une lumire bleute, trs tamise, faisait baigner le cercueil dans une atmosphre ensorcelante. Une forte odeur dencens laccueillit. Aprs une quinzaine dannes de sjours rguliers dans lOniroCell, les senteurs exotiques faisaient dsormais partie intgrante de ce lieu dintimit, mme sil ne sy tait plus rendu depuis des mois.

    Il sortit un briquet de sa poche, embrasa les cnes en rsine de lotus et de jasmin qui taient rests enchsss dans lencensoir suspendu au plafond. Ds que les premires sen-teurs eurent irrigu la cellule, il en referma la porte. Il tait maintenant seul, assis sur un coussin au sol de la cellule, baignant dans les flots aromatiques, hypnotis par le lent balancement de la cassolette.

    Peu peu, la lthargie se saisissait de lui. Au moment de cder la torpeur, il enficha le jack dans la prise au bas de sa nuque. Il ferma les yeux, appuya sur la touche lecture de la console de commande. Accs refus. Il entra le code. Accs autoris.

    Tnbres. Des lignes azures se traaient, formaient un quadrillage. Impression douvrir les yeux. Sentiment de renaissance. La lumire tait aveuglante. Deux mains immatriel-les frottrent ses globes oculaires intactiles. Il shabituait progressivement la puissance de la clart diurne. Il reconnaissait le dbut du SynthRve qui avait t sa vie avant de La rencontrer.

    Il lavait fait crer pour lui-mme par les Triades, leur proposant une somme suffisam-ment importante pour touffer leurs rticences initiales. Il aimait se plonger dans les gran-des tragdies du pass. Il avait autrefois possd des dizaines de datasticks contenant autant dantiques pices de thtre, dont les acteurs taient des cyborgs uniquement pro-gramms pour jouer leur rle la perfection. Ces reprsentations remontaient un sicle dj. Depuis, toutes les formes dexpression artistique avait quasiment disparu. Il dtenait lunique exemplaire de ce rve de synthse nomm Iseult et Juliette , qui retraait le destin funeste des deux jeunes femmes, aux amours tragiques.

    Au cur de lunivers artificiel, il tait tour tour Tristan et Romo, perdu, sans cesse spar, loign de sa promise. La mort elle-mme ne pouvait briser llan passionn des sentiments virtuels qui lassaillaient sans relche. Il aurait voulu que la vie ft limage de ce songe, simplement pour savoir ce quil aurait pu ressentir sil aimait. Elle avait fini par le devenir lorsquil fit Sa connaissance. Mme si le SynthRve agissait directement sur son esprit, dirigeait ses penses inconscientes, il ne voyait ni le visage de sa