Visages de lumière

  • Published on
    30-Mar-2016

  • View
    219

  • Download
    5

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Exposition de Frre Jean

Transcript

  • Visages de lumireTextes et Photographies de Frre Jean

    ExpositionLibrairie Liber

    du 16 mai au 15 juin 2013

    LIBER26, bd Notre Dame 13006 Marseille

    04 91 54 37 07

  • Les crivains de la lumire.

    Quand on pense la photographie, on pense toujours la capture de linstant. Cest ce qui distingue le photographe du peintre. Si lart du peintre consiste mettre le temps dans lespace en immortalisant une scne, un vnement, une motion sur sa toile, si son art consiste savoir donner de lespace au temps travers les-pace de sa toile, lart du photographe consiste savoir donner du temps les-pace. La vie se droule dans lespace. Elle est apparemment banale. Soudain, un dtail fait tout basculer. Ce qui semblait hors temps se met sanimer. Gnie de la photographie, ce huitime art qui ne se limite pas toutefois la capture de linstant. Il est aussi une criture de la lumire et mieux encore sa gravure, comme le signifie son nom tir du grec en associant photos la lumire et graphos lcriture. Et cest ce que vient nous apporter ce superbe catalogue du frre Jean. crire la lumire veut dire non plus tre dans les choses mais dans la possibilit des choses et de leur visibilit. Cela dpend de la lumire physique bien sr, mais aussi de la lumire int-rieure. Celle que lon voit sur ces visages venus de tous les coins du monde. Visages dInde et de lAthos. Visages de moines et de moniales. Tous habits par la mme flamme. Dieu fabrique des visages travers la prire. Cest par l quon le peroit. Ltre spirituel, pneumatique disent les Pres de la tradition grecque, est son icne en rappelant que Dieu nest pas en face du monde et des hommes mais travers eux. Il y a des moments de lexistence qui nous spiritualisent. Un coucher de soleil en t dans les Cvennes, l o habite le frre Jean, mdite pour nous. Les visages de ce beau livre nous intriorisent, quon le veuille ou non. Il suffit de les regarder et mieux encore de se laisser regarder par eux.

    Bertrand Vergely. Philosophe

  • Ces photographies sont nes de rencontres. Ce sont des images spontanes, parfois inspires, plutt que des mises en scne prpares.

    Lhomme de lumire offre son cur au souffle de la Grce, il shabille de transpa-rence. Par des gestes pacifis il incarne lesprit dans son quotidien. Par ses actes il nous invite contempler la splendeur du simple. Il sefface devant la grandeur dune ralit qui le dpasse. Humblement en silence il souffle la vie!

    La photographie tente de saisir par une criture de lumire ce que les mots ne savent pas dire. Elle rvle une beaut qui transparat dans ces visages de lumire.

    La cration est un livre offert ceux qui prennent le temps de la contempler

    Frre Jean

  • La premire fois que je suis all au Mont Athos, en 1982,jtais journaliste. Je me suis trouv par hasard , dans un ossuaire. Face aux crnes des moines aligns sur des tagres jai dcouvert labsurdit du combat de mon existence, mes dsirs devenaient futiles, mon gosme ridicule, mes ambitions absurdes. Un jour, je serai l de lautre ct. Aujourdhui, je suis ici, strile et agit. Sortant boulevers, de la crypte je rencontre un iconographe. Je lui demande de mexpliquer la spiritualit de licne. Ce moine pour mieux traduire tout le paradoxe de licne de la Crucifixion, sest mis chanter. Jai senti alors, que si les mots avaient un sens, le son pouvait, lui, mieux traduire les nuances : mort et victoire, souffrance et joie sentremlaient. Ce jour l, jai rencontr la mort et un nouveau langage, celui du cur. Ce fut un retournement dcisif

  • Etre jet l, avec rien lavanceni o, ni qui, ni quoi.Etre jet l ouvert la Transcendance de linstant,dans un tonnementqui peut tomber dans leffroi.Coup des justifications, des projets,jet dans une mystique de la ralit sauvage.Reli un fond de silencequi na pas de structure,qui est partout prsent, indivisiblement.

  • LArt sacr nest pas la description du spectacle du monde, il est une Cration au sens absolu du mot. Luvre nest pas moins concrte et relle que le monde, elle obit aux mmes Lois que celles qui rgissent lunivers. Elle est engendre par la mme Force dAmour. LArt sacr suit dans un temps rduit le mme processus que lActe crateur. Seul celui qui a purifi le regard de son cur peut raliser une uvre sacre et contribuer par Grce lAction divine. LArt sacr est contagieux.

  • La photo est un art quil ne faut pas limiter une technique.Elle peut saisir, contenirle tressaillement invisiblequi jaillit des profondeurs dun cur.Limage ne reproduit pasuniquement une forme,elle contient en puissancela prsence du modle quelle reprsente.Il existe un regard derrire les yeux,un mouvement au-del du geste,un sourire paisible sans intention.

    La photographie peut figer un acteou rvler, par une criture de lumire,le mouvement ail dune prsence subtileet limmortaliser par limage.

  • Le temps nest pas un moment videquil faut remplir dvnements pour tuer le temps.Le temps est une succession dinstants viergesqui se colorent de rencontres.

    Le temps souvre maintenant en lui mme pour une communionavec linfini qui glisse de lhorizon,

    et lternit qui diffuse une extase radiante.

    Le temps nattend rien, il est unique,une fois pass il devient espace de mmoire.Ce nest pas le temps qui passe, mais nous qui passons.

    Le temps est ouvert tous les possibles, il ne se rpte pas.

    Soyons dans ce temps,les jardiniers de lternit.

  • Je demande labb de me retirer dans la solitude. Pour vivre ma retraite je minstalle sur un rocher, lombre dun chne. Afin de ne pas me laisser distraire je concentre mon regard et mes penses sur une feuille place la hauteur de mon visage. Aprs quelques heures je me laisse distraire par la feuille d ct, je maperois quelle est diffrente de la premire. Jen regarde une deuxime, une centime elles sont toutes diffrentes entre elles ! Je peux laffirmer car jen connais une ! Je pense : sur cet arbre il y a des milliers de feuilles, dans le monde des millions de chnes, chaque feuille est unique ! Chaque brin dherbe, chaque caillou, chaque visage est unique. Si vous me connaissez, vous me reconnatrez o que je sois, car je suis le seul au monde avoir ce visage. Je vais raconter ma dcouverte lancien : Pre, je suis unique au monde ! labb me rpond : Mon enfant tu es bien en dessous de la vrit. - Comment a? - Il faut que tu ajoutes : je suis unique au monde depuis le dbut et jusqu la fin des temps. Je suis mu par cette dcouverte : jai eu cinq, dix, vingt, soixante ans au-cun moment je nai eu le mme visage! A la bibliothque je regarde un dictionnaire, il y a lillustration dune feuille mais ce nest pas la mienne. Chaque partie de la feuille est unique : le haut, le bas, la droite, la gauche, le dessus, le dessous. Ce jour-l jai vcu un bouleversement en dcouvrant que : lhomme uniformise, l o Dieu person-nalise. Pour Dieu chaque instant, chaque feuille, chaque personne est unique depuis le dbut et jusqu la fin des temps !

  • De la Lumire,Tu es le fils.Pas de la lumire cre,ple reflet du Feu immense,mais de la Lumire Incre, sans ombre,qui brille sans se consumer.Tu es Fils de la Lumire, engendr dans lEspritet incarn dans la chair, sans confusion, ni division.Tu es Fils de Lumire. De mme nature increque le Pre Cleste, de mme nature creque la Mre Terrestre.

  • Un jour, un matre dit son disciple : Va la source et ramne de leau . Le disciple part, puis revient. Le Pre lui demande : Quy a-t-il dans la cruche ? Leau de la source lui rpond le novice. Le pre dit : Cest vrai et cest faux . Lhistoire sarrte ici afin de provoquer notre rflexionImaginons une simple goutte deau de la cruche et suivons-la partir de la source. Elle coule jusqu une rivire, traverse montagnes et valles, arrose des champs, nourrit un poisson, continue sa course jusqu la mer o, amoureuse du soleil, elle slve et tombe en pluie sur la terre qui laccueille ; un arbre laspire ; transforme en sve, elle pntre un fruit que je mange. Devenue ma chair, mon sang, je la libre Je la retrouve en cristal de neige La simple goutte deau obit sa destine. La science la fige dans un tat : suc du fruit, eau de mer, sang Lhomme nobserve en dfinitive que des phnomnes phmres dont il fait une vrit scientifique, alors que toute la puissance du mystre se situe dans les transmutations successives de cette goutte deau. Le pote, par son imagination, traduit avec harmonie le mouvement des choses. Le spirituel entre spontanment en communion avec le souffle qui pntre et anime tout lunivers jusqu son Principe. Lhomme dsire capturer cette vibration subtile mais elle glisse entre ses mains comme la brise du soir ; voulant dcouvrir la vie, il ne constate que les mtamorphoses successives.

  • Le visage de lhomme de lumirea le regard dun homme transfigur qui peroit le Mystre de lOrigine et qui le reflte.

  • Le fol en Christ est le sage de Dieu, scandale pour les hommes. Bouffon qui mime le combat du monde, il joue faire des pirouettes sur la terre pour enseigner lhomme le retournement accomplir en lui. Ivre, ne pouvant se taire face lAmour qui le remplit, le fol en Christ crie avec excs des Vrits ternelles et dsigne avec un doigt de feu la corrosion qui ronge le cur de celui qui se prend trop au srieux. La dmesure est sa mesure, le geste excessif sa faon de montrer. Ses mots enflamms bouleversent, choquent, transfigurent ceux qui le croisent. Son regard a la puissance profonde et lumineuse dun ciel dt. Le fol en Christ est le contraire de lhypersensible. Cest un participant aux mystres qui rveille les tides en soffrant en spectacle.

  • Lamour nexiste que par lautre,lgosme lenferme, la jalousie le dtruit,lavarice le nie, lhabitude lassche.Lamour se nourrit du don de soi,celui qui veut lacheter ne rcolte que du mpris.Lamour pressent la demande de laim, il devance son dsir,il est une rponse rciproque.Lamour se vit dans lalcve se