of 54 /54
Modifications référentiel SAP Dernière mise à jour : 5 avril 2019

Modifications référentiel SAP

  • Upload
    others

  • View
    8

  • Download
    0

Embed Size (px)

Citation preview

PRESENTATION CODIR 080702Référentiel SAP – Mises à jour
Ces fiches sont disponibles sur ENASIS > Spécialités > FTS SAP > Référentiel technique https://enasis.univ-lyon1.fr/icap_website/95/948
FICHE SAP-CT-02 La sécurité
Cas particuliers Protection d’un accident de la route
Les sapeurs-pompiers disposent d’un équipement spécifique à toute intervention sur voie publique, le Gilet Haute Visibilité (GHV), qui devra systématiquement être porté. La priorité sera d’éviter le suraccident, les sapeurs-pompiers doivent : - Demander des moyens adaptés si la seule VSAV ne suffit pas à assurer la protection de la zone d’intervention. - Baliser ou faire baliser de part et d’autre de l’accident, avec tous les moyens à disposition (témoins, triangle de pré-signalisation, lampes éclairage véhicule…) - Interdire toute approche si un danger persiste. - Couper le contact des véhicules accidentés quand cela est possible. - Si le véhicule possède une clé ou une carte de démarrage à distance, l’éloigner à plus de 5m du véhicule. - Serrer le frein à main quand cela est possible. - Ne pas fumer et ne pas laisser fumer dans tous les cas. Si le sapeur-pompier est seul lors d’un trajet professionnel : - Allumer les feux de détresses et ralentir dès la découverte de l’accident. - Garer son véhicule, si possible après le lieu de l’accident, sur la bande d’arrêt d’urgence (si elle existe). - Veiller à descendre immédiatement du coté où la circulation n’est pas présente, et faire descendre de la même manière les occupants du véhicule (s’il y en a). - Ne pas mettre de triangle de pré-signalisation sur les voies rapides et autoroutes.
Mise à jour des fiches RT SAP4
FICHE SAP-CT-04 Sémiologie
4.4. Évaluation des signes circulatoires
B. Évaluation de la circulation L’évaluation de la circulation est réalisée lors du bilan complémentaire, sur une minute. Elle a pour objectif de chiffrer et d’apprécier la qualité de la circulation. Contrairement à la détresse respiratoire très souvent évidente au premier abord, une détresse circulatoire peut être initialement peu apparente, et doit donc être systématiquement recherchée. La contraction des ventricules éjectant le sang sous pression dans les artères génère une onde de choc appelée pouls. Il peut être perçu dans tous les endroits où une artère affleure la peau et où elle peut être comprimée doucement contre un plan dur sous-jacent : pouls radial, carotidien, fémoral, huméral, etc. Le pouls permet d’évaluer à la fois la fréquence, l’amplitude et le rythme cardiaque. • Le pouls central est facilement perceptible sur le trajet des grosses artères : - pouls carotidien, au niveau du cou, pour l’adulte et l’enfant. - pouls fémoral, au pli de l’aine, pour l’enfant et le nourrisson. • Le pouls périphérique est perceptible sur le trajet des artères plus petites :
Mise à jour des fiches RT SAP5
FICHE SAP-CT-04 Sémiologie
La pression artérielle ……
Hormis chez la femme enceinte (voir chapitre 17), on parlera : • d’hypertension artérielle, lorsque la pression artérielle systolique est supérieure à 160 mm Hg au repos. • d’hypotension artérielle, lorsqu’elle est inférieure à 90 mm Hg ou lors d’une diminution de la pression artérielle habituelle de la victime hypertendue supérieure à 30%. On parle d’hypertension artérielle chronique lorsque cette pression reste élevée au repos lors de plusieurs prises espacées dans le temps. C’est une maladie qui fragilise progressivement l’ensemble du système cardio-vasculaire.
Mise à jour des fiches RT SAP6
FICHE SAP-CT-06 Troubles et détresses neurologiques
6.1- Généralités B. Signes généraux La quasi-totalité des troubles ou des détresses neurologiques se manifeste par des signes communs, qui peuvent être isolés ou associés. Le bilan d’une victime présentant un trouble ou une détresse neurologique, doit comporter la recherche systématique de tous les signes suivants : • Signes neurologiques : - perte de connaissance. - troubles de la conscience. - coma. - convulsions. - asymétrie du visage - diminution ou perte de sensibilité. - diminution ou perte de motricité. - anomalie des réactions pupillaires. - altération de la parole. - trouble du comportement. - céphalées inhabituelles. - troubles de l’équilibre. • Autres signes dus à l’interaction des grandes fonctions vitales.
Mise à jour des fiches RT SAP7
FICHE SAP-CT-06 Troubles et détresses neurologiques
6.4. Les principales pathologies neurologiques
Conduite à tenir
La marche générale des opérations ne diffère pas. Dans le bilan complémentaire, lorsqu’il y a des signes d’AVC, le chef d’agrès utilise la grille simplifiée pour les AVC. - Installer la victime en position strictement horizontale à plat ou en PLS si elle présente des nausées ou des vomissements. Près des 2/3 des victimes qui présentent un AVC ont des troubles de la déglutition associé. - Réaliser un bilan sans oublier la glycémie capillaire. - Administrer de l’oxygène sur avis du médecin régulateur. - Utiliser la grille simplifiée (voir page suivante). La grille répond à deux objectifs : - Confirmer le plus rapidement possible l’accident vasculaire cérébral. - Vérifier l’absence de contre-indications à l’utilisation du traitement. Le SAMU-Centre 15 utilise la même grille afin de faciliter la transmission du bilan. Dans ce cas, la transmission du bilan doit se faire par téléphone au Centre 15, via le 18.
Mise à jour des fiches RT SAP8
FICHE SAP-CT-07 Troubles et les détresses respiratoires
7.2. L’obstruction des voies aériennes par un corps étranger … B. L’obstruction grave
Conduite à tenir Le sapeur-pompier doit, en fonction de l’état de la victime, mettre en oeuvre les manoeuvres de désobstruction nécessaires pour expulser le corps étranger bloqué, afin de restaurer le libre passage de l’air dans les VA. Chez l’adulte et l’enfant conscient :
- Laisser la victime dans la position où elle se trouve, en général debout ou assise. - Donner de 1 à5 « claques » vigoureuses dans le dos (voir SAP-FTO-02). - Réaliser 1 à5 compressions abdominales (manoeuvre de Heimlich) (voir SAP-FTO-03), en cas d’inefficacitédes « claques » dans le dos. - Vérifier l’efficacité des manoeuvres de désobstruction par : - le rejet du corps étranger. - l’apparition d’une toux chez l’adulte et de cris ou de pleurs chez l’enfant. - la reprise de la respiration. - transmettre le bilan pour avis médicale car même si la désobstruction est efficace, de petits corps peuvent passer dans les voies aériennes et dans les poumons et provoquer des complications secondaires. Les manoeuvres de compressions thoraciques ou abdominales, même réalisées correctement peuvent provoquer des lésions internes. En cas d’inefficacitéd’une série de 5 claques dans le dos et de 5 compressions abdominales, vérifier que le corps étranger n’est pas dans la bouche de la victime. S’il est visible et accessible, le retirer délicatement.
Mise à jour des fiches RT SAP9
FICHE SAP-CT-07 Les troubles et les détresses respiratoires
7.4. Les principales pathologies respiratoires B. L’obstruction grave
… Conduite à tenir En parallèle de la réalisation d’un bilan complet et des gestes de secours adaptés, la conduite à tenir impose de : - Mettre impérativement la victime en position semi-assise ou assise si elle est consciente. - Laisser au repos strict, interdire tout effort. - Administrer de l’O2 par inhalation si nécessaire. - Augmenter le débit de 1 à2 l/min en cas de simple gêne respiratoire; - Augmenter le débit à9 l/min au masque à haute concentration en cas de détresse respiratoire.
Le médecin régulateur pourra demander une adaptation du débit d’O2 avec la mise en place du masque simple en fonction de la saturation qui lui sera transmise.
Si sa ventilation devient inefficace, il faut pratiquer une ventilation artificielle.
Mise à jour des fiches RT SAP10
FICHE SAP-CT-08 Troubles et détresses circulatoires
8.1 Généralités
Signes généraux des troubles et détresses circulatoires …
autres signes dus à l’interaction des grandes fonctions vitales : - signes respiratoires associés : respiration rapide et superficielle (signes de tentatives de compensation du système respiratoire) - signes de souffrance cérébrale : angoisse, agitation, troubles de la conscience, coma. - impossibilité de rester assis ou debout qui se manifeste par l’apparition de vertiges, puis d’une somnolence avant la survenue d’une perte de connaissance.
Mise à jour des fiches RT SAP11
FICHE SAP-CT-08 Troubles et détresses circulatoires
Conduite à tenir Protocole d’intervention DAE Adulte
Choc non recommandé : - Contrôle du pouls, si pas de pouls (la recherche de pouls ne doit pas excéder 10 secondes et ne doit pas retarder les gestes de premiers secours) : - RCP à 2 (30/2), 100 à 120 compression/min, profondeur 5 à 6 cm, oxygénothérapie 15 l/min.
Si reprise de circulation : - Si absence de respiration, 10 à 12 insufflations/min puis contrôler à nouveau la respiration et la circulation. - Durée 1 s, début de soulèvement de la poitrine, 1 insufflation toutes les 5 à 6 s. Si la victime est inconsciente et respire : PLS et surveillance. Si la victime commence à se réveiller (bouge, ouvre les yeux et respire normalement) : - cesser les compressions thoraciques et la ventilation artificielle - réaliser un bilan d’urgence vitale et assurer une surveillance constante de la conscience et de la ventilation tout en gardant la victime sur le dos. Se tenir près à reprendre les manœuvres de RCP en raison du risque majeur de récidive de l’arrêt cardiaque.
Pour assurer une RCP efficace, les sapeurs-pompiers doivent se relayer à chaque analyse du DAE.
Mise à jour des fiches RT SAP12
FICHE SAP-CT-08 Troubles et détresses circulatoires
Conduite à tenir Protocole d’intervention DAE Enfant et Nourrisson
Choc non recommandé : - Contrôle du pouls, si pas de pouls : - RCP à 2 (15/2), 100 à 120 compression/min, 1/3 hauteur du thorax, Oxygénothérapie 9 l/min pour l’enfant et 3 l/min pour le nourrisson . Si reprise de circulation : - 10 à 12 insufflations/min, puis recherche de ventilation et de signes de circulation. - Durée 1 s, début de soulèvement de la poitrine, 1 insufflation toutes les 5 à 6 s. Si la victime est inconsciente et respire : PLS et surveillance. Si la victime commence à se réveiller (bouge, ouvre les yeux et respire normalement) : - cesser les compressions thoraciques et la ventilation artificielle - réaliser un bilan d’urgence vitale et assurer une surveillance constante de la conscience et de la ventilation tout en gardant la victime sur le dos. Se tenir près à reprendre les manoeuvres de RCP en raison du risque majeur de récidive de l’arrêt cardiaque.
Pour assurer une RCP efficace, les sapeurs-pompiers doivent se relayer à chaque analyse du DAE.
Mise à jour des fiches RT SAP13
FICHE SAP-CT-08 Troubles et détresses circulatoires
8.3. Les hémorragies C. Les hémorragies internes extériorisées
Conduite à tenir
Hémorragie extériorisée par le nez (épistaxis) Lorsque le saignement est spontané ou provoqué par un choc minime sur le nez (pas de déformation ni gonflement) : Placer la victime en position assise, tête penchée en avant, pour éviter qu’elle n’avale son sang. Demander à la victime de : - se moucher fortement puis - se comprimer immédiatement les narines avec le pouce et l’index durant dix minutes - respirer par la bouche, sans parler. Le fait de se moucher avec vigueur est important dans l’efficacité du geste, afin de permettre l’évacuation des caillots de sang. La compression du nez doit intervenir rapidement pour éviter qu’un caillot ne se reforme. Contacter le CRRA15 en cas de persistance du saignement
Hémorragie extériorisée par la bouche, vomissements ou crachats (hématémèse ou hémoptysie) Suppression de conserver les vomissements ou les crachats…….
Mise à jour des fiches RT SAP14
FICHE SAP-CT-08 Troubles et détresses circulatoires
8.4. Les principales pathologies circulatoires A. Les insuffisances coronariennes Généralités
Parfois la douleur d’origine coronarienne est atypique soit par sa localisation (estomac, dos, épaule…) ou par sa qualité (sensation de brûlure, serre en étau, en coup de poignard...). L’origine coronarienne de cette douleur sera alors suspectée en raison des facteurs de risque cardio-vasculaire ou des antécédents coronariens de la victime.
Conduite à tenir En l’absence d’une détresse vitale immédiate, il faudra : Mettre la victime au repos strict, dans la position où elle se sent le mieux. Administrer de l’O2, sur demande du médecin régulateur. Surveiller en permanence le pouls et la ventilation. Aider la victime à prendre son traitement, après avis du médecin régulateur.
Par anticipation, il faudra être prêt à mettre en œuvre une RCP avec une défibrillation précoce.
Mise à jour des fiches RT SAP15
FICHE SAP-CT-13 Les atteintes liées aux circonstances
13.1. Les accidents dus au froid A. L’hypothermie Généralités
On considère qu’une victime est en hypothermie lorsque la température du corps, normalement aux alentours de 37 °C, devient inférieure à 35 °C. Sa gravité augmente avec la baisse de la température, le seuil de gravité se situant en dessous de 32 °C.
L’hypotermie se situe en dessous de 35°C. Elle comprend 4 stades : - Hypothermie légère (35° à 32 °C) : la victime est consciente, sa ventilation et la fréquence cardiaque sont rapides. Elle présente des frissons permanents et sa peau est froide. - Hypothermie modérée : (32 à 28 °C) : La victime délire, présente des hallucinations et des troubles de la conscience d’aggravation progressive. Sa ventilation et la fréquence cardiaque se ralentissent. Il n’y a plus de frissons, mais une rigidité musculaire modérée. - Hypothermie sévère : (28 à 24 °C) : La victime a perdu connaissance, le pouls est difficile à percevoir et la fréquence cardiaque ainsi que la ventilation sont lentes. Il existe une rigidité musculaire importante et la victime est très sensible à toutes mobilisations qui peuvent déclencher des troubles du rythme voire un arrêt cardiaque. - Hypothermie grave : (< 24 °C) : La victime est en arrêt cardiaque apparent.
Mise à jour des fiches RT SAP16
FICHE SAP-CT-13 Les atteintes liées aux circonstances
13.1. Les accidents dus au froid B. Les gelures
L’aspect des tissues atteints, permet de déterminer plusieurs stades de gravité croissants stades encore appelées degrés de la gelure :
Gelures du 1er degré : la zone atteinte est insensible, rouge, peu oedémateuse mais sans cloques (phlyctènes). Après réchauffement, la zone se recolore et la victime récupère la perte de sensibilité ;
Gelures du 2ème degré : la zone atteinte reste localisée, insensible. Elle est rouge, oedémateuse, présente des cloques remplies d’un liquide clair. Au réchauffement, la perte de sensibilité persiste et les dernières phalanges des doigts ou des orteils restent bleues ou violacées ;
Gelures du 3ème degré : la zone atteinte est insensible, d’aspect bleuté ou noirâtre et remontent le plus souvent au-dessus des dernières phalanges sans atteindre la totalité de la main ou du pied. Après réchauffement, il persiste une anesthésie et il apparaît des cloques sanglantes (phlyctènes hématiques). L’irréversibilité de ces lésions imposent le plus souvent une amputation de la zone la plus atteinte ;
Gelures du 4ème degré : la zone atteinte est extensive, totalement insensible, bleuté et englobe la main ou l’avant pied sans oedème.
Mise à jour des fiches RT SAP17
FICHE SAP-CT-13 Les atteintes liées aux circonstances
13.1. Les accidents dus au froid B. Les gelures
Conduite à tenir Soustraire la victime à la cause : isoler la victime dans un endroit chaud, à l’abri du vent (point chaud, refuge, habitation, véhicule, ambulance) ; • prendre toutes les mesures pour éviter la survenue d’une hypothermie (prévention de l’hypothermie) ou appliquer la conduite à tenir devant une victime hypotherme et prendre en charge un traumatisme associé si nécessaire ; • enlever doucement les gants, bagues, chaussures, desserrer les élastiques ou les bandes auto-agrippantes des manches18… • ôter les vêtements de la victime surtout s’ils sont mouillés ou humides ; • sécher la victime mais ne pas frictionner les zones gelées19. Si les gelures sont mineures, réchauffer les extrémités en les plaçant contre la peau du sauveteur (main, creux de l’aisselle) pendant 10 minutes ; • transmettre le bilan pour avis et appliquer les consignes reçues ; • rhabiller la victime si possible en utilisant des vêtements amples, secs et chauds (moufles, chaussons) ou en enveloppant la victime dans une couverture ; • si la sensibilité est récupérée et en situation d’isolement complet, on peut envisager, après avoir rhabillé la victime, de lui permettre de marcher.
Mise à jour des fiches RT SAP18
FICHE SAP-CT-13 Les atteintes liées aux circonstances
13.1. Les accidents dus au froid B. Les gelures Dans le cas contraire, il est indispensable de rejoindre l’abri le plus proche et d’attendre un avis ou une intervention médicale ; • à de très hautes altitudes (> 4000 m), administrer à la victime de l’oxygène en inhalation en complément ; Il ne faut en aucune manière essayer de réchauffer une gelure s’il existe le moindre risque d’une nouvelle exposition au froid de la partie atteinte ou si l’on est à proximité d’un centre médical ou d’une prise en charge médicale. En l’absence de risque de réexposition au froid et si la prise en charge médicalisée ne peut être rapidement effectuée il est possible, si le matériel est disponible, d’effectuer un réchauffement des gelures sévères et graves de moins de 24 heures en immergeant les parties atteintes dans l’eau tempérée entre 37°C et 39°C durant vingt à trente minutes, ou jusqu’à ce que la zone atteinte prenne une couleur rouge ou pourpre et souple au touché. En l’absence de récipient d’eau, des systèmes de chauffage liquide (sachets) peuvent être utilisés à condition de ne pas le poser directement sur la gelure mais d’interposer une épaisseur de tissu afin que la température ne soit pas supérieure à 39°C. Toutes températures supérieures à 39°C ou l’utilisation d’une chaleur sèche sont à proscrire car elles aggravent les lésions et peuvent créer des brûlures. Lors du réchauffement, les extrémités peuvent se recolorer, devenir rouges ou pourpres, douloureuses et souples au touché. Cela signe la disparition de la vasoconstriction. Des cloques peuvent apparaître. Dans ce cas : • recouvrir les lésions d’un pansement de gaze stérile et de gaze placée entre les doigts ; • ne pas toucher aux cloques ; • éviter tout nouveau refroidissement ;
Mise à jour des fiches RT SAP19
FICHE SAP-CT-13 Les atteintes liées aux circonstances
B. L’épuisement lié à la chaleur Signes spécifiques
Rechercher par l’interrogatoire de la victime ou de l’entourage : • les circonstances de survenue (été, extinction d’un incendie, travail sous des verrières, au soleil, etc.) • la durée de l’exposition à la chaleur. Rechercher ou apprécier : Lors du bilan d’urgence vitale, la victime peut présenter : - Des signes de détresse neurologique : * Agitation, confusion, délire. * Prostration ou trouble du comportement (agressivité, agitation) ; *Perte de connaissance ou convulsions. - Des signes de détresse circulatoire avec accélération de la fréquence respiratoire, oppression thoracique, sensation d’étouffement. - Des signes cutanéomuqueux avec : Une peau chaude, rouge, couverte ou non de sueurs. *Hémorragie sous-cutanée puis extériorisée. * Une température anormalement élevée (supérieure à 37,5°C).
Mise à jour des fiches RT SAP20
FICHE SAP-CT-13 Les atteintes liées aux circonstances
B. L’épuisement lié à la chaleur Signes spécifiques
Si la victime est consciente et sans atteinte neurologique, elle se plaint souvent : - D’une sensation de faiblesse musculaire et de fatigue générale. - De céphalées, de bourdonnements d’oreilles ou de vertiges. - De nausées. - De crampes musculaires ou d’hypertonie musculaire (muscle tendu, dur).
Suivant les circonstances et l’importance des manifestations on parle de : - Crampes liées à la chaleur si la victime présente seulement des crampes. - D’insolation si les signes surviennent après une irradiation solaire sur la tête et la nuque. La victime a une impression de chaleur sur le visage puis des céphalées avec fatigue intense, oppression thoracique, tachycardie, nausées, somnolence, bourdonnements d’oreille.
Mise à jour des fiches RT SAP21
FICHE SAP-CT-13 Les atteintes liées aux circonstances
13.7. Les accidents électriques A. Généralités
Apport de connaissances sur : Les effets du courant électrique sur les organes, Les risques et les conséquences pour l’organisme. Les phénomènes électriques
Mise à jour des fiches RT SAP22
FICHE SAP-CT-15 Les atteintes de la peau
E. Conduite à tenir face aux brûlures
Modification du logigramme complet des pages 170 et 170 bis
Mise à jour des fiches RT SAP23
FICHE SAP-CT-15
Mise à jour des fiches RT SAP24
FICHE SAP-CT-15 Les atteintes de la peau
Mise à jour des fiches RT SAP25
FICHE SAP-FTO-04 Obstruction brutale des voies aériennes
Compressions thoraciques chez la femme enceinte et l’obèse Cas particulier Si la victime qui présente une obstruction grave des voies aériennes est alitée, le sauveteur peut réaliser des compressions thoraciques comme pour le massage cardiaque.
Mise à jour des fiches RT SAP26
FICHE SAP-FTO-06 (Nouvelle Fiche) Masque à haute concentration
Placer le masque à inhalation sur le visage de la victime et ajuster le cordon élastique derrière sa tête pour le maintenir en position.
• Modeler éventuellement l’agrafe du nez pour l’ajuster. • Augmenter progressivement le débit, si nécessaire, afin que le réservoir reste rempli au moins à moitié lorsque la victime inspire. • Maintenir une SpO² entre 94 et 98% chez l’adulte et en pédiatrie. • Maintenir une SpO² entre 89 et 94% chez l’insuffisant respiratoire chronique (IRC). • En l’absence de saturomètre, se conformer à l’avis médical.
Mise à jour des fiches RT SAP27
Critères d’efficacité
Disparition des signes de détresse respiratoire : - Normalisation de la fréquence respiratoire. - Disparition du tirage, des sueurs et de la cyanose. - Amélioration des capacités à parler et de l’état de la conscience. Normalisation de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle. La cible à atteindre est une SPO² comprise entre 94% et 98% pour la plupart des victimes et entre 89% à 92% pour les IRC (Insuffisants Chronique Aigus). A la demande du médecin régulateur, le débit d’oxygène pourra être de 6l/minutes pour 1 adulte.
FICHE SAP-FTO-06 (Nouvelle Fiche) Masque à haute concentration
Mise à jour des fiches RT SAP28
FICHE SAP-FTO-19 Compressions thoraciques
Ajout:
Réaliser des compressions thoraciques successives d’environ 5 cm centimètres sans dépasser 6 cm chez l’adulte ou du tiers de l’épaisseur du thorax chez l’enfant, tout en restant bien vertical par rapport au sol.
Un dispositif d’aide au massage cardiaque comme un métronome et un moniteur de la profondeur de compression peuvent être utilisés afin d’améliorer la qualité de la RCP.
Mise à jour des fiches RT SAP29
FICHE SAP-FM-05 Garrot artériel
Appliquer le garrot tourniquet en amont de l’hémorragie : - A quelques centimètres de la plaie. - Entre la plaie et la racine du membre. - Jamais sur une articulation
Mise à jour des fiches RT SAP30
FICHE SAP-FM-06 Masque à haute concentration
Le masque d’oxygène à haute concentration est un dispositif d’admission d’oxygène (O2) sans ré-inspiration (la victime n’inhale pas l’air qu’elle expire) lorsque le débit d’O2 est supérieur à 6 litres/min.
L’inhalation d’oxygène est nécessaire chez toute victime présentant une détresse avec une fréquence respiratoire supérieure à 6 mouvements par minute et dont la mesure de la saturation pulsatile en oxygène indique une valeur inférieure à 94% ou inférieure à 89% chez l’insuffisant respiratoire chronique avec ou sans oxygène à domicile.
L’administration d’oxygène par excès peut avoir des conséquences. Pour l’éviter, son administration par inhalation sera adaptée selon la saturation en oxygène afin qu’elle soit supérieure à 94%, avec un objectif optimal à 98% (ou sur indication du médecin régulateur). Cependant le débit minimal devra être de 6l/min. Par conséquent une indication du médecin régulateur à moins de 6l/min nécessitera une utilisation en masque simple (voir SAP-FM-34).
Mise à jour des fiches RT SAP31
FICHE SAP-FM-06 Masque à haute concentration
Régler le débit initial à 15l/min (adulte et pédiatrie)
Mise à jour des fiches RT SAP32
FICHE SAP-FM-06 Masque à haute concentration
Placer le masque à inhalation sur le visage de la victime et ajuster le cordon élastique derrière sa tête pour le maintenir en position. • Modeler éventuellement l’agrafe du nez pour l’ajuster. • Adapter le débit d’oxygène afin de maintenir : - Pour l’adulte et en pédiatrie une SpO² entre 94% et 98%. - Pour l’insuffisant respiratoire chronique (IRC) une SpO² entre 89% et 94% (ou autre prescription du médecin régulateur). L’utilisation du masque haute concentration implique obligatoriement un débit d’O2 de 6l/min. En l’absence de saturomètre, se conformer à l’avis médical.
Mise à jour des fiches RT SAP33
FICHE SAP-FM-22 Matelas immobilisateur à dépression
Rajout:
Les blocs de tête peuvent être utilisés pour restreindre les mouvements du rachis cervical à l’intérieur d’un matelas.
Mise à jour des fiches RT SAP34
FICHE SAP-FM-34 Masque simple d'administration d'oxygène
Suppression de la FM 34 KIT HEMORRAGIE REMPLACEE PAR
FICHE SAP-FM-34 Masque simple d'administration d'oxygène
Mise à jour des fiches RT SAP35
FICHE SAP-FM-38 (Nouvelle Fiche) Drap de glisse
CREATION FICHE SAP-FM-38
Drap de glisse
FICHE SAP-FM-39 (Nouvelle Fiche) Appareil de surveillance Multiparamétrique
CREATION
Mise à jour des fiches RT SAP37
FICHE SAP-FTO-41 (Nouvelle Fiche) Pansement compressif d’urgence
CREATION
Mise à jour des fiches RT SAP38
FICHE SAP-FTO-42 Pansement hémostatique « QuikClot »
CREATION
FICHE SAP-FTO-34 et FTO-35 Pont Néerlandais / Pont Amélioré
Images inversées sur les différents ponts
Mise à jour des fiches RT SAP40
FICHE SAP-CT-17 et FM-24 Accouchement inopiné extra hospitalier et Kit accouchement
ALGORYTHME REANIMATION NOUVEAU-NE
FV : 40 / min
FICHES SAP
FICHES SAP CT-08
FICHES SAP CT-08 Tableau récapitulatif
Age Adulte Enfant Nourrisson Nouveau-né
Inhalation O2
Débit l:min
MHC
Débit de 6 à 15 l:min à ajuster pour atteindre l’objectif de saturation Attention débit maximum de 15 l - Si intoxication aux fumées d’incendie ou au monoxyde
de carbone et accident de décompression quel que soit le niveau de Spo2
- Victime en détresse avec Spo2 imprenable
Non concerné
Masque simple
Débit de 6 à 10 l/min Débit initial: 10l/min à ajuster pour atteindre l’objectif de saturation
L’objectif de saturation : 94% à 98% - 89% à 94% chez l’insuffisant respiratoire chronique
Mise à jour des fiches RT SAP44
FICHES SAP CT-08 Tableau récapitulatif
Age Adulte Enfant Nourrisson Nouveau-né
Début RCP Compressions
RCP Si FC<60 après
1min d’insufflation
Respiration artificielle seule
par min
Insufflations (débit O2)
Débuter à 15l/min, ajuster le débit en fonction de l’objectif de saturation. Si SPO2 non fiable laisser à 15l/min
- En air si ventilation seule
- 3l si RCP
L’objectif de saturation : 94% à 98% - 89% à 94% chez l’insuffisant respiratoire chronique
Modifications référentiel SAP
05 Avril 2019
FICHES SAP CT-01 GFO
Suppression de la partie C sur « l’engagement des secours au moyen des GFO »
Mise à jour des fiches RT SAP47
FICHES SAP CT-02 Signal de fin de l’alerte
Le signal national de l’alerte (pages 15-16)
Ajout de la phrase : « Le signal de fin d’alerte : signal continu de 30 secondes. »
Mise à jour des fiches RT SAP48
FICHES SAP CT-08 RCP
Modification du débit : 15 l/min au lieu de 9 l/min (page 78)
RCP à 2 (15/2), 100 à 120 compressions/min, 1/3 hauteur du thorax, Oxygénothérapie 15 l/min pour l’enfant et 3 l/min pour le nourrisson.
Mise à jour des fiches RT SAP49
FICHES SAP CT-13 Numérotation
Numérotation de page manquante pour les 2 dernières
Ajout de la numérotation : page 148 bis et 148 bis²
Mise à jour des fiches RT SAP50
FICHES SAP CT-15 Brûlure thermique
Conduite à tenir de la brûlure thermique (page 170)
La conduite à tenir traite dans un premier temps de la brûlure thermique et non de la brûlure chimique
Mise à jour des fiches RT SAP51
FICHES SAP CT-20 Nouvelle fiche
Création d’une nouvelle fiche : SAP-CT-20 Intervention d’urgence sur les véhicules
Mise à jour des fiches RT SAP52
FICHES SAP FM-06 Titre et débit
Modification du titre de la fiche et précision sur le débit
Le titre de la fiche n’est plus « Masque à oxygène » mais « Masque d’inhalation à haute concentration »
Correction : « L’utilisation du masque haute concentration implique obligatoirement un débit minimum d’O2 de 6l/min »
Mise à jour des fiches RT SAP53
Sommaire : Actualisation
Modifications référentiel SAP
FICHE SAP-CT-02 La sécurité
FICHE SAP-CT-07Troubles et les détresses respiratoires
FICHE SAP-CT-07 Les troubles et les détresses respiratoires
FICHE SAP-CT-08Troubles et détresses circulatoires
FICHE SAP-CT-08Troubles et détresses circulatoires
FICHE SAP-CT-08 Troubles et détresses circulatoires
FICHE SAP-CT-08Troubles et détresses circulatoires
FICHE SAP-CT-08Troubles et détresses circulatoires
FICHE SAP-CT-13Les atteintes liées aux circonstances
FICHE SAP-CT-13Les atteintes liées aux circonstances
FICHE SAP-CT-13Les atteintes liées aux circonstances
FICHE SAP-CT-13Les atteintes liées aux circonstances
FICHE SAP-CT-13Les atteintes liées aux circonstances
FICHE SAP-CT-13Les atteintes liées aux circonstances
FICHE SAP-CT-13Les atteintes liées aux circonstances
FICHE SAP-CT-15Les atteintes de la peau
FICHE SAP-CT-15
FICHE SAP-FTO-06 (Nouvelle Fiche) Masque à haute concentration
Diapositive numéro 27
FICHE SAP-FM-38 (Nouvelle Fiche) Drap de glisse
FICHE SAP-FM-39 (Nouvelle Fiche) Appareil de surveillance Multiparamétrique
FICHE SAP-FTO-41 (Nouvelle Fiche) Pansement compressif d’urgence
FICHE SAP-FTO-42 Pansement hémostatique « QuikClot »
FICHE SAP-FTO-34 et FTO-35 Pont Néerlandais / Pont Amélioré
FICHE SAP-CT-17 et FM-24 Accouchement inopiné extra hospitalier et Kit accouchement
FICHES SAP
Modifications référentiel SAP
FICHES SAP CT-08 RCP
FICHES SAP CT-13 Numérotation
FICHES SAP FM-06 Titre et débit
Sommaire : Actualisation