GOUVERNANCE LEADERSHIP VS.· Steve Jobs, Ghandi ou Obama : comment ... Comment maîtriser l’un et/ou

  • View
    216

  • Download
    2

Embed Size (px)

Text of GOUVERNANCE LEADERSHIP VS.· Steve Jobs, Ghandi ou Obama : comment ... Comment maîtriser l’un...

  • DCIDEURS : STRATGIE FINANCE DROIT - AVRIL 201118

    DOSSIER DU MOIS

    GOUVERNANCE

    LEADERSHIP VS. POUVOIRDEUX SYSTMES OPPOSS ?

    De gauche droite et de haut en bas : Bernard Ramanantsoa, directeur gnral dHEC Paris, Matthieu Courtecuisse, directeur gnral de SIA Conseil, Xavier Moreno, prsident dAstorg Partners, Pierre-Etienne Lorenceau, p-dg de Leaders League, Louis de Gaulle, fondateur et associ du cabinet De Gaulle Fleurance & Associs, Chiheb Mahjoub, p-dg de Kurt Salmon, Yves de Chaisemartin, p-dg dAltran, Bill George, professeur Harvard et ex-p-dg de Medtronic et Francis Rousseau, prsident dEurogroup Consulting.

  • AVRIL 2011 - DCIDEURS : STRATGIE FINANCE DROIT 19

    D.R

    .

    Sommairep.22 - Entretien avec Francis Rousseau,

    prsident dEurogroup Consulting.

    p.23 - Entretien avec Yves de Chaisemartin, p-dg dAltran.

    p.24 - Entretien avec Chiheb Mahjoub, p-dg de Kurt Salmon.

    p.25 - Entretien avec Xavier Moreno, prsident dAstorg Partners.

    p.26 - Entretien avec Pierre-Etienne Lorenceau, p-dg de Leaders League

    p.27 - Entretien avec Bernard Ramanantsoa, directeur gnral dHEC Paris.

    p.28 - Entretien avec Louis de Gaulle, fondateur et associ du cabinet De Gaulle Fleurance & Associs.

    p.29 - Entretien avec Bill George, professeur Harvard et ex-p-dg de Medtronic.

    p.30 - Entretien avec Matthieu Courtecuisse, directeur gnral de SIA Conseil.

    p. 32 - Classement : 20 p-dg europens qui impactent leur industrie

    Steve Jobs, Ghandi ou Obama : comment entranent-ils les foules ? Comment russissent-ils changer le monde ?

    Le leadership, force impalpable, est un atout dcisif pour les dcideurs. Souvent confondu avec le pouvoir, le leadership est aussi stratgique que peu tudi en France.

    Quelles relations entretiennent leadership et pouvoir ? Sont-ils antinomiques ? Comment matriser lun et/ou lautre en allant au cur de leur dfinition ?

    COMPLEXES CONCEPTS ET RELATIONS

    Leadership, cet impalpable

    Le leadership est souvent dfini par une longue check-list de qualits avoir, dingrdients magiques ou basiques. Pour certains, le leadership cest lin-telligence motionnelle , pour dautres le charisme , etc...

    Mais une longue liste dingrdients ne touche pas lessence dune force aussi complexe, capable de changer la marche dune entreprise, voire du monde.

    Aprs quelques dcennies de rflexion, notre dfinition est la suivante :

    Le leadership est un systme de gouver-nance, et de valeurs, fond sur :1- ladhsion, pas le pouvoir ni la

    contrainte.2- lautorit de lexemplarit (donner/incarner un bel exemple), pas de la fonc-tion ni du statut,3- la noblesse dune cause, dides et dobjectifs solides et inspirs,4- le mouvement, car qui suivrait un homme quai, statique ?5- laffection : la passion pour une cause, pour ceux qui la suivent, pour les siens .

    Le pouvoir : mieux quun tyran ? linverse, le pouvoir est souvent peut-on penser trs compris. Chacun pense lavoir expriment dans sa chair ou dans sa matrise. En ralit, chacun en a une dfinition distincte.

    Pour certains, cest lusage de la force, mal accepte voire brutale. Pour dautres, cest un insidieux reptile, dont certains abusent au dtriment dau-

  • DCIDEURS : STRATGIE FINANCE DROIT - AVRIL 201120

    LEADERSHIP VS. POUVOIR

    trui. linverse, pour certains, cest une chose parfaitement lgitime, neutre, et ncessaire qui permet le fonctionne-ment cohrent des socits.

    Comment expliquer le grand cart entre ces perceptions ? Pourquoi le concept est-il tantt trs ngatif, tantt positif ou du moins neutre ?

    La confusion vient du mlange entre la notion de pouvoir et celle dabus de pou-voir. Le premier, neutre, ouvre la porte, potentiellement au second, excessif.

    Le pouvoir, aim ou mpris, existe. Il permet la ralisation de grandes choses, positive ou non. Il peut tre lgitime ou non. Il peut tre utilis sagement, ou de faon abusive.

    Ces diffrentes dimensions rendent la notion complexe. Et notre jugement sur le pouvoir est souvent obscurci par les motions gnres par le fait de subir le pouvoir ; ou par celles den jouir.

    Si lon se centre sur le pouvoir, et non sur ses abus, le concept peut sans doute tre dfini comme un tat de droit, ou de fait, qui donne la force dimposer son point de vue.Si le pouvoir est lgitime et utilis de faon non abusive, le ressenti sera faible ou nul. Si le pouvoir est non

    lgitime mais utilis bon escient, il peut en tre de mme, ou pas.

    Les conflits, ou blessures, viennent souvent du fait que lorsquil est lgi-time, le dtenteur du pouvoir ne sembarrasse plus trop (voire plus du tout) des sujets qui subissent son pouvoir. Et le glissement peut tre rapide vers la non-coute, le ressenti, voire le conflit dintrt.

    Autorit vs. lgitimitDans les entreprises, du statut et de la fonction drive un certain niveau de pouvoir (la potestas). La lgitimit vient den haut : les actionnaires don-nent au dirigeant le droit dorganiser lentreprise, qui nomme des hauts managers, des managers, etc. La lgi-timit est juridique et extrinsque.

    linverse, lautorit (lauctoritas) ne requiert aucune fonction officielle. Dans un groupe damis, un tel fera autorit sur tel sujet, par son savoir et/ou son charisme, et un autre sur tel sujet.Comme lexprime justement Fran-ois Terr*, il existe une autorit du hros, du saint, du gnie, qui se passe de toute conscration officielle.

    Cicron oppose potestas et auctoritas. tre auctor, cest proposer, confirmer

    ou garantir. Lautorit ne se prsente pas comme un pouvoir de comman-dement. Elle est lantithse de limpe-rium ou de la potestas.

    Pouvoir vs. LeadershipLes concepts de pouvoir et de lea-dership sont donc trs distincts, voire diamtralement opposs.Ainsi, trois diffrences sautent aux yeux :

    1- le pouvoir est une force qui va du haut (de la hirarchie) vers le bas (top down), du fort vers le faible. linverse, le leadership est une force qui va du bas (de la hirarchie) vers le haut : on est fait ou reconnu leader par son groupe.

    2- le pouvoir tend diviser pour mieux rgner , comme dit ladage. Si diviser, cest organiser et rpartir les taches, pour-quoi pas ? Si diviser permet de limiter tout contre-pouvoir alors souvre la porte de larbitraire, de labus de pouvoir, de la violence au visage lgitime.

    linverse, le leadership, fond sur ladh-sion, tend unifier pour mieux rgner . Il rassemble au lieu de diviser, et na pas peur de voir le groupe soud, car cette runion est symbole de ladhsion de tous un objectif, des valeurs affrentes, un projet que les forces combines dune quipe permettent datteindre.

    3- le pouvoir donne des ordres, des ins-tructions. Il ne prend pas le temps de lcoute, se prive partiellement de la cra-tivit des autres, sauf pour excuter.

    linverse, le leadership consulte, coute, et fonde son autorit sur ce travail de syn-thse. Sil donne des axes de travail ou des directives, la libert laisse aux uns et aux autres leur permet dexprimer crativit, identit propre, et cre des apports per-sonnels forts. Implicitement sexprime un respect de la valeur ajoute de chacun qui renforce ladhsion, le sentiment dappar-tenance un groupe, une quipe parado-xalement varie mais unie.

    Leadership + pouvoir ?La tentation humaniste et logique qui dcoule de ces analyses peut tre de nuser que de leadership.Mais cela se rvlerait sans doute dif-ficile tant la vie sociale est organise autour du pouvoir et de rapports sociaux encadrs par le droit.

    DIRECTION

    POUVOIRSAGESSE

    SCURITArgent

    PRINCIPES

    Possessions

    Travail

    Plaisir

    AmiEnnemi

    glise

    Soi

    Conjoint

    Famille

    LES DIFFRENTS CENTRES DE VIE

    Le leadership, ax sur les principes, cultive quatre sources internes de force : scurit, direction, sagesse et pouvoir.

    Sou

    rce

    : L

    Eto

    ffe d

    es le

    ader

    s ,

    de

    Ste

    phen

    R. C

    ovey

    , Firs

    t di

    tions

    , p. 1

    8.

  • Par exemple, comment concevoir le rapport employeur-employ sans sappuyer sur le principe de subordi-nation ?Cela semble difficile mais pas impos-sible si lon plonge dans le travail sur la para-subordination de Jacques Barthlmy, fondateur du cabinet Barthlmy & Associs, spcialiste en droit social. Cela semble ncessaire si lon suit les volutions socitales, ou encore les aspirations de la gnra-tion Internet, qui pense de faon plus dmocratique et dcentralise.

    Comment allier leadership+pouvoir si les deux concepts sont diamtralement opposs ?

    Faut-il y voir la ncessaire rencontre de deux forces (ying/yang) dont lqui-libre subtil est lobjectif atteindre ?Peut-tre.

    Mais notre intime conviction est que le leadership est une force plus noble, pour ne pas dire plus ncessaire. Notre conviction est quil est lheure quelle prenne dans nos vies une place majeure.Notre ardente aspiration est que le rle du pouvoir doit voir sa place rduite, et que la place du leadership augmente. Lavnement du leadership, comme mode de gouvernance, a t faonn et rendu possible par les rvolutions dmocratiques du XVIIIe sicle en Europe de lOuest, au XXe sicle en Europe de lEst.En ce dbut du XXIe sicle, du Moyen-Orient et dAfrique (Cte dIvoire, Afrique du Nord...) rejoignent ce mouvement historique.

    Mais appelons de nos vux que le XXIe sicle ne soit pas seulement lre du leadership dans nos vies de citoyens. Lentreprise est un lieu o les personnes passent cinq jours par semaine. Il est temps que ce cadre devienne plus encore un endroit dpanouissement et de respect mutuel, fond sur le lea-dership, plus que sur le pouvoir et la subordination.

    Loin des rapports de domination et ceux plus encadrs et clairs de subordina-tion, le XXIe sicle doit aussi devenir lre du leadership dans lentreprise.