La reconversion de Carmaux DYNAMIQUES INTERCOMMUNALES DANS LA RECONVERSION DU BASSIN HOUILLER DE CARMAUX Mmoire de recherche - Sciences Po Bordeaux

  • View
    225

  • Download
    2

Embed Size (px)

Text of La reconversion de Carmaux DYNAMIQUES INTERCOMMUNALES DANS LA RECONVERSION DU BASSIN HOUILLER DE...

  • LES DYNAMIQUES INTERCOMMUNALES DANS

    LA RECONVERSION DU BASSIN HOUILLER DE CARMAUX

    Mmoire de recherche - Sciences Po Bordeaux - mai 2003

    tudiant : Matthieu MARION direction : Jean DUMAS, Professeur de gographie l' IEP

    La page qui suit reprend le corps du Mmoire de recherche, sans les annotation infra-

    paginales, sans les schmas et sans les annexes. Les personnes s'avrant intresses par le

    mmoire dans son ensemble doivent prendre contact avec l'auteur.

    SOMMAIRE

    INTRODUCTION Quand il faut tourner la page...

    CHAPITRE 1La reconversion du Carmausin : de la dispersion au projet commun

    I ) Un Comit de Bassin : pourquoi ?

    A ) Les difficults de la programmation locale et les enjeux du redploiement carmausin.

    1 ) La mobilisation tardive et l miettement des initiatives impulses par les lus locaux.

    2 ) La multiplicit des organismes de dveloppement et des structures intercommunales.

    B ) De l emploi l amnagement du territoire : le Comit de Bassin constitue une structure

    polyvalente et adapte la conjugaison de plusieurs actions.

    1 ) L effet loupe du Comit de Bassin.

    2 ) Autour du Dput est ne une logique de consensus entre les acteurs

    II ) La fragilit des liens au sein du tissu intercommunal

  • A ) Les stratgies du Comit de Bassin d Emploi.

    1 ) Impliquer les collectivits locales en tant que matres d ouvrage .

    2 ) Dvelopper des partenariats optimisant financirement et techniquement la reconversion.

    3 ) Apporter la crdibilit ncessaire une action de grande ampleur.

    B ) Quel avenir pour le Comit de Bassin ?

    1 ) Les dangers de l impossible ubiquit du dput .

    2 ) Des relais pour une flexibilit des missions du Comit de Bassin.

    CHAPITRE 2 : Une reconversion de site mlant actions conomiques et politiques

    I ) Les potentialits d une intercommunalit de projet.

    A ) La naissance d une ide collective.

    1 ) Un cratre lunaire dans un crin de verdure.

    2 ) Des lus aux revendications prcises afin de tourner la page du charbon .

    3 ) Tous vos mines o l illustration du Comit de Bassin en tant qu agitateur d ides.

    B ) Un projet brillament port par la dynamique intercommunale.

    1 ) Le SID, matre d ouvrage.

    2 ) Le SID, clef du consenssus politique carmausin.

    3 ) Le SID, interlocuteur du pouvoir central et partenaire conomique crdible.

    II ) De la Dcouverte CapDcouverte : les limites d une intercommunalit de projet.

    A ) Une intercommunalit au service de la rentabilit de Cap Dcouverte.

    1 ) Sports, Mmoire, Spectacles : un projet model par les reprsentants de la population.

    2 ) Le paysage franais des parcs de loisir et les particularits de Cap Dcouverte justifient la

    ncessit d adopter une rigueur conomique et de gestion.

    3 ) L intercommunalit de projet comme garant de la logique conomique

    B ) Les risques supplmentaires des projets associant action politique et conomique

    1 ) Le premier pari : crer un ple touristique rentable avec des flux secondaires vers toute

  • une rgion

    2 ) Le second pari : communiquer malgr un chantier interminable

    3 ) Les rates d un projet mlant fortement le volontarisme politique la ncessit d oprer

    rapidement un retour sur investissement

    CHAPITRE 3 : L industrie en action grce la modulation de la dynamique intercommunale

    I ) Un systme d Agence pour le redploiement conomique local.

    A) Des enjeux justifiant l association communes - Houillres .

    1) La ncessaire revalorisation du territoire.

    2 ) Repenser l action publique et conomique aprs la mono-industrie.

    3 ) Une Agence pour mobiliser les Houillres et les communes

    B) L ADIRAC : le partenariat communes-entreprises-Houillres au service du

    redploiement industriel.

    1) Travailler l image du grand bassin pour attirer les industriels et responsabiliser les lus

    locaux.

    2 ) Les soutiens financiers constituent le nerf de la guerre .

    3) Une dynamique de rindustrialisation entretenue l abri des circuits administratifs et

    municipaux traditionnels.

    II ) Des capacits d action amliorer grce la modulation du partenariat communes -

    Houillres - PME.

    A) L illusion d un relais en provenance des communes du bassin.

    1) Une relation entre communes - ADIRAC marque par les ambiguts et les promesses

    non-tenues.

    2) La dispersion communale : une source de retard et d incohrences territoriales pour

    raliser Le Grand Bassin .

    B) Rindustrialiser efficacement ncessite une modulation des dynamiques intercommunales

  • au grs de l action conomique.

    1) L impuissance des partenaires de l industrialisation face la logique bancaire.

    2) Le cycle de vie des entreprises l efficacit variable des acteurs de l industrialisation

    CHAPITRE 4 : La difficile capitalisation des atouts de l intercommunalit de projet pour agir

    en faveur de l emploi

    I ) Le saisissement de la ralit sociale comme fondement de l intercommunalit de projet

    social .

    A ) La dfinition progressive de stratgies d action au sein d un march du travail critique.

    1 ) La rvlation tardive d une zone d emploi sinistre.

    2 ) Un bassin d activit dstructur et une culture reconstruire.

    3) Les enjeux sociaux et les priorits d action face au chmage.

    B) Vers la cration d un systme local d insertion

    1 ) La ncessaire cration de ressources conomiques et relationnelles.

    2) La construction d un projet de territoire.

    3) Le Plan Local d Insertion par l Emploi en tant que dynamique intercommunale de projet

    social

    II ) L obstacle immuable des problmatiques territoriales dans la dfinition d une

    intercommunalit de projet.

    A) La conjugaison des points forts de la dynamique intercommunale

    1) La concertation dans l laboration et dans l action garante d une limitation du conflit

    conomique / politique

    2 ) Vers une modulation de l action des collectivits territoriales au sein du PLIE

    B ) Le PLIE rappelle la fragilit d une intercommunalit de projet adosse un bassin

    gographiquement et socialement marqu.

    1 ) L intercommunalit de projet social victime d une problmatique territoriale persistante.

  • 2) Les lus locaux apparaissent comme la clef de vote des capacits d action d une

    intercommunalit de projet.

    CONCLUSION Sil te plat, dessine-moi une intercommunalit de projet

    INTRODUCTION

    Quand il faut tourner la page...

    Le lundi 8 juillet 1991, les mineurs de Carmaux descendent vers Albi, version locale du

    parcours syndical Nation-Rpublique. La dcision tait dans l air depuis la veille du week-

    end. Le 22 juin, Charbonnages de France venait d annoncer 344 suppressions d emplois sur

    600 et une production annuelle de 200 000 tonnes, moiti moins que la quantit prvue par le

    plan initial. Ces mesures tant censes raliser 1,4 milliard d conomie . Les ouvriers

    qualifis avaient t rquisitionns, les chalumeaux, les cisailles et les croisillons de fer aussi.

    Sur la route d Albi, les bulldozers ont fait leur travail gure plus nerveux qu un pare-brise

    qui crase un moustique : les mineurs ont repris le chemin de Carmaux en laissant sur la

    nationale les carcasses de cinq cars de C.R.S. . Evoquer une telle manifestation n est pas

    anodin car elle symbolise srement la dernire page de l histoire du charbon Carmaux. La

    dernire page d un livre qu on a ferm pour se replonger dans un second o tout reste

    crire.

    Dans le bassin carmausin, l'exploitation du charbon remonte au XIIme sicle . Dcouvert sur

    les bords du Crou, une petite rivire traversant Carmaux, il est d'abord recherch par les

    laboureurs propritaires du sol. A la fin du XVIIme sicle, la noblesse et les groupements de

    propritaires se rservent les exploitations, ce qui favorise l'volution des techniques

    d'extraction. Au XVIIIme sicle, l'emploi du charbon se gnralise en Europe, et il apparat

    indispensable au Gouvernement de rformer le droit minier pour viter l exploitation

  • anarchique. Ainsi, l'arrt de 1744 dfinit des rgles afin de limiter les abus. Il raffirme

    l'entire proprit du Roi sur le sous-sol franais, ainsi que les devoirs des exploitants envers

    la scurit et les conditions de travail des charbonniers. En 1752, le Conseil du Roi accorde,

    pour une dure de vingt ans, une concession, proroge par la suite deux reprises, au

    Chevalier Gabriel de SOLAGES : celui-ci peut alors extraire et vendre le charbon de

    Carmaux sans craindre la concurrence. En 1810, toute concession devient une proprit

    perptuelle, disponible et transmissible. Cela permet au fils du Chevalier, Franois-Gabriel de

    fonder alors une socit en nom collectif, l'Entreprise des Mines et de la Verrerie de

    Carmaux, de SOLAGES, pre et fils . A cette poque, les mineurs sont une centaine, dont la

    moiti travaille au fond. De 1822 1832, en raison de la demande des fonderies, le nombre de

    mineurs augmente de 189 270 personnes. Le chemin de fer reliant Carmaux Albi et des

    agrandissements successifs font que les effectifs augmentent rapidement : il y a 2 000 mineurs

    en 1880 et presque 3 500 en 1900, pour une population de 11 000 mes. La production atteint

    les 500 000 tonnes. Le XIXe sicle, avec la rvolution industrielle, voient en France la

    naissance des mouvements revendicatifs ( rduction du temps de travail, haus