LA VIE DE TH£â€°OPHILE BRIANT (2) 2014. 3. 23.¢  Colette et T. Briant sur la plage de La Touesse, Rozven,

  • View
    0

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of LA VIE DE TH£â€°OPHILE BRIANT (2) 2014. 3. 23.¢  Colette et T. Briant...

VieTheo2LA VIE DE THÉOPHILE BRIANT (2)
C’est à la Tour du Vent qu’il vivra avec sa première épouse Germaine FRANCÈS puis avec la seconde surnommée : « Petite Lumière » (P.L). Th. BRIANT et P.L aux Rochers Sculptés à Rothéneuf!
« Gardien d’un phare en Occident au feu tournant de la lumière mon rêve est baigné par la mer mon cœur dessillé par le vent. » (Deuxième recueil de Poèmes) C’est dans cette tour qu’il écrira et accueillera ses amis tels que Colette (rencontrée à Rozven dans les années 20), Max JACOB, Yves NAT, René MARTINEAU, FENOSA, etc… Ci-dessous : Théo à « Rozven » avec Colette.
Il entretiendra des correspondances suivies avec ses amis.
ci-dessous : lettre de COLETTE datée de 1943
Colette
MLG
Colette et T. Briant sur la plage de La Touesse, Rozven, près de Saint-Malo, fin des années 20. La maison de Colette donne sur la plage, elle y écrira « Le Blé en Herbe ». Ci-dessous: lettre de Colette à Théophile, datée de 1943, envoyée de la Treille Muscate.
ci-dessus : Théophile Briant assis devant Francis Picabia, Piscine du Palm Beach Hôtel, Cannes, 1930. Ci-dessous : couverture du livre de Picabia édité par T. Briant, parallèlement à une exposition dédiée à l’artiste dans sa galerie de la rue de Berri, Paris, fin 1928.
Ci-contre : Jean Cocteau a adressé à Théophile cette photo où il a rajouté au stylo-bille – encre qui accroche mal au papier glacé - en bas à gauche : "A Théo, Jean, 1951 ». Ci-dessous : Coupure de presse concernant l’exposition Jean Cocteau qui eut lieu à la galerie Briant, rue d'Argenteuil, en 1928, après sa cure de désintoxication à l’opium. Page suivante : Photos de parties de l’exposition, contenant des éléments du ballet : « Les Mariés de la Tour Eiffel ».
MLG
Une autre amitié fidèle de Théophile Briant: Max Jacob, illustrateur dans ce livre de 1928, (ci-dessus l’une de ses lithographies), parallèlement à l’exposition « 40 gouaches de Max Jacob », Galerie Briant, Paris, fin 1928.
Lettre de Max JACOB à Théophile BRIANT
datée du 15 avril 1937