Thème 222 - Une mutation des conflits.ppt

  • View
    141

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Thème 222 - Une mutation des conflits.ppt

  • 2-La conflictualit sociale: pathologie, facteur de cohsion ou moteur du changement social

    Sociologie

    II Intgration, conflit, changement socialThme 222 - La mutation des conflits

  • Les indications du programme Indications complmentaires : On s'intressera plus particulirement aux mutations des conflits du travail et des conflits socitaux en mettant en vidence la diversit des acteurs, des enjeux, des formes et des finalits de l'action collective.Acquis de premire : groupes dintrt, conflit Notions : Conflits sociaux, mouvements sociaux, rgulation des conflits, syndicats

  • I Un effondrement de la conflictualit dans les socits industrielles ?

  • Source: P.Deubel, Dictionnaire danalyse conomique et historique des socits contemporaines, Pearsons Education, 2009Questions:Qui sont les acteurs du conflit dans les socits industrielles? Quelles sont les revendications? Les moyens daction utiliss?Quelles analyse thorique permet-elle de lexpliquer?

    Il nous a longtemps sembl inluctable que la vie sociale soit domine par un conflit central, celui qui tourne autour du travail. La grve en a t la figure prminente et le syndicalisme rvolutionnaire voyait dans la grve gnrale l'vnement qui marquerait la victoire de l'un des camps. Source : G.Groux, Vers un renouveau du conflit social ? Les Echosn17753du15 Octobre 1998

    A Les caractristiques du conflit dans les socits industrielles

    1831-1834Rforme des canuts de Lyon1871Commune de Paris1890Premire clbration de la journe daction du 1 Mai1914Manifestations de rue des suffragettesen faveur du droit de vote des femmes1936Vague de grves avec occupations dusines la suite de llection du Front Populaire1947Vague nationale de grves ouvrires1968Mouvement tudiant et grve gnrale

  • Source : La transformation du paysage syndical depuis 1945 ;Thomas Amoss, Maria-Teresa PignoniQuelques annes aprs la guerre, en 1949, plus dun salari sur quatre tait syndiqu. Le syndicalisme, dominante ouvrire, regroupait alors plus de trois millions dadhrents.La France na certes jamais t un pays de syndicalisme de masse : pour des raisons qui tiennent lhistoire plus lente de son industrialisation et lmergence dune classe ouvrire moins urbanise, elle na pas connu les grandes concentrations ouvrires de lAngleterre et de lAllemagne du XIXe sicle ; par ailleurs, elle na pas opt pour un syndicalisme de service comme en Europe du Nord. Toutefois, les organisations syndicales ont longtemps pu se prvaloir dune base militante tendue dans les entreprises et les administrations.Questions:Quel est le taux de syndicalisation en France dans les annes 50?La France est-elle un pays syndiqu? Pour quelles raisons?Evolution du taux de syndicalisation entre 1945 et 1975 en FranceA Les caractristiques du conflit dans les socits industrielles

  • Nombre de journes individuelles non travailles pour 1 000 salaris (1900-1970)Source : Ian Eschstruth, La France, pays des grves? Etude comparative internationale sur la longue dure (1900-2004) Les Mondes du Travail, n3/4, mai 2007Questions:Donnez le mode de lecture et de calcul du chiffre pointComparez le nombre de jours de grves pour 1000 salaris selon les pays. Comment pouvez-vous relier ces constats la diapo prcdentePriodisez lvolution de la conflictualit entre 1900 et 1970A Les caractristiques du conflit dans les socits industrielles

  • B - Vers la disparition des conflits du travail ?

  • 1 Constat Questions:Comment ont volu le taux de syndicalisation et le nombre de JINT depuis 1975 ?

  • 1 Constat Source : Lecou et CarleyQuestions:Comparez le nombre de JINT pour 1000 salaris en Europe entre 2005 et 2009 ?La caricature traduit-elle une ralit ? Jours de grve par pays, par 1 000 employs, de 2005 2009

  • 1 Constat Questions:Comment a volu le taux de syndicalisation dans les pays de lOCDE ?

  • 2 Les explications

  • a- La conjoncture conomiqueLa dtrioration de la situation conomique est sans doute la premire cause de l'attnuation de leur nombre. La croissance et l'inflation ont pendant longtemps donn aux entreprises la possibilit de satisfaire assez aisment les revendications, notamment salariales. Une dynamique positive se crait ainsi, la grve dbouchant sur la hausse des salaires (et souvent sur le paiement des jours de grve). Le ralentissement de la croissance et l'exacerbation de la concurrence ont remis en cause cette dynamique. Dans le mme temps, le chmage, li au ralentissement de la demande, est devenu la proccupation essentielle qu'affronte le salariat. Face ce problme, il est peu efficace de menacer de bloquer provisoirement la production.Source : Arnaud Parienty, Dclin ou volution des conflits du travail?, Alternatives Economiquesn 275 - dcembre 2008Questions:Quelle corrlation pouvez-vous effectuer entre conflictualit et contexte conomique?Comment pouvez-vous lexpliquer ?

  • b- La mondialisationPar la grve, les salaris cherchent imposer un rapport de force favorable du fait que l'entreprise perd de l'argent avec l'arrt du travail et de la production. Mais ils ne peuvent pas pour autant trop mettre en jeu la capacit de l'entreprise rsister la concurrence. C'est pourquoi les grves et les ngociations sont plus souvent sectorielles. Avec l'internationalisation des marchs, elles devraient devenir mondiales. Mais il n'existe pas d'organisation internationale efficace des salaris d'un mme secteur. Les grves dans les entreprises soumises la concurrence internationale sont donc rares, car les salaris n'ont pas intrt affaiblir leur entreprise. D'autre part, les salaris se sentent menacs par le risque de dlocalisation vers d'autres pays. La mondialisation les met en concurrence avec d'autres salaris et le risque de conflit du travail est l'un des lments pris en compte dans cette concurrence.Source : Arnaud Parienty, Dclin ou volution des conflits du travail?, Alternatives Economiquesn 275 - dcembre 2008Questions:Pourquoi les salaris utilisent-ils la grve comme moyen de pression?En quoi la mondialisation limite-t-elle son efficacit ?

  • c- Les transformations de lemploiLe tournant conomique des annes 70 a galement traduit un changement dans l'organisation de la production, dont les consquences sociales sont trs importantes. Les conflits du travail des annes 50-80 sont gnralement ns dans des usines runissant un grand nombre d'ouvriers. Des institutions encadrant et favorisant l'action collective s'y sont construites au fil du temps. Une culture ouvrire trs forte s'y est panouie, donnant un grand rle aux grves, l'affirmation d'une force collective et la lutte des classes. La fin des annes 70 a marqu le crpuscule de ces usines en France: disparition des mines, de la sidrurgie, restructuration drastique de l'automobile. Au-del de la disparition de ces "forteresses ouvrires" , l'industrie manufacturire ne compte plus que 3,6 millions de salaris (contre 5,9 millions au moment du premier choc ptrolier); les ouvriers sont passs de 38% 24% de la population active depuis 1975, les grandes entreprises reculent au profit des PME, dans lesquelles l'implantation syndicale est moindre.Source : Arnaud Parienty, Dclin ou volution des conflits du travail?, Alternatives Economiquesn 275 - dcembre 2008Questions:Quels sont les acteurs majeurs des conflits dans les annes 50-70?Quelles volutions expliquent alors la moindre conflictualit?

  • d- Les modalits de gestion de la main doeuvreLes nouveaux modes de gestion de la main-d'oeuvre jouent galement contre la grve, car ils ont tendance diviser les salaris. L'individualisation des rmunrations, le rle essentiel des promotions impliquent que les salaris occupant le mme poste sont en concurrence les uns avec les autres; ils voient leur carrire dpendre troitement de la notation faite par les suprieurs hirarchiques. La multiplicit des statuts, en particulier le foss sparant les salaris permanents des salaris prcaires, ne facilite pas non plus l'action collective, car les salaris n'ont pas tous les mmes intrts.Source : Arnaud Parienty, Dclin ou volution des conflits du travail?, Alternatives Economiquesn 275 - dcembre 2008

    Quelle corrlation pouvez-vous faire entre taux de syndicalisation et type demploi ? Comment pouvez-vous lexpliquer?En quoi les nouveaux modes de gestion de la main duvre limitent-elles les conflits du travail?

  • e- Le dveloppement de lindividualisme : le paradoxe du free rider de Mancur OlsonDans Logique de l'action collective, l'conomiste amricain Mancur Olson souligne au contraire l'apparent paradoxe de l'action collective : un groupe d'individus ayant tous un intrt commun, conscients de cet intrt et pouvant chacun contribuer sa ralisation, ne font, la plupart du temps, rien pour le promouvoir.Pour Olson, ce comportement n'a en ralit rien de paradoxal. Le bnfice d'un bien collectif n'tant pas restreint aux personnes qui se sont organises pour l'obtenir (par exemple, une augmentation de salaire ngocie par un syndicat), l'individu conomiquement rationnel est ncessairement tent de se comporter en passager clandestin (free rider) qui profitera des acquis d'une action mene par quelques-uns sans en supporter les cots (temps, prix).Source : La lettre Trsor-Eco, La syndicalisation en France : paradoxes, enjeux et perspectives, n 129 , Mai 2014Questions:Pourquoi Olson qualifie-t-il laction collective de paradoxale ?Quelles en sont les explications?

  • Les tudes ralises aux tats-Unis confirment cette thorie. Depuis 1935, la prsence d'un syndicat doit y tre approuve par la majorit des salaris d'une entreprise. L'adhsion est ensuite obligatoire. Mais depuis 1947, chaque tat peut droger ce systme en adoptant le right to work : il permet aux salaris de ne pas rejoindre le syndicat lu tout en bnficiant des avantages obtenus. Au fil du temps, l'adoption du right to work par plus de la moiti