Enquete Transport

  • View
    574

  • Download
    6

Embed Size (px)

Transcript

SOLIDARITE I NTERNATIONALE SUR LES T RANSPORTS ET LA RECHERCHE EN AFRIQUE S UB- SAHARIENNE

GUIDE METHODOLOGIQUE DENQUETE-MENAGES DE MOBILITE DANS LES VILLES EN DEVELOPPEMENT

Le Ministre franais des Affaires Etrangres (MAE) a apport une contribution financire l'laboration de ce rapport qui a t par ailleurs traduit en anglais, et qui peut tre reproduit libre de tout droit, sous rserve de la mention du document d'origine tabli par SITRASS et sans modification de contenu.

CE DOCUMENT METHODOLOGIQUE A ETE ETABLI PAR XAVIER GODARD (DIRECTION SCIENTIFIQUE), LOURDES DIAZ-OLVERA, AMADOU DIENG ET CISSE KANE. LA MISE EN FORME FINALE A ETE ASSUREE PAR AMAKOE P. ADOLEHOUME.

Juillet 2001

RSUM ANALYTIQUE

1. La conception dune bonne politique de transport urbain, la mise en uvre de projets dinvestissement, routes, infrastructures ferroviaires ou dveloppement de parc de vhicules, larticulation avec les politiques urbaines, toutes ces dcisions peuvent trouver leur efficacit partir de bases solides dinformation. Celle-ci est souvent faible, peu fiable, non rcente dans les villes en dveloppement, spcialement en Afrique, mme si finalement de nombreuses enqutes partielles y sont effectues. Dans la gamme des sources dinformation potentielles, complmentaires, un outil important est lenqutemnages sur la mobilit, utilis pour la planification des transports dans toutes les rgions du monde, mais sans que les mthodes soient toujours explicites et homognes. La connaissance des comportements et des besoins de dplacements des populations urbaines peut tre acquise par des suivis dindicateurs divers de trafic et de frquentation des transports collectifs, par des enqutes lgres auprs de certains groupes de population, mais rien ne remplace une enqute faite lchelle de lagglomration auprs des mnages qui y rsident : on slectionne un chantillon reprsentatif de mnages selon les techniques statistiques, et lon interroge tous les membres de chaque mnage, partir dune limite dge qui peut varier selon les enqutes, excluant les enfants en bas age. Une telle enqute offre une base solide sur laquelle peuvent se greffer les enqutes partielles et indicateurs divers qui reprent les volutions de court terme. Parmi ses rsultats les plus immdiats, elle offre une image structurelle des conditions daccessibilit et de mobilit de la population, des ingalits selon les groupes dans leurs conditions de transport ; elle prcise les comportements effectifs de mobilit et dusage des modes, ce qui sexprime travers les indicateurs de taux de mobilit journalire par personne et les coefficients de rpartition modale. Elle permet galement de reconstituer les matrices de dplacements Origine-Destination lchelle de lagglomration, moyennant un calage sur des comptages de trafic complmentaires. 2. Une enqute de ce type a t ralise Dakar en 2000 par un bureau de consultants pour le compte du Conseil Excutif des Transports Urbains de Dakar (CETUD) avec laide dexperts de lInstitut national de recherche sur les transports et leur scurit (INRETS) et du Laboratoire d'Economie des Transports (LET), ce qui avec les autres enqutes ralises dans le pass dans la mouvance du rseau SITRASS Ougadougou, Bamako, Niamey, a constitu une exprience servant de base aux recommandations mthodologiques rassembles ici. 3. Raliser une telle enqute-mnages mobilit est complexe, cest pourquoi il a paru utile dtablir ce guide mthodologique pour aider les responsables de la conduite de telles enqutes dans les villes en dveloppement. La complexit de lenqute est proportionnelle sa richesse, de sorte que les responsables doivent tre conscients que les efforts raliss pour obtenir une enqute de qualit nont de sens que sils sont ensuite en tat dutiliser la richesse de linformation produite. Cela signifie que de telles enqutes ne peuvent pas tre ralises valablement grande chelle dans toutes les agglomrations. Il est cependant possible pour les villes moins prpares une large enqute de sorienter vers des enqutes plus lgres sur des chantillons rduits et cependant suffisamment significatifs. La russite dune enqute dpend du srieux et de la comptence apportes chaque tape, o de nombreuses questions pratiques doivent tre gres. Cest pourquoi, nous avons insist dans ce guide sur les divers problmes pratiques rsoudre, quil sagisse de la formation du recrutement et de la rmunration des enquteurs, de la constitution de lquipe dencadrement, de lorganisation du transport des quipes dans les zones enqutes, des dcoupages servant au tirage de lchantillon, de lapurement et de lexploitation des fichiers, du recoupement de linformation obtenue avec dautres sources. 4. Ce guide est relativement ouvert, cest dire que sur de nombreux points, on prsente plusieurs options possibles avec leurs avantages et inconvnients, laissant le choix lapprciation des conditions particulires la ville o a lieu lenqute. Il ny a en effet pas de technique toute faite applicable partout

Guide mthodologique denqute mnages de mobilit dans les villes en dveloppement

de la mme manire. Il est au contraire ncessaire dadapter les principes communs aux contextes singuliers de chaque ville, ce qui suppose exprience et discernement chez les responsables de lenqute. 5. Les thmes couverts dpendent des objectifs prcis assigns lenqute. Il est recommand didentifier ces objectifs lors de la prparation de lenqute car celle-ci ne pourra rpondre toutes les questions potentielles avec la prcision souhaite : des arbitrages doivent tre faits en connaissance de cause avant la ralisation des enqutes sur le terrain. Les thmes classiques concernent : (i) la composition du mnage, (ii) les caractristiques socioconomiques du mnage, activit de ses membres ; (iii) les revenus du mnage ; (iv) l'quipement en moyens de transport ; (v) les dpenses de transport ; (vi) les dplacements effectus sur une journe, la veille de lenqute. Il est trs utile dadjoindre les thmes complmentaires suivants de manire articuler la connaissance de la mobilit avec dautres domaines connexes pour lesquels des politiques intgres ou au moins articules peuvent tre envisages : (i) les conditions daccs et pratiques des services urbains(cole, sant), (ii) l'quipement du logement et raccordement rseaux (eau, lectricit, tlphone, ramassage ordures mnagres), (iii) les rseaux de sociabilit et frquence de visite (famille, amis, rseau associatif), (iv) le budget des mnages et postes de dpenses, (v) la mobilit interurbaine, (vi) les attitudes vis vis des modes de transport, (vii) les attitudes vis vis des quartiers de la ville et du centre. 6. La ralisation au sens large dune enqute-mnages de mobilit doit comprendre les tapes suivantes, dont aucune ne doit tre bcle par souci dconomie ou en raison de lurgence de certaines chances : (i) le travail prliminaire (dfinition des objectifs, identification des thmes, ngociation des financements), (ii) la prparation (mise au point du questionnaire, arbitrages thmatiques ; dcoupage, chantillonnage, recrutement et formation des enquteurs, mise au point du guide denqute), (iii) la ralisation des enqutes de terrain, contrle et validation des questionnaires, (iv) le traitement des questionnaires obtenus (post-codification, saisie, apurement, redressement et exploitation), (v) l'analyse des rsultats, confrontation des sources externes, exploitations complmentaires, (vi) la diffusion des rsultats. Une tape ultrieure doit tre prvue ds la ralisation de lenqute, cest lintgration des donnes dans un Systme dInformation Gographique (SIG), avec la perspective dune actualisation priodique des donnes denqute. 7. Lampleur de lenqute dpend de la taille de lchantillon et du contenu du questionnaire. Pour une agglomration de lordre de 1 3 millions dhabitants, il est raisonnable denvisager une taille dchantillon de lordre de 2 000 3 000 mnages, ce qui r eprsente de 10 000 20 000 personnes, sachant que ce nombre est surtout dtermin par rapport au dcoupage en zones de lagglomration qui permet les analyses daccessibilit et de modlisation des dplacements, bien plus quau nombre absolu de la population. Le temps ncessaire la conduite dune telle enqute, de sa prparation son exploitation, ne saurait tre infrieur 18 mois mais il faut plutt compter deux ans en supposant une continuit des tapes sans rupture, dont le risque est frquent, notamment pour des raisons de financement. 8. Finalement la clef du succs dune enqute-mnages mobilit rside dans la capacit dadaptation face aux difficults alatoires de ralisation, sur une base de comptence la fois en matire statistique et par rapport au domaine couvert qui est celui du transport.

SITRASS

4

SOMMAIRE

CHAPITRE I INTRODUCTION .......................................................................................................................7 1-1 REMDIER LA SOUS -INFORMATION ...................................................................................7 1-2 LES OBJECTIFS POTENTIELS DUNE ENQUTE-MNAGES MOBILIT ......................................9 1-3 LOPTION DE L ENQUTE-MNAGES DANS LE CONTEXTE AFRICAIN ...................................11 1-4 POURQUOI UN GUIDE MTHODOLOGIQUE ..........................................................................15 CHAPITRE II LOBJET DE LENQUTE ......................................................................................................17 2-1 LES THMES ESSENTIELS ET LEURS VARIABLES .................................................................17 2-2 LE PRIMTRE DENQUTE................................................................................................30 2-3 LA POPULATION ENQUTER ............................................................................................30 CHAPITRE III LE DCOUPAGE DE LAGGLOMRATION ET LCHANTILLONNAGE ........................33 3-1 LA CONNAISSANCE PRALABLE DE L ESPACE URBAIN ........................................................33 3-2 LES DCOUPAGES DE LAGGLOMRAT