Lantenne 27 03 2014

  • Published on
    30-Mar-2016

  • View
    227

  • Download
    2

Embed Size (px)

DESCRIPTION

 

Transcript

  • En premire lecture, Commission, Parlement et Conseil europens sont parve-nus un accord le 20 mars sur le projet de directive Clean Power for Transport. Lorigine du texte remonte jan-vier 2013 avec ladoption par la Commission du paquet nergie propre et trans-ports. Lequel dfinit une stra-tgie globale en faveur du dveloppement des carburants alternatifs pour tous les modes de transport. ce titre, il impose la construction dinfrastructures ncessaires, y compris des sp-cificits techniques communes, pour quatre carburants alter- natifs : llectricit, lhydro-gne, le gaz naturel comprim (GNV) et le gaz naturel liqufi (GNL). Dans ce cadre, laccord du 20 mars entre les autorits eu-ropennes fixe au 31 dcembre 2025 lobligation pour les ports maritimes et intrieurs situs sur le rseau transeuropen de trans-port (RTE-T) de squiper en infrastructures GNL et lectriques ad hoc. Sans aucune prcision supplmentaire, il mentionne que les tats membres devront veiller ce quun nombre suffisant de grands ports europens se dotent de ces quipements.

    Incohrence avecla dIrectIve Soufre

    Depuis cet accord, armateurs et ports ont ragi de faon trs

    diffrente. Au regard de la direc-tive Soufre qui prvoit un pas-sage un carburant 0,1 % de soufre dans les zones Seca* ds 2015 puis 0,5 % dans la totalit des eaux europennes en 2020,

    les premiers dnoncent une i n c o h r e n c e des calendriers. Deux poids, deux mesures totalement inac-ceptable entre armateurs dun ct et ports europens de lautre, selon Armateurs de France. Pour

    faire face au dfi de la directive Soufre, les armateurs franais concerns ont choisi de passer au GNL ce qui suppose une adaptation lourde et coteuse. Or cet effort considrable sup-pose que les ports se dotent dans le mme temps des installations de stockage et de ravitaillement attendues.

    InveStISSementS portuaIreS

    Raymond Vidil, prsident dArmateurs de France, juge laccord entre Commission, Parlement et Conseil incom-prhensible. LEurope ne peut pas contraindre les armateurs un calendrier aussi serr (dans le cadre de la directive Soufre, NDLR) sans prvoir les am-nagements ncessaires terre. Le choix du GNL doit procder dun effort collectif et simultan : les grands ports europens doi-vent se doter des infrastructures

    ncessaires au mme rythme que les armateurs.

    Du ct des ports europens, on salue en revanche lchance fixe 2025. LESPO demande dailleurs aux autorits euro-pennes dadopter le texte au plus vite, soit avant les pro-chaines lections europennes en y apportant deux prcisions : veiller ce que lamnagement des points de charge lectriques sur les quais soit valu au regard des politiques nergtiques na-tionales, et veiller au maillage du futur rseau portuaire dap-provisionnement GNL. LESPO se dclare ainsi favorable une coopration entre tats membres pour optimiser sa couverture. Selon Antonio Tricas Aizpur de la DG Move, la cration des seules stations portuaires GNL reprsenterait un investissement de plus de 2 milliards deuros en Europe. En France, cet investis-sement slverait 270 millions deuros travers lquipement de ses sept principaux ports mari-times et de onze ports intrieurs...

    rick DemAngeon

    * Sulphur Emission Control Areas (zones de contrles des missions de soufre) dont, en Europe, la Manche, mer du Nord et la Baltique

    Clean Power for Transport

    Deux poids, deux mesures pour les armateurs, satisfaction des ports

    Commission, Parlement et Conseil europens sont parvenus un accord sur le projet de directive Clean Power for Transport. Il prvoit, notamment, lquipement de stations GNL et de points de charge lectriques sur les quais des ports europens... dici 2025. Ce calendrier est salu par les ports via lEuropean Sea Ports Organisation, et dnonc par les armateurs travers lEuropean Community Shipowners Associations et Armateurs de France.

    Les grands ports europens doivent

    se doter des infrastructures GNL

    ncessaires au mme rythme

    que les armateurs

    UNTF :Un quart des transporteurs frigorifiques dans le rouge !Volumes stagnants, tensions sur les tarifs, le contexte conomique dans la logistique des produits sous temprature dirige reste morose. Prs dun quart des en-treprises du secteur serait dans le rouge selon lUnion nationale du transport frigorifique.

    Ukraine :Concurrence dloyale pour le mas franaisLa Coordination rurale, syndicat minoritaire, sest inquit de la concurrence dloyale pour le mas franais de la part de lUkraine, alors que Bruxelles envisage de signer bientt un ac-cord de libre-change avec Kiev, qui favoriserait ses exportations agricoles vers lUE.

    page 2

    Infrastructures/Institutions

    Raymond Vidil, prsident dArmateurs de France

    A

    rm

    Ate

    ur

    s d

    e F

    rA

    nc

    e

    Boa Concept :Linnovation au pouvoir, des brevets et une recherche constanteCre en avril 2012, Saint-tienne, par deux ingnieurs des Mines, trs impliqus dans les solutions informatiques et la logistique, la SAS Boa Concept a invent le concept de convoyeur modulaire intelli-gent. Cette dynamique socit qui avait dcroch sa premire belle affaire avec Oscaro.com et avait t prime lors de la premire dition 2013 dIntralogistic espre bien connatre une seconde dition aussi fructueuse.

    ID Logistics :Forte hausse des rsultats en 2013Le groupe franais de logistique ID Logistics a publi mardi 25 mars un bnfice net qui a plus que doubl en 2013, 13,1 millions deuros, et il se montre confiant pour lanne en cours.

    Reims Aviation:Reprise par la start-up ASI InnovationLe tribunal de commerce de Reims a valid mardi 25 mars la reprise de lentreprise Reims Aviation Industries, filiale du groupe Geci International, par la start-up rmoise ASI Innova-tion qui va conserver 31 emplois sur 61.

    page 3

    Entreprises

    GrveLe syndicat allemand des

    services Verdi a appel le personnel au sol de plusieurs aroports du pays, parmi les-quels Francfort, numro trois europen, faire grve aujourdhui, ce qui devrait avoir des rpercussions im-portantes sur le trafic arien. Les aroports de Francfort et de Munich, les deux plus importants dAllemagne, sont concerns par cet appel faire grve jusquen dbut daprs-midi dans le cadre de ngociations salariales, ainsi que ceux de Cologne/Bonn, Dsseldorf, Hambourg, Hanovre et Stuttgart. Cet appel la mobilisation fait partie dun mouvement de grve davertissement plus large men par Verdi, qui rclame des hausses de salaires dans les ser-vices publics allemands. Francfort, la grve doit durer de 2 h 30 13 h 30. Verdi escompte la participation de 1.400 membres du personnel au sol de laroport, o plus de 9.000 personnes sont r-munres selon la grille sala-riale du service public, daprs les chiffres de son oprateur Fraport. La compagnie arien- ne allemande Lufthansa va supprimer prs de 600 vols allemands et intra-europens.

    Aujourdhui

    International Transport CompanyFreight Forwarder

    - Project & Oil Field cargo- Deepwater and off shore project

    - Supply chain specialist- 4 PL dedicated

    Agencies in Nigeria (Lagos and Port Harcourt)

    48 rue de lAubpine92160 ANTONY

    Tl : + 33 1 55 59 07 70Fax : + 33 1 49 84 06 54

    mailto:infos@transprojets.com

    http://www.Transprojets.com

    EU

    RO

    RE

    GIE

    12/

    2013

    69e anne - n19.168 Jeudi 27 mars 2014 ISSN 0395-8582 - CPPAP 0319T79480

    Lyon :La ville accueille le prsident chinoisEffervescence et tapis rouge Lyon pour accueillir le prsident chinois, Xi Jinping, et quelque 200 chefs dentreprise. La Chine est le troisime fournisseur et le huitime client de Rhne-Alpes. En Chine, voluent 170 entreprises rhnalpines contre 27 entreprises chinoises entre Rhne et Sane qui gn-rent 2.000 emplois.

    page 2

    Infrastructures/Institutions

    G

    Pm

    m

  • Une cinquantaine de nou-veaux trains grande vitesse (frecce rosse, les flches rouges), pouvant atteindre les 350 km/h, quiperont la flotte des chemins de fer italiens partir de 2015. Les premiers seront en service pour lExposition universelle de Milan en 2015, a annonc Mauro Moretti, administra-teur dlgu des Ferrovie dello Stato, en prsentant le plan industriel de lentreprise publique pour la priode 2014-2017. Ces investisse-ments qui misent sur une croissance ltranger du fret et de lingnierie, se chiffre-ront 24 milliards deuros.

    Rapidit

    Le gouvernement ukrainien a prvenu mardi 25 mars la Russie quil refuserait

    dimporter son gaz au prix quelle demande, au risque

    dune nouvelle crise gazire avec Moscou. Les deux pays

    ngocient actuellement le prix du gaz qui sappliquera partir du 1er avril et les au-torits russes ont fait savoir

    quelles comptaient mettre fin tous les rabais appliqus Kiev, y compris celui li

    lutilisation de la base navale de Sbastopol en Crime,

    dsormais rattache la Russie.

    Refus

    2 - Jeudi 27 mars 2014 - lantenne

    Pkin a annonc lundi 24 mars avoir formellement mis un terme lenqute anti-dumping qui visait depuis juillet 2013 les exportateurs de vins europens, aprs laccord conclu la semaine dernire entre des organisations pro-fessionnelles du secteur. Selon les termes de cet accord, les professionnels chinois promettent de deman-der la fin de lenqute dclen-che par Pkin, mais aussi dappuyer la promotion de la culture viticole dans le pays. De leur ct, les Europens sengagent apporter et fi-nancer un soutien technique leurs homologues de Chine, notamment pour limplanta-tion de cpages adapts ou la formation de viticulteurs et spcialistes locaux.

    Clture

    Lexcdent commercial de la Sude est rest stable en

    fvrier, affichant tout de mme une petite progression par rapport janvier, a indiqu mercredi 26 mars linstitut

    national de statistiques (SCB). En donnes corriges des

    variations saisonnires, lexc-dent commercial du royaume scandinave a t de 4,6 mil-liards de couronnes (environ 516 millions deuros), contre 4,3 milliards en janvier. Par

    rapport au mois de janvier, les exportations ont diminu de

    prs de 4,5% 88,7 milliards de couronnes, les importa-

    tions ont galement diminu de 4,5% 83,7 milliards de

    couronnes.

    Excdent

    Infrastructures/Institutions

    lexception de quelques grands groupes tels que Stef, Delanchy, Antoine, Olano ou Le Calvez, lentreprise type dans le transport frigorifique est une PME en France. Elle exploite un parc dune quarantaine de v-hicules, emploie 85 salaris, et ralise un chiffre daffaires den-viron 11,5 mil-lions deuros... pour un r-sultat net de 800.000 euros. Tir par les leaders du sec-teur, le ratio rsultat net sur chiffre daf-faires slve 1,02 % dans la filire, et chute 0,4 % pour les PME. Pis, il est ngatif pour prs dun quart des entreprises selon lUNTF. Autres signes inquitants : Le montant des capitaux propres dans la profes-sion a baiss en 2012 et en 2013, et le nombre dentreprises en

    procdure judiciaire (liquidation, redressement) a doubl.

    relatIonS commercIaleS tendueS

    Pour lunion, ce bilan financier est largement la consquence de la politique transport pratique

    par les industriels et distributeurs. Critique, la multiplication des appels doffres sur des dures de vie de trois six mois permet-tant dengranger chaque fois des remises de tarifs. La filire

    souffre en outre dun recours de plus en plus important des oprations de cabotage avec des transporteurs non rsidents bnficiant de cots de revient infrieurs de 40 60 %. Dans le mme temps, les transporteurs frigorifiques franais notent une

    augmentation des exigences de qualit et de scurit gn-rant une progression des frais de structure sans contreparties. Enfin, la filire est confronte la subsistance de pratiques d-nonces pour lesquelles les don-neurs dordres prfrent ne rien faire : gestion des palettes, li-tiges rception, bons de livrai-son en format papier, surprotec-tions en matire de temprature, etc.

    rencontreS arleSCes sujets seront lordre du

    jour de la prochaine assemble gnrale de lUNTF Arles. Sur

    deux jours, elle inaugure une nou-velle formule avec une premire journe consacre des tmoi-gnages dexperts, et une seconde autour de dbats sur linnovation et les enjeux logistiques de la fi-lire fruits et lgumes. Loccasion aussi dchanger sur les travaux de lunion sur la rduction des accidents et des maladies pro-fessionnelles, la valorisation des comptences, la dmatrialisa-tion des bons de livraison, ou encore, la gestion des hauteurs palettes et la performance nerg-tique des transports sous temp-rature dirige.

    e. D.

    Un syndicat minoritaire craint une concurrence dloyale de lUkraine pour le mas franais. Alors que les producteurs fran-ais de mas subissent depuis six mois des prix en retrait de 30 euros/tonne par rapport au prix du bl cause notamment de la concurrence ukrainienne, lUnion europenne sapprte faciliter encore cette concur-rence dloyale en ouvrant da-vantage le march aux produits agricoles ukrainiens, dnoncent la Coordination rurale (CR) et sa branche grandes cultures, lOrga-nisation des producteurs de grain (OPG).

    Dbut mars, la Commission europenne sest dite prte signer un accord de libre-change avec lUkraine, pour aider le pays en pleine crise avec la Russie. Selon Bruxelles, laccord se tra-duirait pour Kiev par des mil-lions dconomies sur les impor-tations, notamment agricoles, via des baisses de tarifs douaniers.

    Les problmes actuels de lUkraine ne gnent en rien ses exportations agricoles, estime au contraire la CR. Sur cette campagne, lUkraine va ex-porter 30 millions de tonnes de crales, dont 19 millions de tonnes de mas, soit plus que la production franaise de 13 mil-lions de tonnes, souligne le syndicat. Curieusement, la fi-lire franaise est silencieuse face ces importations de mas qui dstructurent le march europen. Ce mcanisme per-vers permet en fait de rexpor-ter plus de bl sur les pays tiers (hors UE, NDLR) : plus on im-porte de mas, plus on a de bl exporter !, car on remplace le bl par du mas pour lali-mentation animale. On sacrifie le mas, car il a un cot de re-vient plus important que le bl. Et le prix du bl est plus lev, estime Jacques Commre, res-ponsable de lOPG qui suspecte une volont davantager le bl.

    Coordination ruraleMatires premires

    concurrence dloyale de lukraine pour le mas franaisLa Coordination rurale, syndicat minoritaire, sest inquit mardi 25 mars de la concurrence dloyale pour le mas franais de la part de lUkraine, alors que Bruxelles envisage de signer bientt un accord de libre-change avec Kiev, qui favoriserait ses exportations agricoles vers lUE.

    UNTFRoutier

    un quart des transporteurs frigorifiques dans le rouge !

    Volumes stagnants, tensions sur les tarifs, le contexte conomique dans la logistique des produits sous temprature dirige reste morose. Prs dun quart des entreprises du secteur serait dans le rouge selon lUnion nationale du transport frigorifique qui dnonce des comportements commerciaux ambigus.

    Le nombre dentreprises du secteur en

    procdure judiciaire a doubl entre 2012 et 2013

    O

    lAn

    O

    La voie entre Lyon et la Chine passe par la Route de la Soie et les soyeux lyonnais qui ont toujours connu la mondialisation, linstitut franco-chinois, linstitut Mrieux et BioMrieux et le Laboratoire P4 de recherche sur les virus et les bactries existantes qui a maintenant son frre Wuhan comme lindique Alain mrieux qui a accueilli le prsident chinois Marcy-Lt...