Click here to load reader

Nouvelles N° 2097

  • View
    220

  • Download
    1

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Nouvelles N° 2097

Text of Nouvelles N° 2097

  • grand concert pour la paix

    avec HK et les saltimbanks // art melody // les lacets des fees // green dawa

    Samedi 16 mai // Grande scene

    soutenez la F

    ete de

    lHuma achet

    ez des

    bons de sout

    ien !

    5

    Jeudi 7 mai 2015 - N 2097 - Hebdomadaire - 15, rue Furtado - 33800 BORDEAUX Prix : 0,80 euro

  • 2 Les Nouvelles 7 mai 2015

    ACTUALIT

    EMPLOI

    Les Fordistes embrayent pour lemploiLOI RENSEIGNEMENT

    Menace sur les liberts

    Lors du comit dentreprise ex-traordinaire du 22 avril, la CGT Ford dcidait dune action en justice contre lentreprise pour dnoncer son dsengagement dans lobjectif de maintien de 1000 emplois sur Blanquefort et sur le prt de personnel de FAI vers lusine voisine, GFT.

    Il faut remonter 2006 pour sai-sir les enjeux : Nous sommes 980 en quivalent temps plein et lengagement sign de Ford tait bien de 1 000 quivalents temps plein actifs , commence Philippe Poutou, lu au comit dhygine, de scurit et des conditions de travail (CHSCT), reprsentant CGT au CE. Et sur les 980 salaris, 47 sont prts lusine voisine Getrag , complte Gilles Lambersend, secr-taire CGT du CE. La direction est en lutte contre le sureffectif et ne cache pas sa volont dacclrer les dparts.

    Fin 2014, elle a obtenu un accord sur la flexibilit prvoyant le prt de personnel hauteur de 200 coll-gues et ceux-ci pourraient tre amens changer dfinitivement demployeur , souligne Gilles Lambersend, ouvrier en traitement thermique. Une mobilit base sur le volontariat. En ralit, la direction a prcis ceux qui taient pressentis pour aller GFT

    que, sils refusaient, serait cr chez nous un service de travaux dintrt gnral de peinture, balayage, etc., avec pertes de salaire , grommelle ric Lafargue, agent de fabrication, dlgu du personnel. ()

    Face la mobilisation* Ford Europe a voulu dsamorcer le conflit en voquant la vente du site un repre-neur qui avait un pseudo-projet doliennes, applaudi par Christine Lagarde, ministre des Finances de lpoque, le prsident de la rgion Aquitaine, Alain Rousset (PS), le dput maire UMP de Bordeaux, Alain Jupp

    Un an plus tard, nous nous sommes aperus que nous avions raison , poursuit llu CGT, iI tait ques-tion de finir la production de pices pour Ford et de liquider le site en douceur . La vigilance restant de

    mise ct salaris, la mobilisation a redoubl, le gouvernement lui-mme sest rebell et Ford Europe, rest prsent au sein du conseil de surveillance, a accept de renouer le dialogue. En mai 2011, les salaris [avec le soutien des lus, notamment communistes- NDLR] obtiennent du constructeur la production dune nouvelle bote de vitesses.

    Nous tions 2 000 et nous repr-sentions 10 000 emplois induits lpoque de ces luttes, ce qui nous a permis de mobiliser mdias et population. 300 dparts volon-taires en change de 1 000 emplois au minimum fermes et durables, en actifs temps plein (sans compter les personnes en maladie et les pr-retraits), tel fut lengagement crit de Ford en mai 2013, sign avec les pouvoirs publics (prfecture et mi-nistre du redressement productif).

    Laccord est devenu point dap-pui , dautant que les conditions de travail se dgradent pour ceux qui restent et que ces trois dernires annes, entre les aides de type CICE et les exonrations de cotisations, le groupe a eu droit 46 millions deuros dargent public.Extrait du reportage de Laurence Mauriau-court paru dans lHumanit du 29/04/15.

    * Salaris avec leurs syndicats, le comit de soutien citoyen des villes du bassin demploi de Ford, les municipalits et les lus commu-nistes la CUB.

    Trs mobiliss contre un texte jug non seulement dangereux mais aussi inefficace pour lutter contre le terrorisme, de multiples associations (LDH, la Quadrature du Net, Amnesty International, Attac), de syndicats (CGT, Solidaires, Confdration syndi-cale des familles) et de partis politiques (PCF, PG, EELV) appelaient se mobiliser la veille du dbat au Parlement, pour refu-ser cette menace pour les liberts politiques et les mobilisations venir .

    Des rassemblements de lensemble des opposants la loi, lappel de lObservatoire des liberts et du numrique, avaient lieu Paris aux Invalides et en France, dont un Bordeaux, afin de faire pression sur les dputs et exiger un vritable dbat dmocratique sur le texte, empch par son examen en pro-cdure acclre .

    Lavis du PCF

    Ce quexige aujourdhui ltat fran-ais, ce sont les mmes possibilits daccs, dutilisations et dexploita-tions des donnes personnelles des citoyens que celles que prennent les acteurs privs dominants du num-rique : Google, Facebook, Amazon, AppleDans une socit o 98% des infor-mations concernant un citoyen sont numrises, o chacun est potentiellement go-localisable et vido-surveillable , dans un monde o demain une multitude dobjets connects enverront en temps rel des informations sur ce nous fai-sons et allons faire, sur ce que nous consommons, et sur notre sant, la question de laccs et du traitement automatique de cette masse de donnes, ce que lon appelle le big data , devient stratgique.Comme le dit le secrtaire gnral de lUGSP-CGT, Christopher Doran-geville, on deviendrait Big Brother.Derrire cette loi liberticide se cache

    lutopie mortifre dune socit totalitaire du contrle social travers des dispositifs algorithmiques qui cibleraient les nouvelles classes dan-gereuses, et permettrait danticiper les mouvements sociaux et de pratiquer la rpression prventive. Plus les logiques financires, de pro-fits, dautomation de masse et des dlocalisations dtruiront massive-ment de lemploi, plus le contrle des mouvement sociaux et des rvoltes probables est stratgique pour ltat : la proprit, laccs et la matrise des donnes personnelles et collectives devient un enjeu majeur de dmo-cratie, et de pouvoir politique, social et conomique.La question de cette loi nest donc pas la lgitime lutte contre le terrorisme, lespionnage industrielle ou le ban-ditisme, mais de savoir, lheure de la rvolution numrique, dans quelle socit voulons-nous vivre ?Car la rvolution numrique, dont le moteur est le partage libre des connaissances, des savoirs et des savoirs faire, est au cur des contra-dictions actuelles du capitalisme. Son contenu mancipateur, comparable pour lhumanit celui de lcriture, est touff, dvoy par le mode de production capitaliste. Les bouleversements induits par la rvolution numrique impliquent de nouvelles institutions nationales comme internationales, de nou-velles rgles fiscales, conomiques, et sociales, de nouveaux droits et liberts dont laccouchement est et sera lobjet de froces affrontements de classe entre ceux qui veulent per-ptuer leur domination et les tenants dune socit dmancipation du Genre humain.Le Parti communiste franais et ses parlementaires prennent toute leur place dans ce combat pour les droits et les liberts. Cest pourquoi, ils appellent signer, entre autres, une ptition en ligne qui a dj recueilli plus de 120 000 signatures.

    Signez la ptition sur :www.change.org/p/retirez-le-pjlren-seignement-le-big-brother-franais-stoploirenseignement

    RFORME TERRITORIALE

    Fonctionnaires en grve le 19 mai

    Le comit de soutien, rassemblant des municipalits, des associations, des citoyens, lors d'une manifestation Bordeaux le 27 mai 2010.

    1er mai 2015, Bordeaux

    La Fdration des services pu-blics CGT appelle une journe nationale d'action contre une rforme territoriale qui "affai-blit la dmocratie de proximit, rduit les moyens consacrs au service public et porte atteinte aux conditions demploi et de travail des personnels" et pour les liberts syndicales.

    Cette journe se dclinera en deux points forts sur le territoire, Paris o le projet de loi portant sur la Nouvelle organisation territoriale de la Rpublique (NOTRe) sera en cours dexamen au Parlement et Lyon parce que la mtropole

    lyonnaise fait figure de "modle", alors quelle se caractrise par une conception dvoye de la dmocratie sociale.En effet, les mobilisations du 23 mars ont t rprimes, sur instruc-tions du prsident de la mtropole, et ont donn lieu des violences policires conduisant des hospita-lisations, des interpellations et des poursuites judiciaires.La cgt revendique des moyens financiers la hauteur des besoins pour le service public et lemploi public ; un alignement par le haut des garanties et droits des agents, notamment sur l'augmentation

    des rmunrations, le temps de tra-vail (vers les 32 h), le maintien des activits sociales et culturelles (COS et CASC), la protection sociale complmentaire, les droulements de carrire, le caractre statutaire de lemploi public, la rsorption de lemploi prcaire, la garantie de conditions de travail respectueuses des agents avec une mobilit non force, choisie et accompagne, des tudes dimpact pralables aux transferts de personnel, le res-pect de la dmocratie sociale, du syndicalisme et de ses moyens de fonctionnement et dintervention (CT et CHSCT).

  • Les Nouvelles 7 mai 2015 3

    EditorialACTUALIT

    Fte de lHuma 33:rendez-vous des luttes

    Les journes de mobilisation du 9 avril et du 1er mai ont t une claircie dans un contexte dur, vici par le feuilleton FN. Ctait aussi une promesse pour lavenir. Elles appellent des lendemains pour largir le rapport de forces.

    Le MEDEF et le grand patronat font feu de tout bois et jamais ils nont eu autant gain de cause quavec ce gouvernement qui se dit de gauche ! LANI, la loi Macron, Rebsamen qui continuent de casser le code du travail.

    Des milliards deuros sont mis disposition des entreprises, sans contrle ni engagement fermes pour investir et embaucher. Or les sommes exorbitantes affectes au crdit impt recherche (CIR) et au crdit impt comptitivit emploi (CICE), sont au contraire utilises pour restaurer les marges des grands groupes et rtribuer leurs actionnaires, et les mmes continuent licencier.

    Dan