Newsletter n°175

  • View
    217

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

La Newsletter de la Guéoula Parachat Ekev, Spécial Hilloula de Rabbi Lévi Its'hak, père du Rabbi Roi Machia'h Chlita

Text of Newsletter n°175

  • N175 - Chabbat qui bnit le mois de Elloul - Parachat Ekev - Hebdomadaire - Contact : 058-4770055 - www.viveleroi770.com - viveleroi770@gmail.com

    Bonnes Nouvelles Editorial

    Har Homa Beit Machiah 34, rue Rav ItshakNissim - Itvaadout Jeudi soir 21h30 050-4147725Rav Shlomo Yossef Tsion

    Beit Machiah ArnonaCours de Tanya et DvarMalhout le mardi soir 20h15 - Cours sur PirkeiAvot, le Chabbat 18h0019/5 rue Chalom Yehuda058-4770055

    Nouveau Minyane BakaLe Chabbat 10h30 1, rue Dan BakaMinyane Noussah Habadsuivi dun Farbrengen, runion hassidiqueRenseignements :058-4770055

    Katamon : Beit Habad francophone de Katamon Rav Avraham Haviv054-4866072

    Guilo : Beit Habad francophone de Guilo Rav Itshak Haviv054-4833764

    Envoyez-nous vos infoscommunautaires les histoires de miracles et merveilles de la Guoula,les histoires concernant les Igueroth Kodech et tou-tes vos bonnes nouvelles(Anniversaires, Mariages,Bar-Mitsva, Yortset etc.)viveleroi770@gmail.com

    Photo de la semaine

    Pour crire au Rabbi deLoubavitch Roi Machiah

    par lintermdiaire des Igueroth Kodech

    viveleroi770@gmail.com

    Dvoiler sa Nchama : Lexemple dune femme Juive...Il tait une fois, il y a trs longtemps, une fille naissait chez un couple de parents gs. Il nommrent cette filleDborah. Ils avaient trs peur pour elle car les enfants quils avaient eu auparavant taient tous morts en bas-ge. Cest pourquoi ils la couvaient de tous leurs bons soins et lorsquelle eut cinq ans, son pre prit en main sonducation et lui enseigna le Houmach, les cinq livres de la Torah.Puis, celle-ci grandit et son pre vit quelleprsentait dexcellentes dispositions ltude et lui enseigna la Michna, leTalmud et mme les principaux commen-tateurs jusqu quelle pt naviguer seulesur locan du Talmud et du ChoulhanArouh. Lorsquelle ft en ge de semarier, son pre lui trouva un bon parti, unmari qui tait aussi un savant de la Torahmais aussi un homme daffaire. Dborahlui donna trois enfants et tout allait pour lemieux pour cette famille aise matrielle-ment mais aussi spirituellement. Et ce fut lors dune sombre journe que lesort tourna pour elle et sa famille. Toutdabord lun de ses enfants tomba maladeet peu aprs mourut de sa maladie, puis ledeuxime le suivit dans la tombe. Sonmari perdit lui aussi peu peu la sant etdcda. Son dernier fils qui lui restait luifut aussi enlev par une maladie et elle seretrouva seule, brise par lpreuve etretourna vivre chez ses parents. Ellecachait sa douleur pour ne pas en rajouter ses parents aimants qui avaient du mal surmonter lorage qui avait tout prit leurfille unique, la prunelle de leurs yeuxMais par la suite, doucement mais sre-ment, Dborah se ressaisit et saccrochait son tude qui lui permettait de compren-dre mieux sa situation, elle tudiait le livrede Job et de Kohleth qui parlent de ll-vation du jugement divin.Elle habitait lpoque Minsk et pour nepas sombrer dans la mlancolie, elle avaitpris en main lassociation fminine debonnes uvres et petit petit, elle donnaitdes confrence o les autres femmes pou-vaient admirer son savoir et la force de soncaractre. Elle grait dune main de matrela caisse des bonnes uvres et les famillesdfavorise pouvaient voir le jour par lemrite de Dborah et des femmes deMinsk qui staient unies autour delle.Dans la ville de Vitebsk, non loin de l, lasituation tait tout autre et bien que ctaitune riche ville industrielle, les femmes quiy vivaient ne savaient pas grand chose dela Torah si ce nest ce quon leur ensei-gnait sur la Paracha dans leur languenatale en Yiddish. Or, l-bas vivait un grand savant qui taitaussi trs fortun du nom de Nahoum. Iltait la tte de nombreuses affaires et ter-rains agricoles. Or celui-ci ntait pasmari, occup par ses tudes de Torah, etson assistant qui voyageait souvent pourson compte entendit parler de Dborah carctait un ami du pre de celle-ci. Aussi illui proposa une rencontre entre sa fille et

    Nahoum car il pensait quils taientdignes lun de lautre. Et en effet, Nahumet Dborah se rencontrrent, se plurent etse marirent peu de temps aprs.Tout ceci entrana Dborah vivre Vitebsk qui tait lpoque une ville oles femmes vivaient dans une ignorancetraditionnelle A peine Dborah arriva t-elle Vitebsk, que celle-ci conquit positi-vement le cur des femmes de la ville quise regrouprent autour delle pour denombreuses confrences, cours et fond-rent une association pour aider les famil-les en difficult. Dborah pendant cetemps passait son temps libre et ses nuitsdans la riche bibliothque de Nahoum oelle faisait un vritable festin littraire et cette poque, elle en tait pour ladeuxime fois dj la conclusion duTalmud. Par son mrite et sa persv-rance, elle et ses amies firent dune grandeet riche ville comme Vitebsk, une ville deTorah o elle et son mari apportrent desmatres, des Sages, et leurs familles, fon-drent des synagogues et maisons dtu-

    des, par leur travail, ils redonnrent cetteville les couleurs de la vieCette histoire tire des Mmoires du Rabbiprcdent, nous montre que lorsquuneseule Nchama, une me Juive descenddans ce monde et entre dans un corps, cecorps doit faire un effort, un seul, dvoilerla Nchama quil porte en lui et seffacerdevant elle afin de la laisser uvrer dans lemonde car celle-ci sait exactement cequelle a faireUne seule personne, un homme ou unefemme peut changer le mondeaujourdhui-mme et entraner un dlugede bont, de sagesse et de bndiction quiviendront faciliter son travail sur terrepour en fin de compte comme le dit leRambam notre matre, sauver et dlivrer lemonde entier. Tout ceci est le message duRabbi Roi Machiah Chlita dans le DvarMalhout de cette semaine Parachat Ekev,dvoiler sa Nchama et que le corps luilaisser la place pour quelle accomplisse samission sur terre : amener la Guoula demanire immdiate.

    Une Hilloula pour la GuoulaNous vivons une journe bien particulire, celle du 20 Menahem Av 5772, le jour de la Hilloula du pre du RoiMachiah, Rabbi Lvi Itshak Schneerson le Rav deYkatrinoslav (une grande ville de Russie qui comptait en 1877prs de 42000 Juifs), mais aussi un Sage minent, principalementcommentateur du Zohar. Par le mrite de cette grande lumire,cette Hilloula qui influencera mme le Chabbat Parachat Ekev,pendant lequel nous pourrons tous demander au Rabbi LviItshak dintervenir auprs du Saint bni soit-Il pour que se dvoile son fils, le RoiMachiah de manire immdiate lors de la dlivrance vritable et complte et nousdanserons et chanterons tous unis et nous lacclamerons par le cri de joie : Vive le Roi Machiah Now Mamach ! .

    Ahnassat SeferTorah au Kotel

    pour les enfantsdIsral

    Ahnassat SeferTorah au Kotel

    pour les enfantsdIsral

  • Cette anne, les deux jours de RochHodech Elloul (la tte, le dbut dumois) tombent Chabbat et diman-che. Dautre part, ce Chabbat-ci, quiprcde et bnit le mois de Elloul,est le Chabbat de la Paracha Ekev.Sachant que tous les dtails delexistence sont luvre de laProvidence Divine, nous pouvonsdduire de cette construction dutemps des directives quant notrebilan personnel.

    Deux voiesDans la mesure o le mois de Elloulest celui du bilan rcapitulatif delensemble de lanne, il exprimedautant plus le rle de lhomme deservir son Crateur, notamment danslacrostiche form par ses lettres Ani Ldodi Vdodi Li, Je suis monbien-aim (D.ieu) et mon bien-aimest moi (1). Ce verset exprime eneffet le lien entre le Juif et D.ieu, soitdans le service de D.ieu traversltude de la Torah et laccomplisse-ment des Mitsvot (Je suis monbien-aim), soit dans lassistanceque D.ieu prodigue lhomme(mon bien-aim est moi). Le mois de Elloul enseigne doncquil ne convient pas dattendre pas-sivement que D.ieu se manifeste,mais, au contraire, que lessentiel etla base de cette relation est leffort delhomme, exprim par le dbut duverset Je suis mon bien-aim ,auquel lassistance divine fait suite. Et bien que, pour pouvoir initier ceteffort, nous recevions dj une aidedEn-Haut (comme linfluence desTreize Attributs de Misricordedivine qui sont rvls pendant lemois de Elloul), nous devons treconscients que l nest pas lessentiel: ce nest qu travers laccomplisse-ment de notre mission par nos pro-pres forces que nous pouvons mri-ter une manifestation divine qui soitintgre et perceptible et dune plusgrande intensit ( mon bien-aimest moi ). Cest la raison pourlaquelle le nom Elloul dbute par lalettre Alef : cela indique que le tra-vail doit dbuter de Alef , la pre-mire lettre, cest--dire le niveau leplus bas et cest prcisment ainsi

    quil est ensuite possible de progres-ser vers les niveaux suivants, leGuimel, le Dalet jusquau Tav.Ceci tant tabli, nous avons vu quela seconde partie du nom Elloul ,les lettres Vav et Lamed qui fontallusion aux mots Vdodi Li, monbien-aim est moi , reprsentelaide que D.ieu apporte lhomme.Cependant, dans la mesure o ilsagit galement dune partie du nomdu mois du bilan du service delhomme, il est clair que cela faitaussi rfrence un niveau de ce ser-vice. Cest lorsque lhomme sertD.ieu dEn-haut , cest--dire enfaisant totalement abstraction desdifficults que le monde peut oppo-ser son service de D.ieu. Cest pourquoi il y a deux jours deRoch Hodech au mois de Elloul :pour nous enseigner quil y a deuxapproches du service de D.ieu ;lune commence le dimanche, cest--dire le premier jour de la semaine,symbolisant la ncessit daller enprogressant en slevant de degr endegr ( du bas vers le haut ) ;lautre commence le jour du Chabbatqui transcende la Cration, symboli-sant le fait de ne pas prendre lemonde en considration et daccom-plir demble son service de D.ieu la perfection (du haut vers le bas).

    Lme et le corpsCes deux approches du service deD.ieu existent depuis la Cration dumonde. En effet, celui-ci fut cr lepremier jour (dimanche) pour ensei-gner servir D.ieu du bas vers lehaut et, dautre part, les livres deKabbalah enseignent quun Chabbata prcd la Cration du monde (2)dont la perfection a bni et investi lesjours de la Cration, enseignant lap-proc